CASTLEVANIA ADVANCE COLLECTION
Japon - 1995 / 2021
Image plateforme « PC »Image plateforme « Playstation 4 »Image plateforme « Xbox One »Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Castlevania Advance Collection »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : M2-
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Konami
Date de sortie : 24 septembre 2021
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Castlevania Advance Collection »
portoflio
site officiel
LE PITCH
A chaque fois qu’il revient semer le chaos parmi les vivants, Dracula doit se heurter à une lignée de héros prêts à brandir le Vampire Killer pour le renvoyer dans la tombe.
Partagez sur :
Dracula le re-retour

Pour célébrer ses cinquante ans, Konami s'est fendu de quelques compilations, dont une dédiée à Castlevania, forcément. L'éditeur a néanmoins choisi de revisiter son illustre saga en plusieurs temps, offrant cette fois un volume regroupant les épisodes Game Boy Advance.

« Ils auraient pu mettre les jeux DS là d'dans, quand même ! », s'émeut, et c'est compréhensible, le joueur. Mais, après le diptyque Rondo Of Blood / Symphony Of The Night et la collection réunissant, les épisodes NES, Super NES, Mega Drive et Game Boy, c'est la Game Boy Advance qui est à l'honneur dans le justement nommé Castlevania Advance Collection. Sont ainsi réunis Circle Of The Moon (simplement rebaptisé Castlevania lors de sa sortie européenne), Hamony Of Dissonance et Aria Of Sorrow, auxquels s'ajoute en bonus Vampire's Kiss, version de Rondo Of Blood retravaillée à l'époque pour la Super Nintendo. Si ce dernier s'appuie sur la formule classique des premiers épisodes, plus orientés action, les trois autres jeux s'inscrivent dans la lignée Metroidvania instaurée avec Symphony Of The Night : on y retrouve de Metroid l'aspect que l'on pourrait qualifier de non-linéaire dans la mesure où le joueur doit explorer le château de Dracula en long, en large et en travers, quitte à effectuer de nombreux aller-retour afin d'obtenir la capacité qui lui permet de franchir l'obstacle qui entrave sa progression. Mais la recette ne serait pas complète sans l'aspect RPG : outre les points d'expérience qui augmentent les statistiques du héros, chaque titre se distingue par sa gestion spécifique de la magie, avec le Dual Set-up System (DSS) de Circle Of The Moon qui combine des cartes d'attributs élémentaires et d'action, les livres de sorts de Harmony Of Dissonance ou encore le Tactical Soul System d'Aria Of Sorrow grâce auquel le protagoniste peut exploiter l'âme d'un ennemi vaincu.

 

du petit au grand écran


Pour porter ces trois classiques sur les supports du moment, Konami a fait appel aux spécialistes de M2, qui rendent à nouveau une copie impeccable. Mais il ne faut pas s'attendre à un miracle pour autant, puisqu'il s'agit de jeux conçus au départ pour une console portable (ou une console 16 bits dans le cas de Vampire's Kiss) et la réalisation d'époque rendue telle quelle pourrait bien faire fuir un public peu adepte de gros pixels. Les autres peuvent en revanche profiter de fonctionnalités très pratiques pour découvrir ou redécouvrir chaque jeu, comme la possibilité de reconfigurer les touches, sauvegarder à n'importe quel moment et même, c'est à la mode, rembobiner l'action de quelques secondes pour rattraper un faux pas, par exemple. Il est même possible, comme dans Castlevania Anniversary Collection, d'enregistrer un replay de son run pour montrer à qui veut bien le voir toute l'étendue de son habileté, ou encore de choisir entre la version européenne, japonaise ou américaine de chaque jeu. Enfin, Advance Collection comprend une galerie remplie d'illustrations, parfois inédites, d'une encyclopédie et d'un lecteur audio afin d'écouter l'ensemble des bandes originales. Ainsi, Konami complète peu à peu sa grande anthologie Castlevania. Si l'on aurait aimé avoir accès à une anthologie exhaustive en un seul achat, ces différentes sorties ont au moins le mérite de rendre chaque épisode assez facile d'accès. En supposant que les épisodes suivant sont bien au programme, mais le contraire serait surprenant.

Benoit Barny








Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021