PRO EVOLUTION SOCCER 2015
Japon - 2014
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « Xbox 360 »
Image de « Pro Evolution Soccer 2015 »
Genre : Sport
Musique : Inconnu
Développeur : Konami
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Konami
Date de sortie : 13 novembre 2014
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Pro Evolution Soccer 2015 »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Comme à chaque automne, tout le monde attend le match de l’année. Mais l’outsider Konami a décidé de prendre son temps pour mieux surprendre son adversaire.
Partagez sur :
Le match de l'année

L'histoire des jeux de foot est une affaire de cycle. Les jeux de Konami et d'Electronic Arts se tirent la bourre depuis des années, mais c'est le géant américain qui a su prendre au mieux le virage de la HD, reléguant son rival à la division inférieure. L'éditeur japonais poursuit tout de même la lutte courageusement, poussé par un public fidèle.

Ces supporters assidus proclament d'ailleurs haut et fort que le roi est enfin de retour. Konami a en effet largement remporté ce titre au cours des années PS2 : alors que son rival tentait, tant bien que mal de sortir un titre correct, l'éditeur japonais régnait en maître sur la discipline. Avec un gameplay précis et un touché inimitable, chaque épisode de PES offrait aux amoureux du ballon rond leur dose annuelle de sensations fortes. Jusqu'à l'arrivée des consoles HD, où la saga s'est effondrée, laissant le champ libre à des FIFA de plus en plus réussis. Depuis Konami a fait du chemin, loin d'abandonner la lutte, préférant même laisser passer un tour avant de se lancer à l'abordage de la nouvelle génération. Tirant des leçons du passé, PES 2015 arrive donc auréolé du nouveau moteur maison, le FOX Engine, pour mettre toutes les chances de son côté. En pratique, cela a le mérite d'éviter le même naufrage vécu en 2007 ; d'autant que Konami peut profiter d'un EA Sports trébuchant pour reconquérir au moins une partie de son public. Mais, au fond, cela reste encore insuffisant pour atteindre à nouveau les sommets des meilleures années.

 

Retour à petits pas


La différence entre les épisodes HD de PES et FIFA se joue surtout au niveau du feeling. Aujourd'hui encore, le titre d'EA Sports s'appuie sur une maniabilité souple et donne du poids aux joueurs comme à la balle pour faire ressentir la tension de chaque duel. Tandis que le jeu de Konami souffre d'une sévère rigidité, donnant l'impression que les joueurs courent sur des rails. Cela change dans cette mouture 2015, notamment dans les versions dédiées aux nouvelles consoles ; mais les efforts demeurent encore insuffisants sur PS3 et Xbox 360 pour réellement invoquer le « retour du roi ». Konami profite toutefois des choix étranges de son rival pour regagner du terrain : alors que FIFA 15 lorgne du côté de l'arcade (une aberration compte-tenu du très bon travail effectué ces dernières années), PES 2015 se montre plus rigoureux, propose un jeu plus posé et met l'accent sur la construction, sans oublier de laisser un peu de marge à quelques exploits individuels pour un soupçon raisonnable de spectacle. Quelques ratés surviennent cela dit de temps à autres : si les attaquants sont généralement réactifs, les défenseurs se montrent parfois un peu trop distraits, laissant des trous béants incompréhensibles. Par ailleurs, jouer contre la machine peut occasionnellement se montrer agaçant, l'intelligence artificielle ne commettant pratiquement jamais de faute (comme par hasard...). Un peu dommage, surtout lorsque l'on se penche sur le tout nouveau mode myClub, copie conforme du mode Ultimate Team de FIFA, qui pousse un peu plus loin l'aspect coaching de l'incontournable Master League. Heureusement, celui-ci peut également se jouer en ligne contre des joueurs du monde entier.

Benoit Barny










Partagez sur :
 

Si PES accuse un certain retard sur certains points, son niveau demeure constant lorsqu'il s'agit de modéliser les visages des plus grandes stars. Comme dans chaque volet de la série, les joueurs emblématiques des plus grandes équipes sont reconnaissables au premier coup d'œil, grâce à leurs traits rendus avec une grande authenticité, mais aussi à leur coupe de cheveux souvent originales (les choix douteux de certains ont le mérite de les faire sortir facilement du lot...). On reste toutefois moins convaincus par les visages génériques des sportifs moins célèbres : les passionnés de la Ligue 1 et de Ligue 2 risquent de rester sur leur faim. Impossible non plus de ne pas mentionner les problèmes de connexion rencontrés en ligne durant les premières semaines de jeu. L'éditeur travaille dur pour corriger cela, mais il vaut mieux être prévenu.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021