PRINCE OF PERSIA : LES SABLES OUBLIéS
Prince of Persia : The Forgotten Sands - France / Canada - 2010
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « Xbox 360 »
Image de « Prince of Persia : Les Sables Oubliés »
Genre : Aventure
Musique : Tom Salta
Développeur : Ubisoft Montpellier
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Ubisoft
Date de sortie : 20 mai 2010
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Prince of Persia : Les Sables Oubliés »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Alors qu'il rend visite à son frère après son long périple à Azad, le Prince découvre, à son arrivée, le Palais Royal assiégé et en prise aux assauts d'une terrible armée, que rien ne semble arrêter. Dans sa tentative désespérée de sauvez le royaume de la destruction, Malik, le frère du Prince, fait appel au pouvoir ancestral des Sables. Si le Prince doit apprendre à mener les troupes à la victoire, il découvre aussi que tout grand pouvoir implique un grand sacrifice.
Partagez sur :
Perdu dans le désert

Conçu pour accompagner la sortie du film de Mike Newell, Les Sables oubliés fait revivre le Prince de Perse qui a fait les belles heures du duo Xbox / PS2. Un retour aux sources qui n'est pas sans charme, mais qui aurait bien eu besoin d'un filtre Brita.

Curieux en effet de voir Ubisoft faire machine arrière après avoir tenté d'imposer le départ d'une nouvelle trilogie sur console New Gen. Mais le marketing n'a pas de prix et voici donc un épisode censé se dérouler entre Les Sables du temps et L'Âme du guerrier, et amenant le jeune héros à sauver une nouvelle fois son royaume d'une armée de créatures de sable commanditée cette fois-ci par un Ifrit destructeur. Rien de bien neuf sous le soleil, surtout que les séquences narratives utilisent des rebondissements trop mécaniques, livrés lourdement par des dialogues qui ont largement perdu en poésie et en humour. Un point de départ un peu timide donc, synthèse d'un nouvel épisode au manque d'imagination certain : le level design, bien qu'assez réussi, pioche à tout va dans la trilogie, les musiques se la jouent actionner hollywoodien et les combats manquent encore de force et d'énergie. Ces passages obligés, vite lassants, font apparaître à l'écran une bonne vingtaine d'ennemis enfermés dans trois ou quatre modèles types, lesquels encaisseront les attaques très limitées du prince, malgré la possibilité de débloquer et d'améliorer quelques pouvoirs supplémentaires en accumulant de l'expérience.

 

en apesanteur


Du bourrinage primaire et sans envergure, en somme, qui casse clairement le rythme d'un soft pourtant déjà pas très long (entre six et huit heures grand max) et à la difficulté plus qu'accessible. Heureusement le savoir-faire d'Ubisoft Montréal (Assassin's Creed) n'a pas totalement disparu et offre aux fans de la saga quelques très grand moments d'acrobaties / plateformes, jouant habilement avec les aspérités et autres corniches des environs. Quelques placements hasardeux de la caméra gâchent parfois un peu l'effet, mais l'ensemble se révèle toujours aussi convaincant surtout que désormais, il faut maîtriser quelques nouveaux pouvoirs (celui de rembobiner le continuum espace temps répond toujours présent), comme la capacité de redonner forme un par un à des éléments disparus de la cité ou de geler l'eau à loisir. Une fois encore, c'est plus le sens du timing que l'agilité pure qui est sollicité lorsqu'il faut, en plein vol, faire apparaître ou disparaître tel élément ou passer à travers une cascade et immédiatement rendre solide la fontaine murale suivante. Des phases toujours aussi grisantes et efficaces même si bizarrement, on trouve à notre cher prince une légère lourdeur. Nul doute que les habitués de la série auront du mal à ne pas entendre l'appel de la course contre les murs. Mais il est tout aussi évident que Les Sables oubliés n'a pas, loin s'en faut, la superbe de ses aînés.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

L'un des grands attraits des Prince of Persia (toutes générations confondues) a toujours été la beauté de ses décors et la magie du dépaysement. Après un Prince of Persia 2008 tout simplement sublime, celui-ci paraît un peu timide avec un ensemble certes pas désagréable mais qui ne dépasse jamais le cahier des charges. Les décors sont assez répétitifs, les textures pas toujours très détaillées, quelques ralentissements ou bugs de collisions font leur apparition, les animations affichent une certaine lourdeur et le design des personnages est assez étrange. Toujours plus beau que le tout venant de la production vidéoludique actuelle, mais on attendait mieux de la licence.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023