TRINE
Etats-Unis - 2009
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « PC »
Image de « Trine »
Genre : Plates-formes
Musique : Divers
Développeur : Frozenbyte
Durée : moyenne
Langue : Français, anglais et divers
Distributeur : Nobilis
Date de sortie : 17 septembre 2009
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Trine »
portoflio
LE PITCH
Dans un royaume luttant contre le chaos et la magie noire, 3 héros sont liés malgré eux dans un puissant artefact, le Trine. Cependant, ils sont les seuls à pouvoir mettre fin au règne d'un sorcier maléfique qui dirige le Royaume. Pontius le brave, Amadeus le magnifique et Zoya la furtive devront utiliser leurs dons et s'unir afin d'affronter les dangers et rétablir la paix.
Partagez sur :
The Lost Loco Vikings of Persia

Bien obligé de mettre les bouchées double face à la concurrence sévère du Xbox Live Arcade de Microsoft, le Playstation Network de Sony accueille une petite bombe vidéoludique, le jeu de plates-formes / action / réflexion / Hack'n Slash Trine !

 

Pas bête, l'équipe de Frozenbyte. Sous l'égide de l'indépendant Nobilis, le studio observe les dernières tendances dans le domaine de l'Arcade at Home, domaine ramené sur le devant de la scène depuis maintenant quatre ans par les services de téléchargement de Microsoft et Valve. Frozenbyte vise donc quelques best sellers : outre Loco Roco et sa chasse aux bonus cachés (chaque niveau recèle ici des trésors d'expérience permettant d'augmenter les performances de ses persos), l'excellent remake de Prince of Persia est bien sûr cité, dont l'équilibre entre plates-formes, action et puzzle reste encore aujourd'hui une référence. Plates-formes, action et puzzle, trois éléments qui constituent justement le coeur du Game Design de Trine, et légitime la présence de trois personnages principaux tout droit sortis d'un RPG (une voleuse, un magicien, un guerrier), aux capacités évidemment complémentaires. C'est ainsi avec bonheur qu'au détour de quelques combats, soubresauts et énigmes tarabiscotées, Trine vient replonger les joueurs les plus anciens dans un sommet de la Megadrive : The Lost Vikings, où trois buveurs d'hydromel devaient associer leurs efforts pour venir à bout de défis plus corsés les uns que les autres.

 

Le meilleur des trois mondes

 

L'idée de collaboration véhiculée par Trine, soulignée par un superbe mode coopération faisant apparaître les trois personnages simultanément, n'aurait abouti nulle part si les concepteurs n'avaient pas eu les moyens de leurs ambitions. Mais Trine impose d'emblée sa richesse de détail, son souci du travail bien fait. La narration en elle-même met les petits plats dans les grands, en présentant les trois aventuriers l'un après l'autre, sur fond d'une voix off digne d'un conte des mille et une nuits (on vous conseillera vivement la VO). La multitude de possibilités offertes par les combinaisons de skills : la voleuse atteint des cibles éloignées avec son arc et peut explorer les hauteurs grâce à un grappin, le guerrier est le roi des combats au corps-à-corps, le magicien manie avec grâce - et grâce au second stick analogique - l'art de la télékinésie. Des talents qu'on pourra appliquer comme bon nous semble à chaque énigme, la solution n'étant pas, contrairement au très dirigiste Exit, gravée dans le marbre. Jeu sans prétention mais extrêmement plaisant à manipuler (une évidence renforcée par des graphismes somptueux), Trine se fraye un chemin sans mal dans la ludothèque encore limité du Playstation Network. En espérant que l'expérience fera quelques petits...

Alexandre Poncet

 

 

 

Partagez sur :
 

Au-delà même des limites du Playstation Network (le jeu est également disponible en version boîte sur PC), Trine se révèle être très agréable à regarder. Reposant sur un Gameplay 2D vu de côté, comme dans un bon vieux jeu de plates-formes 8 ou 16 bits, le soft de Frozenbyte s'appuie sur des graphismes 3D extrêmement détaillés, de personnages hauts en couleur et fortement typés (mention spéciale au guerrier, tout en armure imposante et en muscles) à des environnements variés et regorgeant d'effets de lumière. La bande originale appuie la patine "conte de fée" de l'ensemble, tandis que l'ergonomie, reposant sur les talents complémentaires des trois personnages, vient nous venger de l'inertie agaçante qui gâchait souvent l'expérience d'un Little Big Planet. Du pur Game Design à l'ancienne en somme, pour un jeu qui sait tenir la comparaison face aux canons technologiques récents.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021