ZACK ET MIRI FONT UN PORNO
Zack and Miri Make a Porno - Etats-Unis - 2008
Image plateforme « DVD »
Image de « Zack et Miri font un porno »
Genre : Comédie
Réalisateur : Kevin Smith
Musique : James L. Venable
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais Dolby Digital 5.1, Français Dolby Digital 5.1 et DTS 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 101 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 6 octobre 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Zack et Miri font un porno »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Zack et Miri, deux colocataires minés par des problèmes d’argent, décident de réaliser un film pornographique amateur pour rembourser leurs dettes. Mais ils vont progressivement se rendre compte que les sentiments qu’ils ont l’un pour l’autre sont peut-être plus profonds qu’ils ne l’imaginaient…
Partagez sur :
Making of cul-te

Alors que le navrant Top Cops est sorti sur nos écrans, le dernier VRAI film de Kevin Smith (Dogma) n'a pas eu les mêmes honneurs. Passage direct par le marché DVD pour une production pourtant réjouissante, originale et elle... vraiment très drôle.

 

Réalisateur indépendant et geek par essence, Kevin Smith aura été envisagé sur quelques grosses productions (Daredevil, Green Hornet), mais son esprit était sans doute peu enclin à séduire durablement les studios. En dehors d'un laborieux Top Cops, le réalisateur de Clerks garde donc toute latitude pour créer film après film une œuvre qui célèbre les losers et les galériens en puissance, dont la déconnexion sociale n'a d'égale que la sympathie qu'ils inspirent. Zack et Miri font un porno retrouve ainsi avec délectation (malgré une extradition hors du New Jersey) toute l'énergie et l'humour grossier qu'on lui connaît. Dans la foulée directe de son fabuleux Clerks II, Smith dépeint ici un couple (colocataires) en devenir, tellement plongés dans les ennuis financiers que la seule idée qui leur vient à l'esprit est de tourner un porno semi-amateur pour s'en sortir. Du casting des futurs acteurs (tout aussi largués qu'eux) au tournage d'une parodie cul de Star Wars avortée, en passant par les attendues scènes de fesse, le film joue avec les envies de voyeur du spectateur, sans jamais détourner le regard. C'est que le réalisateur et toute son équipe font preuve d'un réel respect pour le genre et les gens qui y travaillent, faisant preuve d'un amour évident pour le sexe libéré, et toutes les pratiques codifiées ou non. La réalisation de Kevin Smith n'a toujours rien d'esthétique, mais le metteur en scène / scénariste / monteur sait parfaitement mettre en valeur ses dialogues et acteurs.

 

cinéma vérité ?

 

Entre improvisations parfaitement gérées et échanges finement ciselés, le texte se révèle constamment hilarant, et d'autant plus réussi que les grossièretés de langage frôlent la vulgarité sans jamais y sombrer. Une drôlerie qui repose aussi sur le talent d'une troupe d'acteurs décontractés et naturels, où Seth Rogen (40 ans toujours puceau, En cloque mode d'emploi) et Elizabeth Blanks (W., Scrubs) trouvent leurs plus jolis rôles, Kevin Smith étant passé maître dans l'art de révéler des acteurs souvent agaçants ailleurs (voir Ben Affleck). Il est toujours aussi amusant en outre d'observer à quel point le créateur des fameux Jay et Silent Bob réussit à manier des situations parfois scabreuses et des propos outranciers, en y incorporant avec intelligence une grande naïveté, une sensibilité presque enfantine, apte à traduire une petite histoire d'amour (en fait le cœur du film) particulièrement touchante. Entre une bonne sodomie en gros plan, une Tracy Lords qui fait subir les derniers outrages à un petit blondinet et Jason Mewes (le Jay de Jay et Silent Bob) qui étale son anatomie à chaque occasion, Zack et Miri découvrent leurs sentiments avec candeur lors de leur scène porno. Un doux moment de poésie qui contamine le reste du film et transforme cette comédie irrespectueuse et foncièrement vulgaire en film des plus charmants.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Aucun soucis du côté du master qui affiche une image parfaite avec des couleurs bien marquées, malgré une photo assez sobre. Les teintes sont naturelles et contrastées, les noirs profonds, et la compression ne décroche jamais.

 

Son :
Impossible d'imaginer découvrir un film de Kevin Smith dans une version française forcément en dessous des dialogues originaux. C'est pourtant cette langue qui profite d'un mixage DTS un poil plus limpide. La version originale, elle, se contente d'un Dolby Digital 5.1 relativement du même acabit. Les dialogues sonnent clairs et naturels et c'est bien là l'essentiel. Pas de gros travail sur les ambiances, mais Zack et Miri font un porno n'a rien d'un blockbuster bardé d'explosions.

 

Interactivité :
Alors que Wild Side Vidéo est en général connu pour son sérieux éditorial, on est très étonné de voir que ce dernier n'a pas choisi de reprendre l'intégralité des bonus américains. Disparition des webisodes tournés pendant la production, de la conférence enregistrée pendant le Comic-con et du sujet Seth vs. Justin: Battle for Improvisational Supremacy..Restent heureusement quelques moments savoureux. A commencer par les scènes coupées (10 pour le DVD, 17 pour le Blu-ray....injuste donc) qui permettent de découvrir quelques gags et impros supplémentaires et un petit making of où chacun évoque le casting, les fausses scènes de cul et un gag particulièrement scato. Sympa.

 

Liste des bonus : 10 Scènes queutées (25'), Zack inside Miri (20'), Bonus caché, bandes-annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021