WARIO WARE GOLD
Made in Wario Gorgeous - Japon - 2018
Image plateforme « Nintendo 3DS »
Image de « Wario Ware Gold  »
Genre : Party Game
Musique : Divers
Développeur : Nintendo
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 27 juillet 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Wario Ware Gold  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Quand Wario se rend compte qu'il est à court d'argent, il se décide à renflouer ses finances au plus vite. Après avoir demandé à certains de ses vieux "amis" de concevoir des jeux pour lui, Wario entreprend d'organiser le plus grand tournoi de jeux vidéo de tous les temps pour s'en mettre plein les poches ! Avec des frais de participations de 10 000 pièces par concurrent, il n'aura aucun mal à devenir riche très vite, malgré la récompense de 10 millions de pièces promise au vainqueu...
Partagez sur :
run for the gold

Toujours autant motivé par les pesetas, le terriblement méchant Wario is back pour une nouvelle compétition de mini-jeux frénétiques, aussi volontairement moches que drôles, aussi simplistes qu'addictifs. Une recette qui fait son beure depuis maintenant 15 ans.

Sans vraiment marquer son anniversaire, quoique, la série des Wario Ware s'offre donc un nouveau tour de chauffe sous la forme d'une compilation assumée de pas moins de 300 épreuves parmi les plus barrées, les plus craignos et les plus drôles du lot. Certes une poignée de ces épreuves vaguement explicités et à déboulonner en à peine 5 secondes sont quelques petits trésors inédits venus souligner quelques clin d'œil bien sentis à l'histoire Nintendo, mais l'essentiel reste tout de même une belle sélection de classiques maison. Des ballons à exploser, un filet de morve à retenir, la mini course pourave à gagner, des moustiques à démonter ou un avion en papier à diriger... ça défile à vitesse grand V et utilise aussi bien le martèlement des touches que le capteur gyroscopique, l'écran tactile et le micro intégré, le tout bercée par une musique hystérique qui peut rendre totalement fou, épuisé par le stress général.

 

machine à gagne


Le même délice acidulé donc, même si l'habillage graphique est toujours aussi restreint (en dehors de quelques niveaux mieux dessinés) et que les mini-scénarios aux dialogues entièrement doublés s'avèrent aussi inutiles que braillards. A l'heure où presque tout nos contemporains sont devenus des gamers honteux (parce que Candy Crush c'est un jeu vidéo ma petite dame), il est bon de revenir aux sources du micro-game, qui déjà, savait être aussi inventif qu'auto-parodique. Ce qui avait commencé comme une vaste blague chez Nintendo s'offre encore une cartouche bourrée de savoir-faire, de boss casse-gueules et d'accélérations abusées qui devraient réjouir les amateurs. Même si, il faut bien le reconnaitre, la nature même du titre fait que tout cela manque de grosse nouveauté au programme. Nintendo s'efforce tout de même de gonfler la durée de jeu de son soft, en proposant de nombreux modes aux défis plus soutenus encore et une collection de bonus à collectionner (mini-jeux surprises, galerie audio...) en dépensant ses pauvres petits deniers dans une machine à gashapon aussi injuste qu'une vraie. Par contre, proposer aujourd'hui en 2018 un multi-joueurs uniquement accessible à deux clients possédants chacun leur console et leur exemplaire de Wario Ware Gold, avouez que cela fait terriblement rapiats... Digne de Wario mon petit Mario.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Le concept est l'essence même d'un Wario Ware et les graphismes et la tenue générale des mini-jeux s'y plient totalement alternant ainsi des tableaux aux illustrations aussi chiadées que ceux d'un enfant de trois ans, à des tableaux animés bien plus riches en détails et en animations. Mais le jeu peut clairement le mieux comme le prouve les cinématiques, certains boss monumentaux ou les trépignements de ce diable de Wario. Musiques endiablées, menus clairs et maitrisés, gameplay aussi pointu que parfois terriblement mystérieux (c'est voulu), du pur Wario Ware.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021