PGA TOUR 2K23
Canada - 2022
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 5 »Image plateforme « XBox Series X »
Image de « PGA TOUR 2K23  »
Genre : Sport
Musique : Divers
Développeur : HB Studios
Durée : élevée
Langue : Audio anglais, textes français
Distributeur : 2K Games
Date de sortie : 14 octobre 2022
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « PGA TOUR 2K23  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Parcourez les terrains avec plus de style dans PGA TOUR 2K23. Le jeu comprend désormais des joueurs pros masculins et féminins dont Tiger Woods, des parcours sous licence, davantage d'options de commandes, un MyCAREER authentique PGA TOUR, un concepteur de parcours, ainsi que des nouvelles compétences et archétypes MyPLAYER !
Partagez sur :
Bienvenue aux clubs !

Le golf est un sport réputé élitiste et réservé aux classes aisées. Il ne saurait être accessible aux masses. Et pourtant, 2k Sports n'a jamais hésité à nous en proposer une version vidéo-ludique qui se veut à la pointe de la fidélité. PGA Tour 2K23 est la dernière proposition en date. Si l'intention est louable, le risque est réel. Le titre vise un marché de niche, composé de joueurs initiés à un sport qu'il est difficile de renouveler en terme de jeu vidéo. Et le risque est d'autant plus grand quand ce sont généralement des profanes qui donnent leur avis. « Mais c'est le jeu, ma pauvre Lucette ! ».

PGA Tour 2K23 est à l'image du sport qu'il présente : élitiste et exigeant. Et pour faire court : Son élitisme nous a quelque peu rebuté mais son exigence nous a ravis. On peut l'affirmer sans douter : l'exigence de PGA Tour 2K23 n'est pas feinte. Les développeurs se sont réellement donnés les moyens de créer les conditions propices à la recherche de l'excellence. Bien sûr, les bases classiques sont irréprochables. La physique de la balle, en premier lieu, ne dénote jamais de ce qu'on pourrait attendre. Les aléas atmosphériques ajoutent toujours une variable intéressante à prendre en compte. Il y a aussi les dilemmes habituels du choix du club ou de la route à prendre sur le parcours. Sans surprise, les fondamentaux qu'on pouvait attendre d'un jeu de golf sont bien présents et bien solides.
Là où PGA Tour 2K23 se distingue particulièrement bien, c'est sur tout ce qui touche au contenant. Sans être renversants, les graphismes sont assez détaillés pour qu'on reconnaissent les golfeurs représentés (quand on les connaît) et les environnements n'ont pas de mal à nous embarquer dans leur univers épargné par la sécheresse et la pauvreté.
La maniabilité n'est pas en reste. Les commandes classiques de la série, qui proposent notamment de simuler sa frappe au stick analogique, sont vraiment efficaces et intuitives. Il est difficile de faire mieux. Pour cette édition 2023, le titre propose tout de même une nouvelle manière de jouer, qui consiste à enchaîner une série de pressions avec un seul bouton. La qualité de votre rythme influera sur celle de votre tir. L'idée est assez simple sur le papier mais, à l'usage, le système n'est pas si convaincant que cela. Après quelques heures de test, si nous avions bien intégré le rythme, il restait tout de même une impression de ne pas coller au jeu. Nous sommes finalement revenus à la formule classique, de loin plus immersive.

 

pas le temps de niaiser


Là où PGA Tour 2K23 nous a un peu fâché, c'est dans son univers de jeu. Nous parlons ici de la mise en place des éléments créant l'histoire de votre avatar sportif. Et dès l'accueil du joueur, on enchaîne les fausses notes. En effet, très peu de choses sont faites pour accompagner le profane. Votre première partie vous ouvrira les portes d'un petit tutoriel qui ne fait pas dans la dentelle. De base, le système de mesure est proposé en impérial. Le jeu ne vous proposera jamais le choix et il faudra chercher où se trouve cette option par vous même. Le jeu ne propose que des commentaires en anglais, ce qui peut être très gênant pour lire les indications en français quand on comprend ce qui se dit au même moment. Heureusement, le tutoriel va au plus simple et ne dure pas longtemps, mais il indique clairement que le jeu s'adresse à un marché de niche et qu'il faudra faire un effort pour suivre le rythme si vous n'êtes pas initiés.
Par la suite, vous aurez l'opportunité de gérer une carrière avec des possibilités de gagner des points d'expériences, de gérer des contrats ou encore d'acheter du matériel. Mais tout est amené à travers une flopée de textes qui s'enchaînent de manière un peu abrupte qui peuvent nous perdre facilement. Dans Gran Turismo, par exemple, il est simple de comprendre pourquoi acheter une voiture moins puissante mais avec une meilleure tenue de route peut être bénéfique. Dans PGA Tour 2K23, l'utilité des gains de points d'expériences nous a longtemps échappé. On finit bien par intégrer certaines petites nuances à force de se balader dans les menus mais globalement, nous avons l'impression d'avoir joué à minima, à la hauteur de notre entendement et de nos envies... Et, en fait, c'était vraiment déjà très bien comme ça. Car le cœur du jeu est solide et tout ce qui l'entoure peut être considéré comme des accessoires mis à la disposition des joueurs demandeurs.

Pour ce qui est de l'aspect jeu de rôle, de l'éditeur de terrain ou du mode rencontres en ligne, on ne peut pas dire que nous ayons été réceptifs. Disons sobrement que ces options ont le mérite d'exister. Mais pour ce qui est du golf en solo, c'est simple: nous avons été conquis! Nous apprécions réellement le challenge, l'ergonomie et l'expérience de jeu de PGA Tour 2K23. Même si on n'y connaît rien, on a réellement l'impression que l'exigence de précision, l'environnement graphique et l'ambiance sonore nous emmènent au pays du Golf. Et quand vous finissez par réussir un trou à plus de 203 mètres de distance et que vous présentez votre exploit à tout vos proches (indifférents), même si le jeu est faux, votre fierté n'est pas feinte. Et, finalement, pour une simulation, c'est bien le signe d'une belle réussite.

Sélami Boudjerda












 

Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022