BAYONETTA + BAYONETTA 2
Japon - 2010/2018
Image plateforme « Nintendo Switch »
Image de « Bayonetta + Bayonetta 2 »
Genre : Action
Musique : Divers
Développeur : Platinum Games
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Nintendo
Date de sortie : 16 février 2018
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Bayonetta + Bayonetta 2 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Après s'être souvenue de son nom et de son pouvoir de convocation des démons, Bayonetta explore la ville européenne isolée de Vigrid tout en repoussant les armées du Paradis et en découvrant la vérité sur son passé oublié. Pendant que Bayonetta affronte des anges toujours plus puissants, rencontrez des personnages inoubliables comme Rodin le célèbre forgeron démoniaque, Enzo l'informateur et bien d'autres encore.
Partagez sur :
Mama Mia!

Texte de l'articleC'est désormais en tant que créature choyée par Nintendo que nous revient la sublime, la dangereuse Bayonetta, dans une compile Switch qui ne fait qu'échauffer les esprits avant la mise en boite d'un Bayonetta 3 exclusif !

Incontournable du jeu d'action moderne, sorte de descendante délurée d'un certain Devil May Cry, la superbe et plantureuse Bayonetta n'a pourtant pas une un destin facile. Devant déjà enchainer les combos circulaires sans se départir de ses talons à trois mètres vingt, elle connu coup sur coup un abandon de son premier éditeur, SEGA, avant de s'offrir un retour gagnant sur une WiiU malheureusement boudée par les joueurs. Increvable et toujours prête à remettre les lunettes bien en place sur son petit nez, la sorcière frivole, la pro des enchainements aériens s'offre donc un retour attendu sous la protection de son nouveau tonton, Nintendo, avec une sortie / compilation Switch qui entend bien préparer le terrain pour un final en forme de trilogie. Là encore cependant, pas question d'effeuiller la miss en 4K qui défonce, la Switch n'est pas un monstre de technique, et préfère miser ici sur une amélioration notable, mais plutôt discrète des jeux d'origines.

 

femdom


Hérités de leur moutures WiiU donc, les deux softs se découvrent des textures plus fines, une stabilité relativement constante et surtout une fluidité toujours aussi impressionnante dès que les affrontements dantesques s'enchainent. A coté de cela, les quelques cut scenes quasiment pas retouchées font clairement veillottes. Au petit jeu des comparaisons, les deux softs font toujours autant débat, le premier plus nerveux et rustre, le second plus virtuose et accessible, mais  à force de portages Bayonetta 1er commence à afficher quelques rides. L'expérience dans les deux cas n'en reste pas moins toujours aussi décoiffante, mais on ne peut que regretter l'absence totale de vraie nouveauté, ou d'options inédites. Sur Bayonetta 2, les connexions Amiibo fonctionnent toujours pour revoir la garde robe de la créature de rêve, transformée en fonction des envies en diverses mascottes de Nintendo, et le multi revient en détente avec cette fois-ci l'utilisation du double écran. C'est peu, surtout que la version vendue en boite, ne contient que la cartouche de Bayonetta 2 et un code pour télécharger le preums, là où une seconde puce aurait été bienvenue.

Machine ultra-populaire (et à raison) et véhicule idéal pour une petit saga déjà culte à la réputation aussi imposante que le nombre de gamers y ayant vraiment goûté est restreint, la Switch devrait donc enfin permettre à Bayonetta d'être autre chose qu'un simple fantasme.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Pas de suspens, les versions proposées sur la dernière machine Nintendo s'installent forcément comme les moutures les plus abouties. Plus souples, plus fluides, plus beaux, oui, mais il ne faut pas non plus s'attendre à des miracles puisque-là encore ce ne sont que des portages retravaillés et non pas d'authentiques remakes. Mais comme dès le départ c'est dans le feu de l'action que la belle se révèle vraiment, et là la rapidité et la souplesse des mouvements fait largement le job. Un feu d'artifices de formes rebondies et pyrotechniques à l'affichage légèrement boosté, et des animations massives et franchement costaudes. Le premier n'est plus tout jeune mais perd tout de même quelques tâches aux coins des yeux.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023