SIN AND PUNISHMENT - SUCCESSOR OF THE SKIES
Tsumi to Batsu Sora no Kôkeisha - Japon - 2009
Image plateforme « Wii »
Image de « Sin and Punishment - Successor of the Skies »
Genre : Shoot'em up
Musique : Norio Hanzawa
Développeur : Treasure
Durée : élevée
Langue : Japonais ou anglais sous-titré français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 7 mai 2010
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Sin and Punishment - Successor of the Skies »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Envoyée sur une terre désertée par l’Espace Extérieur dans le but de la recréer, la frêle Kachi est poursuivie par de humains ne cherchant qu’un passage pour envahir son monde d’origine. Aidé par Isa, jeune garçon doté de pouvoirs tout aussi extraordinaire, elle tente de leur échapper tout en sauvant la planète de la destruction.
Partagez sur :
Douce punition

En mal de sensations "arcade", obligés depuis trop longtemps de fouiller les archives oldies des serveurs Internet, les possesseurs de la dernière console Nintendo tiennent enfin leur revanche avec, en exclusivité, la résurrection flamboyante du Shoot'em up. Rien que ça !

Connu des seuls joueurs japonais et des accros de l'import, le premier Sin and Punishment est tout simplement l'un des meilleurs jeux de la N64 et surtout une véritable légende du shoot'em up, genre qu'on a désormais plus l'habitude de pratiquer via les plateformes de téléchargement des consoles modernes. Après avoir joué la carte de la frustration, Nintendo avait enfin proposé le titre en 2007 sur sa console virtuelle Wii, moyen idéal de remettre les pendules à l'heure avant la charge principale : Successor of the skies. Une suite tardive (10 ans tout de même) et inattendue qui reprend l'histoire là nous l'avions laissée (les deux gamins continuent de fuir) mais surtout offre une progression magistrale pour un titre aujourd'hui encore particulièrement efficace. L'original profitait déjà à l'époque d'une 3D fine ; la suite maintient l'esthétique bigarrée et élégante tout en affichant des modélisations et des animations incroyablement riches, à même de rendre vivants les designs fastueux de Takashi Ito et Keisuke Okubo. Créateur de Ikaruga, Gradius V ou Gunstar Heroes, le studio Treasure revient dans une forme olympique, plongeant le joueur courageux dans un enchaînement frénétique de tableaux en 3D envahis de projectiles, ennemis et faisceaux lumineux à même de tirailler les nerfs des plus zen.

 

L'art du chaos


Pour survivre à ce raz-de-marée de missiles et de tirs d'énergies, les jeunes héros disposent de capacités tout aussi explosives : roulades, sauts, envols, attaques au corps-à-corps pouvant renvoyer certains éléments à l'ennemi, et surtout tirs continus ou chargés aux caractéristiques variables selon le héros choisi au départ. Et ces habiletés, il faut les connaître sur le bout des doigts pour espérer se sortir la tête haute de ce rail-shooter délirant, confrontant le joueur à des boss colossaux à dézinguer en plusieurs étapes (avec un pattern systématiquement différent) et des hordes d'adversaires en formations. Outre cette débauche d'effets (martelés par une bande son technoïde adéquate), le nouveau Sin and Punishment use intelligemment d'une visualisation en 3D pour soutenir une mise en scène dynamique, alignant les mouvements de caméra virevoltants, transformant les distances et l'étendue de l'affichage sans jamais perdre de vue la lisibilité, toujours parfaite. Emporté dans un tourbillon visuel et (as-)sensationnel, le joueur parcourt wiimote et nunchuck en mains (les autres manettes sont compatibles) des décors constamment changeants : de l'usine en ruine à une cité perdue dans le ciel en passant par le désert, le fond des mers ou une nuit dont seuls les tirs éclairent l' écrasante noirceur. Monstrueux, plus long que la plupart de ses aînés, le soft est qui plus est un cadeau pour les players à l'ancienne recherchant les hautes sphères du scoring avec un système de multiplicateurs et de Bonus Points - système jouant sur les enchaînements et la rapidité d'exécution de chaque niveaux. Une bonne excuse pour revenir ad vitam aeternam sur ce petit bijou dont le seul vrai défaut est de se contenter, en mode deux joueurs, de représenter le second par un pauvre cibleur et non un vrai personnage. Pas grand-chose à côté de la réussite écrasante de ce successeur virtuose.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :
 

En 2000, l'aîné avait déjà une sacrée gueule et montrait aux réfractaires de la cartouche que leurs réserves étaient parfaitement ridicules. En 2010, Sin and Punishment - Successor of the Skies est une débauche presque indécente des capacités de la petite boîte blanche de Nintendo. Des modélisations soignées, des couleurs qui explosent de partout, une profondeur de champ rarement mise à mal, le spectacle est total... et nécessaire pour rendre l'expérience aussi jouissive que lisible. Chose rare dans le genre, Treasure s'est même de nouveau fendu de séquences narratives en 3D (proposées en VO et version anglaise sous-titrée) à la réalisation aussi douce que techniquement impressionnante, en particulier dans les petits détails (mains qui tapent sur le clavier, mouvements des lèvres, etc.). Une jolie claque.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022