SUPER STREET FIGHTER IV ARCADE EDITION
Japon - 2011
Image plateforme « Playstation 3 »Image plateforme « Xbox 360 »Image plateforme « PC »
Image de « Super Street Fighter IV Arcade Edition »
Genre : Combat
Musique : Hideyuki Fukaswa
Développeur : Capcom
Durée : élevée
Langue : Anglais et Japonais sous-titré en Français
Distributeur : Capcom
Date de sortie : 24 juin 2011
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Super Street Fighter IV Arcade Edition »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Alors que Seth tente de voler les techniques des meilleurs combattants pour conquérir le monde, la véritable source du Mal s’éveille…
Partagez sur :
Cet été dans les salles obscures...

Les jeux de combat suivent un régime particulier : si les profanes s'en offusquent à chaque fois, il faut reconnaître que ces révisions sont un mal nécessaire pour atteindre l'équilibre. Un équilibre indispensable pour assurer la qualité des compétitions.

 

Mais pour mieux vendre une nouvelle révision, rien ne vaut l'ajout de quelques persos supplémentaires, et ils sont au nombre de quatre : les jumeaux Yun et Yang et les représentants du Mal absolu, Evil Ryu et Oni, version ultime d'Akuma. Vu de loin, Capcom semble avoir pris peu de risque : sans regarder dans le détail, nous avons là deux paires de doublons. Il est vrai que, malgré ses quelques spécificités, Evil Ryu est avant tout un mix entre le « grand maître du karaté » et Akuma. En ce qui concerne les autres newcomers, en revanche, c'est une histoire une peu différente. Les deux jumeaux issus de Street Fighter III disposent de leur panoplie d'attaques respective, comme dans Third Strike, et apportent leur style, tout en vivacité à ce quatrième chapitre. Quant à Oni, il s'éloigne plus de son modèle qu'on pourrait le croire, grâce à, entre autres, une nouvelle technique qui lui permet de dasher en l'air et qui lui ouvre des possibilités pour le moins inattendues. Ainsi, l'arrivée de nouvelles têtes est un plus appréciable, même si, après les 10 combattants ajoutés dans le Super, nous espérions (naïvement), un chiffre plus excitant. Mais le vrai problème serait la surpuissance de l'un d'entre eux, Yun en l'occurrence : entre son pressing infernal, ses dive kicks diaboliques et ses attaques plus safes les unes que les autres, beaucoup ont souffert face à lui. Seulement, il faut se méfier des retours que l'on peut lire à droite à gauche, les réactions étant souvent trop hâtives (même si les résultats de quelques gros tournois auraient tendance à confirmer cette impression) ; de toutes façons, il faut, comme d'habitude, des mains expertes pour en tirer le meilleur.

 

du nerf' bon sang !

 

Mais la véritable raison d'être de cette Arcade Edition, c'est le rééquilibrage de l'ensemble du casting : chaque personnage disponible a eu droit à un certain nombre de modifications, que ce soit des hits boxes modifiées, des nombres de frames revus à la hausse (ou à la baisse) pour certaines techniques ou plus simplement des points de dommage ou de vie réajustés. Au final, le résultat semble être un affaiblissement, ou nerf, quasi général. Certains ont tout de même bénéficié d'un buff global, les exemples les plus parlants étant Hakan et Makoto, considérés comme de vrais low tiers dans la version précédentes et qui disposent désormais d'options plus efficaces lors de match-ups défavorables. En revanche, les persos à projectiles n'ont pas eu droit au même traitement de faveur : peut-on, du coup, s'attendre à voir de moins en moins de spam de boules de feu ? C'est difficile à dire tant les choses peuvent évoluer, selon les habitudes qui s'installeront chez les joueurs réguliers après plusieurs mois de pratique. Rendez-vous donc cet été lors des plus grands tournois internationaux, l'EVO et le Tougeki, pour un premier vrai test à grande échelle. En attendant, faut-il se procurer Arcade Edition ? Si vous ne possédez aucune version de Street Fighter IV, foncez, car c'est véritablement le jeu de combat du moment. Si vous possédez l'une ou l'autres des versions sorties précédemment, foncez aussi, car pour trouver des adversaires en ligne ou pour vous préparer à de futures compétitions, il vaut mieux être up-to-date. A moins, bien sûr, que vous ne pratiquiez le VS Fighting que de manière occasionnelle et que votre exemplaire de SFIV dort tranquillement dans votre placard : mais dans ce cas, cette critique ne vous concerne pas vraiment...

Benoit Barny










Partagez sur :
 

Pas grand-chose à dire sur l'aspect technique puisque SSFIV AE reprend exactement la base de SSFIV : c'est donc toujours aussi beau, toujours aussi fluide et le mode on-line demeure très solide. On regrettera seulement une certaine facilité au niveau du contenu : pas de nouveaux décors, pas de défis spécifiques pour les nouveaux personnages... Mais notons tout de même quelques options supplémentaires au niveau des replays qu'il est possible de partager avec ses amis sur un canal dédié ; vous pouvez même suivre un joueur en particulier, que ce soit une connaissance ou un Top Player. Sachez, enfin, qu'il est possible, dans le menu Options, de switcher entre les versions Super et Arcade Edition du jeu pour affronter en ligne des adversaires qui possède l'une ou l'autre. Pratique si vos camarades n'ont pas tous franchi le pas.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022