DYNASTY WARRIORS 9 EMPIRES
Shin Sangoku Musou 8 Empires - Japon - 2021
Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »Image plateforme « Nintendo Switch »Image plateforme « Playstation 5 »Image plateforme « XBox Series X »
Image de « Dynasty Warriors 9 Empires »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Omega Force
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Tecmo Koei
Date de sortie : 15 février 2022
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Dynasty Warriors 9 Empires »
portoflio
LE PITCH
Déchirée par les conflits, la Chine vit au rythme de la guerre de Trois Royaumes. Qui sera assez fort pour prendre les rênes du pays ?
Partagez sur :
Un pays à (re)conquérir

Paru pour célébrer les 20 ans de la saga, Dynasty Warriors 9 devait marquer un vrai tournant en s'articulant autour d'un monde ouvert. Malheureusement, l'expérience s'était montrée un peu trop ambitieuse malgré un certain potentiel.

En offrant aux joueurs l'occasion de traverser la Chine en long, en large et en travers, Dynasty Warriors 9 permet de vivre pratiquement en temps réel la Bataille des Trois Royaumes : explorer la carte est ainsi l'occasion de participer à une bataille à grande échelle et même de prendre d'assaut une véritable forteresse ou encore de découvrir différents points d'intérêt, comme une zone où installer un camp ou une source de matériaux divers. Malheureusement, outre cette espace difficile à remplir, le jeu souffre de sérieux problèmes techniques, à commencer par de très régulières saccades. Puis, les combats ont eux aussi laissé les fans les plus mordus sur leur faim à cause d'un gros manque de punch. Le nouveau système de coups spéciaux offre pourtant de nombreuses possibilités, avec des attaques spécifiques pour déséquilibrer un adversaire, l'assommer ou le soulever pour initier un enchaînement aérien ; mais l'action plus lente que dans les volets traditionnels ne procure pas les sensations si défoulantes et hypnotisantes que l'on trouve dans les productions du studio de manière générale.

 

Batailles rangées


Cette déclinaison Empires peut-elle alors réconcilier la série avec les fans déçus ? Ce n'est pas impossible. Pourtant, on retrouve les combats un peu mollassons du jeu de base. Mais en mettant de côté l'aspect monde ouvert pour des affrontements plus segmentés et stratégiques, cette épisode montre une approche finalement assez différente. Comme dans les autres Empires, l'aspect politique occupe d'ailleurs une bonne partie du temps de jeu, entre les relations à tisser avec les seigneurs voisins, la gestion de ses finances et le développement du commerce et de l'agriculture. La manière d'aborder chacun de ces points a une influence sur sa réputation en modifiant divers attributs comme l'éloquence ou la bravoure, entre autres, et l'on peut choisir de régner comme un roi magnanime ou un cruel despote. On passe finalement tellement de temps à manipuler ces paramètres que les combats en deviennent presque secondaires. Il faut cela dit se préparer à la guerre puisque chaque tour se conclue inévitablement par une escarmouche. C'est alors là qu'interviennent les nouveautés comme les plans secrets. À chaque bataille, l'armée ennemi prépare un mouvement spécial comme incendier les installations du joueur ; mais, en éliminant les cibles indiquées dans le temps imparti, il est possible de contrecarrer ce plan et tourner la situation à son avantage. DW9 Empires introduit enfin une sorte de triangulaire des unités entre la cavalerie, l'infanterie et les archers ; sans doute une inspiration piochée dans Fire Emblem, saga adaptée à la sauce Warriors il n'y a pas si longtemps.

Même si Dynasty Warriors 9 a laissé un souvenir amer aux connaisseurs, cette version Empires mérite qu'on lui laisse une chance. On regrette tout de même un certain manque d'énergie, un aspect gestion qui aurait pu être un peu plus intuitif ou encore sa réalisation toujours aussi datée. Mais les adeptes de politique pourraient se laisser prendre au jeu.

Benoit Barny








Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022