WORLD’S END CLUB
Japon - 2021
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « World’s End Club »
Genre : Aventure
Musique : Divers
Développeur : Too Kyo Games
Durée : moyenne
Langue : Voix anglaises et japonais, Textes français
Distributeur : NIS America
Date de sortie : 28 mai 2021
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « World’s End Club »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Dans une école primaire de Tokyo, une bande d’élèves venus des quatre coins du pays se forme et se donne le nom de « Club des battants ». Reycho et ses camarades sont des enfants quelque peu « différents » des autres. Mais un beau jour d’été, alors qu’ils sont en route pour leur voyage scolaire annuel, leur bus se retrouve mêlé à un grave accident. À leur réveil, ils s’aperçoivent, sans comprendre la situation, qu’ils se trouvent dans un parc d’attractions aquatiques....
Partagez sur :
Game's Over

Aaah enfin un nouveau jeu dédié aux plus jeunes sur Switch. Un mélange de plateforme, d'aventure et de la Bande des 5 où la camaraderie et la bonne humeur font.... Oh là... euh attendez, rétropédalage....

De prime abord World's End Club joue effectivement assez volontier sur un univers enfantin, naïf et coloré. Une petite troupe d'ados et pré-ados débrouillards et malins. Un parc d'attraction à explorer de fond en comble pour découvrir les mystères dont il regorge. Des pouvoirs qui font de nos charmants bambins des Goonies à super-pouvoirs... Oui mais voilà, le jeu n'a pas été imaginé par Shigeru Miyamoto mais par les scénaristes sadiques Kazutaka Kodaka (Danganronpa) et Kôtarô Uchikoshi (Zero Escape). Deux spécialistes des aventures textuelles et des jeux de massacre où le moindre écolier peut dissimuler un sociopathe en puissance, et où nos braves personnages si attachant s'étripent et se trahissent les uns les autres. Et il y a certainement de cela ici puisque la tendre balade exige quelques sacrifices et décisions méchamment drastiques. Préparez-vous alors à mettre votre amitié à très rude épreuve... et votre patience aussi. Si une fois encore le scénario est parfaitement brossé, alternant avec science les instants les plus désespérés, cruels, avec un humour gentiment déjanté, donnant corps à quelques figures bien campées, il est l'ingrédient numéro un du jeu.

 

Amis pour la (courte) vie


Heureusement traduits en français, les dialogues charpentent et nourrissent chaque instant du jeu. Que ce soit les phases « Histoire » qui lancent les évènements de la journées, les phases « camp » qui l'a conclue, mais aussi les phases « Action » où malgré la nécessité d'explorer le niveau choisi, assez librement, là encore tout passe par les palabres. World's End Club ressemble d'autant plus à un Visuel Novel, que ses autres aspects semblent avoir été méchamment bâclés. Le level design de la poignée de mini-mondes disponibles sont d'une linéarité affolante, tandis que le gameplay de base se limite à avancer tout droit, à quelques caisses à déplacer et, de vilains monstres qui font de la figuration. Quand aux fameux pouvoirs qui vont rendre certains acolytes vites indispensables, il ne sont finalement que rarement utiles et surtout peu exploités. Les musiques sont souvent percutantes, tout à tour électrisantes et angoissantes, l'ambiance bien posée, l'univers parfaitement décalé, la direction artistique volontairement curieuse, mais rien n'y fait, World's End Club fini par être, en tant que jeu vidéo, sérieusement ennuyeux, étalant très rapidement ses limites. Reste alors ce récit interactif des derniers survivants d'un monde dévasté, remplis de mutants féroces et de gamins astucieux... Finalement un Livre dont tu es le héros aurait été plus adapté.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021