SONIC COLOURS
Japon - 2010
Image plateforme « Wii »
Image de « Sonic Colours »
Genre : Plates-formes
Développeur : Sonic Team
Durée : moyenne
Langue : Anglais sous-titré français
Distributeur : SEGA
Date de sortie : 12 novembre 2010
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Sonic Colours »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dr. Eggman a manigancé un nouveau plan diabolique pour dominer le monde ! Cette fois, il a créé un parc d'attractions interstellaire qu'il a placé en orbite autour de la planète natale de Sonic et rempli de manèges et d'attractions incroyables. Mais les apparences sont trompeuses. Le Dr. Eggman séquestre des extraterrestres et détourne leur énergie vitale pour nourrir ses sombres desseins. Heureusement, avant que le Dr. Eggman n'arrive à ses fins, Sonic découvre son mystérieux parc s...
Partagez sur :
Oh la belle bleue !

Décidément le petit hérisson bleu tient une forme olympienne et ne cesse d'apparaître sur toutes les machines du moment. Mais après un 4ème épisode trop appliqué sur Xbox Live Arcade et Playstation Network, et un Free Riders complètement à l'ouest, la mascotte de Sega appuie enfin sur l'accélérateur en déboulant sur Nintendo Wii. 

Même si la sortie régulière de déclinaisons le mettant en vedette n'a jamais vraiment connu d'aridité, il faut reconnaître que ces dernières aventures n'ont pas vraiment réussi à retrouver l'énergie et l'inventivité des premiers softs sur Megadrive. La faute sans doute à la volonté de renouveler le concept initial, de le marier avec des genres pas forcément idéaux (sports, RPG...) ou de lui offrir un nouvel angle en 3D. Avec Sonic Colours, la Sonic Team semble enfin décidée à revenir aux fondamentaux, c'est-à-dire un jeu de plateforme direct, rapide et spectaculaire. Certes le titre est développée en trois dimensions, mais la mise en scène est le plus souvent traitée en défilement horizontal, et les quelques échappées en relief ne réduisent en rien l'efficacité du titre, lui apportant au contraire un dynamisme supplémentaire et une réalisation d'une belle étoffe. C'est qu'il en met plein les yeux, ce tout nouveau Sonic affichant sept mondes variés, diablement colorée et lumineux... mais surtout aux niveaux savamment dosés entre plateforme classique, zones de course pure et séquences particulièrement spectaculaires, comme lorsque la route se crée directement devant les pas du hérisson, que la bestioles grimpe dans des montagnes russes ou s'offre une chute libre. Le petit bonhomme ne se contente d'ailleurs pas de courir puisque, comme un best of de tous les mouvements tentés dans les aventures précédentes, le voici qui bondit d'ennemi en ennemi, surfe sur des rails, glisse sous les obstacles...

 

chaos maîtrisé


Le Game Design est un vrai plaisir retrouvé et la vitesse exacerbée n'empêche jamais l'expérience d'être parfaitement lisible, et donc jouissive. D'autant que les développeurs ont fait de véritables efforts pour satisfaire tous les publics, en proposant en premier lieu une accessibilité pour chaque type de manette proposée par la machine (wiimote, wiimote + nunchuck, manette classique...) avec toujours une même simplicité, mais aussi en dissimulant plusieurs niveaux de difficulté au sein du jeu. Ceux qui veulent juste sentir le vent dans leurs pics pendant quelques heures se contenteront de faire défiler les différents niveaux à vitesse grand V (6 heures de jeu en gros), les autres s'attarderont sur les nouveaux petits extraterrestres à libérer pour user de leur pouvoir à priori anecdotique, et faire apparaître de nouveaux chemins dans les niveaux déjà débloqués. Se transformer en créature dévoreuse de décor, en fusée ascensionnelle, voyager le long d'un laser, ou s'envoler comme une baudruche dépassent le cadre de la bête friandise pensée pour égayer les tableaux : à l'instar d'un Mario, il s'agit bien d'un outil stratégique à tester intelligemment dans tous les environnements. Si les boss, assez costauds et parfois difficiles à vaincre, ont tendance à jouer les redites et que les petits bonus à découvrir à deux entament un peu l'engouement, Sonic Colours s'impose aisément comme le meilleur Sonic que l'on ait vu depuis des années.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Malgré le désintérêt que pouvaient provoquer les dernières aventures de Sonic, seul l'aspect graphique restait à chaque fois convaincant. Sonic Colours ne déroge pas à la règle et si l'on excepte des petites cinématiques en 3D temps réel particulièrement plan-plan et timides, le reste est un véritable défilé de couleurs flashy et d'effets de lumière en tout genre, d'autant plus agréable que la vitesse de défilement (parfois vraiment impressionnante) n'entache en rien la qualité visuelle et la fluidité des animations. Si les musiques (mi-rock'n'roll mi-électro pourrie) s'avèrent encore être en retrait, la profondeur et la variété des décors permettent de retrouver une grand part de la flamboyance des Sonic, première génération.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022