SUPER STREET FIGHTER IV 3D EDITION
Japon - 2010/2011
Image plateforme « Nintendo 3DS »
Image de « Super Street Fighter IV 3D Edition »
Genre : Combat
Musique : Hideyuki Fukaswa
Développeur : Capcom
Durée : élevée
Langue : Français
Distributeur : Capcom
Date de sortie : 25 mars 2011
Jeu : note
Technique : note
Jaquette de « Super Street Fighter IV 3D Edition »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Un tournoi d'arts martiaux rassemble les meilleurs combattants du monde entier. Dans l'ombre, à la tête du groupe terroriste S.I.N., le terrifiant Seth étudie les techniques de chacun afin d'acquérir le pouvoir absolu...
Partagez sur :
3D STrike

Sortant la série d'une retraite pas forcément méritée, Street Fighter IV s'est rapidement imposé comme LE jeu de baston nouvelle génération, et ce malgré un traitement 2D que certains jugeaient d'un autre âge. Belle et proposant des combats hautement stratégiques, sa version upgradée (Super Street Fighter IV) entend marteler ses attributs sur la nouvelle portable de Nintendo. Et en relief, un coup de tatane fait encore plus mal.

 

Au lancement de la Super Nintendo (outch ça remonte), le monstrueux Street Fighter II se présentait comme le titre démo indispensable, permettant d'en mettre plein la vue aux pauvres petits camarades équipés de Megadrive. Bien des années plus tard, Super Street Fighter IV 3D Edition réussit le même exploit en explosant immédiatement la rétine de l'heureux possesseur d'une Nintendo 3DS. Certes le titre n'a rien de nouveau et cette mouture portable ne fait, a priori, qu'adapter un pur hit de salon dans une version mini... mais justement, tout l'exploit est là. Visuellement, le peu de différences avec le modèle frappe immédiatement : en dehors de décors désormais fixes (mais toujours détaillés), tout est là ! Des enchaînements chiadés aux animations d'une fluidité monstrueuse en passant par les finish délirants, le soft est un véritable festival, qui gagne une légère production value lors de son passage à la 3D. On passera tout de même sur la petite option « vue dynamique » où la caméra se place derrière l'épaule du joueur, la vision étant clairement faussée pour les spécialistes, pour souligner à quel point la présence des 35 combattants, de tous leurs combos. Le choix avant chaque partie entre les deux Ultra combos de chaque personnages impose le respect.

 

combats de rue, dans la rue


Toujours aussi rapide, précise et exigeante, la bombe de Capcom permet en outre de démontrer les excellentes sensations du pad analogique de la machine (qu'en l'occurrence on préfèrera à une croix un poil trop rigide), et l'excellente idée de programmer quelques commandes spécifiques (super attaques, chopes, voire même combinaisons basiques) sur l'écran tactile du bas pour compenser une prise en mains moins naturelle qu'avec un stick arcade ou un pad. Les développeurs n'ont décidément pas fait les choses à moitié, car si le solo (séquences animées pourries comprises) paraît ahurissant pour une machine de poche (on va sûrement en prendre l'habitude par la suite), il est accompagné de toutes les options « on line » de ses deux grands frères avec des connexions d'une simplicité enfantine, la possibilité d'enchaîner immédiatement sur la revanche ou d'assister au combat en cours lorsque la salle d'attente est bondée. En gros, c'est une petite révolution qui prend vie sous nos yeux. Montrez-le aux copains pour les faire bisquer, ils vont s'extasier.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Si cette 3D Edition ne peut s'enorgueillir d'afficher la même masse d'informations qu'une version PS3 ou Xbox 360, il faut lui reconnaître la capacité de mettre K.O. dès le premier combat lancé. Les animations et textures sont superbes, les effets lumineux explosent sur l'écran sans aveugler le joueur et même les décors (certes immobiles) affichent un soin du détail rare. Difficile de faire la fine bouche quand vient en plus s'ajouter une utilisation, accessoire certes, mais parfaitement maîtrisée de l'écran en relief, donnant l'impression de voir de petites figurines de nos personnages préférés se foutre sur la tronche et les arrières plans se découvrir une toute nouvelle profondeur sur deux ou trois plans. Le résultat est bluffant, et il faut lui ajouter une adaptation brillante du gameplay (les options de la 3DS font le reste) et une restitution sonore qui donnerait presque l'impression d'avoir des enceintes HD constamment autour de soi. S'il ne vous faut qu'un jeu pour le lancement de la 3DS, c'est celui-là.   

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021