MONSTER HUNTER RISE
Japon - 2021
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Monster Hunter Rise »
Genre : RPG
Musique : Capcom Sound Team
Développeur : Capcom
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Capcom
Date de sortie : 26 mars 2021
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Monster Hunter Rise »
portoflio
site officiel
LE PITCH
La réapparition d'une bête légendaire signe le retour d'une catastrophe qui menace le village Kamura. Avec l'aide de l'ancien du village et de tous ses habitants, vous allez devoir perfectionner votre art de la chasse et protéger le village d'une nouvelle invasion de monstres.
Partagez sur :
Le lâché de yokai

Après une première apparition qui tenait plus du menu best of ultra chargé que de l'expérience nouvelle, la Switch devient le terrain de chasse d'un Monster Hunter dernière génération. Un chapitre inédit, et orientalisant, qui s'engouffre généreusement dans les nouvelles pistes débroussaillées par le blockbuster Monster Hunter World en 2018.

Mine de rien, l'arrivée de la licence sur XboxOne et PS4 a clairement ouvert la chasse virtuelle et mastodonte à un public bien plus large grace à une offre plus libre et impressionnante que jamais. Mais aussi et surtout par un assouplissement bienvenue de ses mécaniques. Sans en passer par une « casualisation » de son expérience, Monster Hunter World jouait la case de l'accessibilité de ses déplacements d'une zone à l'autre, des opérations de cueillettes et farming, de la gestion aisée de son équipement, mais aussi d'une approche de l'action beaucoup plus fluide et rapide. Que du bon en somme, dont on retrouve toutes les qualités dans ce nouveau Monster Hunter Rise, lui aussi bien plus flexible, en particulier lorsque la bête est débusquée. Les différentes armes répondent toujours présents, avec leurs poids uniques et leurs techniques adaptées, mais s'ajoute désormais un accessoires qui bouscule les habitudes : Le filoptère. Plus qu'un simple gadget, ce curieux accessoires aux airs de grappin de Link, permet de se déplacer très rapidement d'un lieu à l'autre, d'esquiver en un éclair une attaque massive, mais aussi de riposter avec nervosité... Voir même d'effectuer une attaque sauté et le cas échéant de sauter sur le dos de la cible. Amusant soit, mais aussi particulièrement stratégique lorsqu'on dirige sa monture récalcitrante vers un rocher bien dur ou vers un autre prédateur qui ne se fera pas prier pour lui sauter à la gorge. Le filoptère insère ainsi dans le même temps une certaine verticalité dans le gameplay et le level design de Monster Hunter Rise, soulignant la encore l'ambition de plus en plus croissante de Capcom de tirer ses opus vers de l'exploration plus libre et ample. L'accessoire se montre aussi très pratique pour capturer illico quelques bestioles volantes et rampantes, offrant chacune quelques petits bonus de stats, ou pouvant se transformer en attaques élémentaires, appâts ou pièges.

 

Assaut sur le yamato


Comme toujours beaucoup à faire, beaucoup à découvrir dans cet épisode, avec un bon équilibrage entre l'aventure solo, qui sert essentiellement de tutorial, et une offre multijoueurs démultipliée par la nature même de la console. Les hub online sont bels et bien présents avec jusqu'à quatre joueurs traquant en collaboratif, mais aussi en multi local permettant à l'épisode de retrouver les sensations des tous premiers chapitres sur Vita et 3DS en se connectant via sa console en mode portable. L'amélioration notée sur la stabilité et l'efficacité des serveur pour Monster Hunter World répond présent, tout comme la possibilité de rejoindre une quêtes à la volée ou d'appeler d'autres joueurs à l'aide. Dommage par contre que les échanges entre joueurs ne se limite encore qu'à quelques phrases prédéfinies et autres émoticônes, limitant drastiquement les tactiques multi. Des échanges pourtant au cœur des nouvelles quêtes Calamités, se donnant les contours de Tower Defense avec vies illimités mais où il faut protéger une forteresse des assauts incessants de monstres de plus en plus nombreux et surdimensionnés. Beaucoup de bonus alléchants à récolter, un frais challenge prenant et stratégique, qui vient rappeler discrètement les bribes de scénario mis en place dans l'épisode et surtout un environnement très inspiré par le Japon féodal et ses mythologie. De quoi donner un joli petit coup de neuf sur l'esthétique du soft et intégrer dans la bonne trentaine de grands monstres à chasser, quelques bestioles plus exotiques, comme cette araignée géante, Rakna-Kadaki ou le primate Bishaten fameux lanceur de fruits pourris.

Un peu d'exotisme pour un Monster Hunter Rise qui n'a pas encore montré tout son potentiel puisque le bestiaire général, les niveaux de missions et les quêtes ne demandent qu'à être étoffées dans de futurs DLC et mises à jours à venir.

Nathanaël Bouton-Drouard










Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021