COBRA THE ANIMATION
Cobra the Animation - Rokunin no Yuushi - Japon - 2010
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Cobra The Animation »
Genre : Space Opera
Réalisateur : Keizô Shimizu
Musique : Yoshihiro Ike
Image : 1.85 16/9
Son : Japonais et français stéréo
Sous-titre : Français
Durée : 325 minutes
Distributeur : Kazé
Date de sortie : 3 novembre 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Cobra The Animation »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Planète Vénus. La voiture de Cobra se fait réduire en miettes par un camion poursuivi par la Guilde des Pirates de l'Espace. La passagère du camion, la belle Secret, est le portrait craché de Dominique, l'ancienne amante de COBRA. La jeune femme le supplie d'apporter la "clé de Shiva" sur la planète Garon, et Cobra doit encore une fois affronter ses ennemis de toujours pour la protéger.
Partagez sur :
Le roi c'est toujours Cobra

Plus vif que le serpent, c'est Cobra ; Personne ne l'aperçoit, c'est Cobra ; Mais il est toujours là... Après trop d'années d'absence, l'homme au psychogun et à l'ironie imparable revient pour semer le bordel dans la galaxie dans une nouvelle série TV. La virtuosité des premières années n'est peut-être plus là, mais ses jolies partenaires et l'action sont bel et bien au rendez-vous.

Adulé par les trentenaires et pas mal de quadras l'ayant découverte en avant-première sur Canal +, la série animée Cobra est restée dans les annales autant pour la sophistication de sa réalisation que la fluidité de son animation et bien entendu la décontraction extraordinaire de son héros au juste-au-corps rouge vif, dont le visage rappelait volontairement les traits de notre Bebel national. Il aura pourtant fallu attendre trente ans pour que les 31 épisodes initiaux connaissent une suite à la télévision (après une mise en bouche de 6 OAV qui devraient sortir à leur tour en Blu-ray très prochainement). Un évènement si tardif que la comparaison fait forcément un peu mal au premier regard, l'équipe artistique ayant changé du tout au tout. On est ainsi loin de la mise en scène outrancière et délirante de l'immense Osamu Dezaki (Lady Oscar, Golgo 13), remplacé ici par un plus académique Keizô Shimizu (vétéran ayant œuvré sur Astro Boy ou Dirty Pair), des musiques pop-jazz de Kentarô Haneda (Sherlock Holmes) auxquelles succèdent les mélodies basiques d'un Yoshihiro Ike (Blood the last vampire). Les années ont passé et l'univers de Cobra s'est quelque peu « normalisé », avec un générique gentiment pantouflard et surtout un design plus épuré avec des visages plus doux et moins caricaturaux.

 

homme ou machine ?


Une trahison ? En somme non puisque le studio Guild Project, qui reprend ici directement les chapitres suivants du manga noir & blanc, s'inspire largement de la tonalité plus sombre des derniers mangas en couleur (visible par l'utilisation marquée d'images de synthèse très proches du travail infographiste de la BD), restituant ainsi plus fidèlement que jamais toute la richesse de l'univers crée par Buichi Terasawa. Pirates de l'espace, créatures féminines aux formes pleines et généreuses vêtues de très courts bikinis, plantes carnivores aux dents en diamants, mondes parallèles, planète errant dans l'espace, trésors millénaires.... Le mélange détonnant de James Bond, de polar noir, de western et de space opera décomplexé fait toujours merveille, grâce à un rythme rondement mené, une animation de grande qualité pour une production TV, des scènes d'action bien calibrées et la personnalité décontracté de Cobra, aussi séducteur que gaffeur, fataliste qu'éternel optimiste. De multiples facettes que la voix française, Jean-Claude Montalban, a pour une fois compris avec subtilité. Toujours aussi drôle et délirante, cette nouvelle série (13 épisodes seulement) ne retrouve donc pas l'aura culte de son modèle, mais parvient à faire revivre avec brio l'un des personnages les plus charismatiques de l'histoire du manga. Et puis, comment résister à la plastique hallucinante des nouvelles Cobra-girls ?

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
C'est le point fort de cette édition Blu-ray qui propose une image tout simplement parfaite. Profitant d'une production entièrement traitée numériquement, la série nous parvient subliment définie avec des couleurs pleines et contrastées, la profondeur des noirs rivalisant avec la précision des coups de crayons. L'animation en Blu-ray, c'est sublime, même quand c'est de la télévision.

 

Son :
Pas de version gonflée en DTS HD Master Audio 5.1 comme nous y a habitué le format Blu-ray : les versions japonaise et française doivent se contenter de très propres (mais bien balancées) stéréos télévisuelles. L'occasion ici de rappeler l'excellence de la prestation de Jean-Claude Montalban, inoubliable doubleur français de la première série, qui retrouve avec une bonne humeur communicative le bagou du personnage. Noaya Uchida, son incarnation japonaise, s'en sort lui aussi plutôt bien, malgré la marque écrasante laissée par Nachi Nozawa (doubleur de toutes les versions précédentes), malheureusement trop affaibli (et décédé depuis) pour participer à ce comeback.

 

Interactivité :
Pas grande chose à se mettre sous la dent. Aucun bonus vidéo à l'horizon, ni de rétrospective sur la création de Terasawa. L'éditeur a tout de même glissé, dans cette petite box cartonnée regroupant les deux boîtiers bleus des Blu-ray, un livret d'une trentaine de pages qui après une courte introduction permet d'apprécier quelques croquis et illustrations.

 

Liste des bonus : Livret de 30 pages, bandes annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022