LA BIBLE DE L'AMIGA
France - 2012
Image plateforme « Amiga »
Image de « La Bible de l'Amiga »
Genre : Livre
Musique : Aucun
Développeur : Pix n Love
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Pix n Love
Date de sortie : 30 avril 2012
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « La Bible de l'Amiga »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Toute la saga de l'Amiga résumée en 352 pages.
Partagez sur :
La roll's des micro

Pix n Love continue sa miraculeuse croisade vidéoludico-philique (copyright déposé sous peu). Après nous avoir narré les aventures de la PC Engine, de Sonic ou d'autres légendes de la culture populaire pixellisée, l'éditeur s'attaque au mythe de l'Amiga.

 

Dans les années 1980, deux grandes écoles s'offraient aux amateurs de plaisirs numériques (à l'époque, on les qualifiait encore d'électroniques) : d'un côté les consoles de salon, souvent amalgamées au nom d'Atari ou de Nintendo, de l'autre les ordinateurs de bureau, micro pour les intimes. L'arrivée de l'Amiga durant la seconde moitié des eighties eut dans ce contexte l'effet d'un pavé lancé dans une mare, la machine (très chère, donc élitiste) réunissant les bienfaits des ordinateurs (logiciels professionnels à foison, larges possibilités de création et de programmation) et des consoles (ludothèque hallucinante, jeux en haute résolution - pour l'époque - processeur graphique permettant des animations autrement plus fluides que la concurrence). Véritable madeleine de Proust pour qui en a un jour possédé un, et à jamais objet de convoitise pour les possesseurs de son ersatz l'Atari ST, ou du beaucoup plus cheap Amstrad CPC, l'Amiga continue d'illuminer le regard de beaucoup de joueurs.

 

Vie privée, vie publique de l'amiga

 

Grande idée, donc, que de consacrer une Bible au monstre de Comodore. Grande idée de le faire avec autant de classe, le pavé de Pix n Love (350 pages, tout de même, papier épais, couvertures glacées, miam !) alliant à la fois l'élégance et le recul historique d'un livre haut-de-gamme à la pertinence et au sens de l'anecdote d'une approche journalistique mûrement réfléchie. Dans ce contexte, la linéarité du sommaire fonctionne parfaitement : en premier lieu une rétrospective sur la genèse, la grandeur et la décadence de la machine, avec des détails croustillants sur la rivalité Comodore / Atari, sur la sortie ratée du premier Amiga, sur les chaises musicales en coulisses ou les investissements plus ou moins considérés. Ensuite, des entretiens avec des ex-joueurs / programmeurs, permettant de compiler des souvenirs très intimes dans lesquels se reconnaîtront beaucoup de lecteurs. Enfin, une liste alphabétique exhaustive des centaines de jeux disponibles sur Amiga 500, 600, 1200 ou CD32 (en vrac, Speedball 2, Shadow of the Beast, Fate of the Atlantis, Jim Power, Barbarian, International Karate +, Le Voyageur du temps, Another World, Crazy Cars, Vroom, Zool... Il y a de quoi faire !), avec pour chaque un résumé / critique, une note étoilée, une photo de l'écran titre et une autre ingame. De quoi rêver pendant des heures à des années déjà lointaines... et vous donner envie de planifier des soirées entières devant un bon émulateur.

Alexandre Poncet


Partagez sur :

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023