SUMMER STARS 2012
Summer Stars - Allemagne / Etats-Unis - 2012
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « Xbox 360 »Image plateforme « Wii »
Image de « Summer Stars 2012 »
Genre : Sport
Musique : Inconnu
Développeur : 49 Games
Durée : moyenne
Langue : Français
Distributeur : Deep Silver
Date de sortie : 18 mai 2012
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Summer Stars 2012 »
portoflio
LE PITCH
Affrontez vos amis ! Mesurez-vous à vos proches et à vos amis ou tentez de repousser vos propres limites afin de vous hisser au sommet du podium !
Partagez sur :
coup de soleil

Les Jeux Olympiques d'été c'est tous les quatre ans et en cette difficile année 2012 cela se passera à Londres. Et on va en entendre parler ! Les développeurs de jeux vidéos ont eux pris un peu d'avance question de nous mettre dans l'ambiance. Pas bête, Summer Stars 2012 prend la tête du peloton et marque le coup d'envoi.

 

Si les jeux de sport se construisent en général en trouvant un accord avec licence forte (NBA, Fifa et compagnie) les studios moins célèbres et moins fortunés doivent forcément faire sans. Quitte à se retrouver en concurrence directe avec une machine comme SEGA qui se vente directement d'un Londres 2012 : Le Jeu Officiel des Jeux Olympiques. Dur de faire face, surtout lorsque l'on s'appelle 49 Games et que l'on travaille depuis déjà bien trop d'années avec le même moteur de jeu. Leur titre affiche ainsi un certain âge dans ses graphismes et sa modélisation comme pouvait l'attester le dernier Winter Stars. Mais le petit studio ne s'arrête pas à cela et s'imagine se faire une petite place au soleil en se reposant sur deux facteurs non négligeables. Le premier est le prix (30 euros) défiant toute concurrence, le second l'ajout d'un mode carrière bien plus complet que ses habituels petits camarades. Entrecoupé de petites cinématiques montrant avec un humour léger les coulisses pas toujours au beau-fixe de ce type de compétition, il invite le joueur à enchainer progressivement les 18 épreuves disponibles: courses à pied, sauts de haies, saut en hauteur, natation, vélo cross, lancer de poids, escrime...

 

l'important c'est de participer

 

Le choix n'est pas exhaustif, mais permet tout de même une variété certaine dans le gameplay, reposant autant sur la précision, le rythme, que la rapidité permettant de reproduire les nombreux mouvements. Que ce soit avec les PS Move, le duo wiimote/nunckuck, le capteur Kinect ou les manettes classiques, la prise en main est à la fois classique, bien calibrée et très accessible. Peut-être un peu trop puisque pour la plupart le palmarès de challenge du mode carrière s'enquille assez rapidement et ce sans trop mettre le joueur à l'épreuve du stress. Surtout que le studio a imaginé un système de capacités à débloquer, permettant d'améliorer considérablement les caractérisitques des différents athlètes : plus de stabilité à l'arc, meilleur timing en course, nouvelles combinaisons de figures pour les parties artistiques. Mine de rien l'idée mériterait d'être reprise par la concurrence.  Reste qu'en dehors de cette difficulté un peu juste, les parties libres en multi-joueurs peuvent certes regrouper quatre joueurs en même temps (mais surtout l'un après l'autre en général), uniquement en locale. Sympa, mais vraiment dommage d'avoir ainsi oublié les options en ligne qui pour le coup auraient permis d'étoffer considérablement l'expérience et de faire oublier qu'à coté des 45 épreuves de Londres 2012 et qui plus est plombé par quelques total ratages (le cross bike est insupportable), ce Summer Stars 2012 est encore loin de pouvoir jouer solidement dans la cour des grands.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Toujours dans la mouvance du précédant Winter Stars, Summer Stars 2012 relève un tout petit peu la tête... sur Wii en tout cas, où le soft paraît relativement bien à sa place malgré quelques modélisations pas toujours précises et des décors qui tirent sur le criard. Sur Xbox 360 et PS3 c'est étrangement un résultat quasiment identique avec donc un traitement visuel très en retard sur les canons actuels de ces machines à leur apogée technique. Ici, 49 Games a d'une certaine façon privilégié le fonctionnel, le lisible, plutôt que d'essayer « d'avoir l'air de » et de se casser le nez. Par contre pas grand-chose à reprocher du coté du gameplay, dont la polyvalence et l'accessibilité, même avec les différents systèmes de reconnaissance de mouvements, est suffisamment rare pour être signalée. 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023