THE KING OF FIGHTERS THE OROCHI SAGA
Japon - 1994 - 2008
Image plateforme « Wii »Image plateforme « PSP »Image plateforme « Playstation 2 »
Image de « The King of Fighters The Orochi Saga »
Genre : Combat
Musique : Divers
Développeur : SNK Playmore
Durée : élevée
Langue : Anglais
Distributeur : Ignition Entertainment
Date de sortie : 2 avril 2009
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « The King of Fighters The Orochi Saga »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Rugal Bernstein, célèbre chef de la pègre incroyablement riche, est également un combattant d’une puissance extraordinaire. Déçu par le manque d’adversaire à sa valeur, il décide d’organiser un nouveau tournoi King of Fighters pour tromper son ennui.
Partagez sur :
Best of the best

Alors qu'un douzième chapitre est attendu pour les semaines qui viennent, SNK propose une petite piqure de rappel avec ce Orochi saga comprenant ni plus ni moins que King of fighters 94, 95, 96, 97 et 98 (oui ils ont toujours eu beaucoup d'originalité pour les titres), soit cinq titres parmi les meilleurs softs de baston.

Malgré la profusion de titres dans le genre grosse bagarre entre gros bras (et jolies pépées), deux éditeur se sont longtemps partagé les étals. Capcom d'un côté avec le mythique Street Fighter, et SNK de l'autre. Un éditeur qui d'ailleurs à connu ses plus belles heures grâce à sa Neo Geo, console luxueuse proposant à la maison de véritables Hits Arcade. Parmi ceux-ci il y avait bien entendu les King of Fighters (ou KOF), eux mêmes présentés comme une compilation des plus gros succès maison : Art of Fighting, Fatal Fury, Ikari Warriors... Depuis les années ont passé et cette anthologie regroupant les cinq premiers opus permet enfin à tous les amateurs de redécouvrir ces classique de la baston 2D, sans passer par la carte émulateur (c'est pas bien !) (mais si c'est bien ! ndlr). Une belle opportunité qui permet en outre de mesurer la réussite exemplaire des soft offrant, aujourd'hui encore, designs soignés, animations chiadées et modélisations exemplaires. Les KOF traversent les années sans grands ombrages, montrant une nervosité inégalée et une approche technique d'apparence simple, mais extrêmement rodée.

Furious hit

Une équipe de trois combattants, quatre coups de base (poing et pied en version légers ou puissants), quelques super coups et une jauge de fury à gérer en encaissant ou en se concentrant. Les ingrédients sont sobres mais la technique devient vite millimétrée lorsque apparaît dans l'opus 95 la possibilité de confectionner sa propre équipe ou en 96 celle d'esquiver les coups au lieu de simplement se défendre. Chaque chapitre accueille ainsi son lot de modifications sensibles, auxquelles viennent s'ajouter quelques suppléments bienvenus propres à cette compilation : mode entraînement, affichage des combinaisons, huit niveaux de difficulté et mode challenge sur KOF 98. Pas de trahison, les puristes seront aux anges. Reste après à savoir quelle version choisir. On évitera logiquement la mouture PSP affublée de freeze réguliers et surtout de temps de chargement longuets. De leur côté les versions PS2 et Wii sont équivalentes et ne souffrent d'aucun défaut marquant, à la différence près que sur la machine Nintendo l'utilisation Wiimote / Nunchuck reste hasardeuse et peu adaptée. On y préfèrera une bonne vieille manette Gamecube ou la manette classique, à défaut d'un stick arcade malheureusement inexistant.

Simon Gruber






Partagez sur :
 

Y a pas à dire, cette bonne vieille 2D vieillit bien moins vite que la 3D. Pour preuve les KOF qui profitaient en leur temps de tout le savoir-faire SNK, affichant des décors bien dessinés, des animations assez fluides et des héros mortellement charismatiques. Forcément du premier opus au cinquième on voit apparaître une foule de détails supplémentaires et les mouvements des combattants se font plus naturels. Etonnant pour les plus âgés de se rendre compte que finalement un titre Neo Geo peut tourner sur quasiment toutes les machines actuelles sans aucun soucis. On vit une époque formidable.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021