WARIOWARE : GET IT TOGETHER !
おすそわける メイド イン ワリオ, Osusowakeru Meido in Wario - Japon - 2021
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « WarioWare : Get It Together ! »
Genre : Party Game
Musique : Takeru Kanazaki
Développeur : Intelligent Systems
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 10 septembre 2021
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « WarioWare : Get It Together ! »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans le mode Histoire, Wario et sa bande se sont retrouvés aspirés dans leur dernière création, et c'est à vous de les aider à se sortir de là ! Faites appel à leurs talents hors du commun pour réussir une myriade de mini-jeux, aussi bien en solo qu'en duo, soit sur une même console, soit en mode multijoueur local.
Partagez sur :
despotes et des potes

La Switch c'est la console de toutes les résurrections et après un épisode Wii U en demi-teinte, Wario, l'anti Mario, se devait de reprendre du poil de la bête et remonter sur le ring du party game. C'est donc reparti pour plus de 200 épreuves stupides et frénétiques... avec cette fois-ci une option multijoueur en prime !

Dans les grandes lignes, l'inaltérable proposition de Wario Ware ne change pas d'un iota : enquiller le plus vite possible les dizaines de tableaux qui s'enchaînent à vitesse exponentielle en réussissant à capter en quelques secondes l'action attendue. Rien de bien intellectuel là dedans puisqu'il s'agit de reboucher le nez d'un bonhomme, d'aider un papillon à s'échapper d'une toile, d'épiler des aisselles, d'esquiver un coup de poing de boxeur, de vider un tube de dentifrice ou de survivre à une pluie de cacas de pigeons. Du grand n'importe quoi, illustré en général avec beaucoup de bon goût et dans un mélange de dessin d'enfants, de collages improbables ou de reprises de quelques classiques Nintendo. Même si les décors et les ambiances sont inédites (pour la plupart), les mécaniques restent les même que celles éprouvées au cours des précédents opus de la licence. Cependant cette fois-ci aucune utilisation du gyroscope de la manette ou de l'écran tactile, tout repose uniquement sur la croix de déplacement et un bouton d'action. Un gameplay réduit à sa plus simple expression, mais constamment dynamisé par les particularités de chaque personnage jouable. Rencontré et débloqué au fur et à mesure du petit mode « Scénario », la dizaine de persos bien farfelus n'ont pas forcément la possibilité comme Wario de se déplacer et d'interagir librement.

 

plus on est de fous...


Certains doivent se téléporter d'un point à l'autre, d'autre sont constamment entraînés par un skate qui traverse l'écran d'un bout à l'autre, passent leur temps à sauter, à lancer des projectiles ou doivent viser des anneaux pour quitter le sol. Chacun apparaissant de manière aléatoire devant chaque tableaux, ils en dynamisent forcément l'approche et ajoutent une bonne dose de tension, car justement leur gameplay n'est pas toujours des plus adéquate. Bien pensé, même si parfois certaines situations peuvent s'avérer franchement ardues et bien tendues. Et rien de mieux pour ajouter un peu de boxon à l'ensemble qu'une option multijoueur ! Deux amis peuvent donc se lancer à l'assaut de ce mode classique permettant de débloquer toutes les épreuves et tous les persos, mais avec conscience que la coopération ne sera pas toujours une assurance de réussite. Bien au contraire. Argument numéro 1 de WarioWare : Get It Together !, le multijoueur se voit même démultiplié dans une collection de modes inédits pouvant regrouper cette fois-ci jusqu'à quatre joueurs sur la même console. Une Balle au vol où il faut empêcher un ballon de toucher le sol le plus longtemps possible, une course en avant façon jeux de plateforme, un match de volley, une baston générale, des compétitions en équipe où alors que l'une accumule les mini-jeux l'autre fait tout pour lui pourrir la vie... Rien de profondément novateur encore une fois, mais une volonté d'immédiateté, de simplicité et de rigolade qui fonctionne la plupart du temps à merveille.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021