MARVEL’S GUARDIANS OF THE GALAXY
Canada / Etats-Unis - 2021
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 5 »Image plateforme « XBox Series X »
Image de « Marvel’s Guardians of the Galaxy  »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Eidos Montréal
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Square-Enix
Date de sortie : 26 octobre 2021
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Marvel’s Guardians of the Galaxy  »
portoflio
LE PITCH
Embarquez pour une virée déjantée à travers la galaxie avec Star-Lord ! Grâce à votre autorité (parfois douteuse) et à votre audace, vous avez convaincu une bande de héros improbables de se joindre à vous. Un crétin (sûrement pas vous) a déclenché une série d'événements catastrophiques et vous êtes le seul à pouvoir fédérer les Gardiens assez longtemps pour empêcher un désastre interplanétaire ! Franchement, ça va le faire !... Normalement...
Partagez sur :
Jeu s'appelle Good !

Si au cinéma, le label Marvel jouit d'une image de marque plutôt solide, dans le domaine du jeu vidéo, elle reste encore fluctuante. En effet, entre un Spider-Man dantesque et un Avenger clownesque, les joueurs ne savent pas trop sur quel pied danser face à ce genre de licence. C'est dans ce contexte que Marvel's Guardians of the Galaxy débarque. Surtout que Star Lord est du genre à embrouiller n'importe qui avec un beau discours, bien alambiqué. Alors ? On écoute ?

D'un jeu beau, on dit qu'il est beau. Pour un jeu ''joli'', on lui reconnaît une certaine valeur sans non plus marquer un emballement bien appuyé. Tout ça pour dire que Guardians of the Galaxy est bel et bien joli. Les couleurs son pétillantes, les univers visités sont visuellement accrocheurs et les personnages ont une classe Marvel indéniable. À la bon heure ! Même si les artistes ont certainement cherché à faire au mieux, ce ne sont pas tant les graphismes qui font la force du jeu que son ambiance. D'une décharge spatiale aux méandres d'une jungle extraterrestre, on enchaîne des environnements labyrinthiques au son des chamailleries continues de vos compères. Il ne faut pas chercher bien loin : GotG est un road trip potache entre copains qui se balancent des vannes gratuites entre deux confidences. D'ailleurs, sur ce point précis, la masse de travail fourni a du être phénoménale, tant le contenu proposé est important. Et ce, tant en terme d'écriture que de gestion des déclenchements de dialogues ou même dans pour les comédiens de doublages, qui proposent un jeu très convaincant. Il faut y jouer pour le croire car, vraiment, les personnages du jeu parlent tout le temps... et ce sans presque jamais se répéter. Et comme si ce n'était pas suffisant, le joueur a souvent la possibilité d'intervenir avec le choix des réponses. Lors des phases de combats, il peut même élaborer un discours d'encouragement pour requinquer son équipe si les choses tournent mal. C'est vous dire si le jeu est bavard !
Dans toute cette mise en ambiance, aussi bien visuelle qu'auditive, il en résulte un sentiment de spectacle permanent qui accroche assez efficacement le joueur pour le guider jusqu'au bout de l'aventure sans trop se faire prier. En d'autres termes : on est vite pris par cet esprit de franche camaraderie.

 

Team Spirit


Mais cette camaraderie n'est pas qu'un fond sonore sophistiqué perdu au milieu de couleurs vives. Elle sert aussi de prétexte à élargir le cœur de la mécanique de jeu en ajoutant des petits extra qui contribuent à nous immerger dans l'esprit du groupe. Parfois, un petit défi lancé à l'emporte pièce vient égayer notre exploration avec un mini jeu. Une autre fois, on nous propose de traquer un monstre en marge de notre objectif. Toutes ces petites idées sont autant de bonus qui viennent s'ajouter à une mécanique déjà particulièrement riche.
En jouant la carte de la camaraderie, GotG ne pouvait pas faire autrement que de proposer un système de combat exploitant les capacités de chaque membre de l'équipe de Star Lord. Pour ce faire, il passe par un système d'action en temps réel qui permet de gérer ses compères à la manière d'un RPG. Autrement dit, vous contrôlez votre héros en mode TPS, avec visée, esquive, rechargement et tout le package, et vous activez les commandes spéciales des autres combattants en suivant un temps de recharge qui signale leur disponibilité. Avec votre équipes de cinq, les possibilités d'actions sont d'autant plus variées qu'elles sont modifiables avec le temps. Et chaque membres peut accueillir plusieurs commandes. Tant et si bien que les combats finissent par devenir quelque peu brouillons. En effet, il arrive souvent qu'on se perdre dans le choix des commandes et qu'en pleine action, on lance l'attaque qui nous est tombée sous la main. Le jeu continue sans accroc mais on a tout de même l'impression qu'il y a quelque chose à creuser de ce côté. La visée automatique est également légèrement problématique. Mais comme on le dit plus haut, les combats passent clairement après l'ambiance et ces écueils restent finalement marginaux une fois le jeu mieux pris en main.

Guardians of the Galaxy est une aventure attachante qui, a défaut d'être 100% efficace en terme d'ergonomie durant les phases de combats, est 100% rafraîchissant au niveau de l'ambiance. On a l'impression de voyager avec une bande d'ados irresponsables perdus en milieu hostile : ça rigole et ça se vanne quoi qu'il arrive. C'est un buddy movie interactif qui séduira certainement les fans de la licence. Les autres y trouveront également un jeu généreux pour les explorateurs et les adeptes de la collectionnite. Une belle surprise après le fiasco des Avengers.

Sélami Boudjerda












Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022