LE GRAND CHEMIN
France - 1987
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Grand Chemin »
Réalisateur : Jean-Loup Hubert
Musique : George Granier
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français pour sourds et malentendants
Durée : 107 minutes
Distributeur : Tamasa
Date de sortie : 16 novembre 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Grand Chemin »
portoflio
LE PITCH
Abandonnée par le père de ses enfants, Claire, enceinte, confie son fils aîné Louis à un couple d’amis, Marcelle et Pelo. Le petit Parisien doit apprendre à se familiariser avec l’ambiance de la campagne et l’atmosphère étrange qu’il règne dans le foyer du couple, qu’un lourd secret sépare depuis des années. L’arrivée du petit garçon sera pour eux un nouveau départ.
Partagez sur :
un bel été à la campagne

Film français incontournable de l'année 87, Le Grand Chemin combina le chiffre imposant de trois millions de spectateurs hexagonaux et une reconnaissance rare aux César : Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur actrice et Meilleur Acteur. Carton plein pour une jolie comédie sur l'enfance et les drames de l'âge adulte.

Après deux comédies familiales assez sympathiques, L'Année prochaine si tout va bien (avec Thierry Lhermitte) et surtout La Smala (avec Victor Lanoux et Josiane Balasko), Jean-Loup Hubert livrait certainement avec Le Grand Chemin à la fois son film le plus populaire et le plus personnel. En effet si ce dernier fut une telle surprise en 1987, touchant droit au cœur les spectateurs et leurs gamins, officiant aussi bien parfaitement sur le divertissement transgénérationnel et la fibre nostalgique, c'est sans doute parce que tout ce qui y est raconté, scènes, situations et personnages (et même leurs noms), sont issus de la mémoire du cinéaste. Lui aussi fut envoyé en vacances dans la maison à la campagne d'un couple d'ami de sa mère qu'il n'avait jamais rencontré ; lui aussi fut accueilli par une Marcelle qui « retirait son pyjama » à un pauvre Jeannot Lapin ; lui aussi dû dépasser sa crainte première de « l'ours » Pelo ; lui aussi dû dormir face au cimetière du village et supporter les disputes nocturnes du couple ; lui aussi fit les 400 coups avec la voisine espiègle et délurée.

 

« Tu sais, c'est pas simple les histoires des grandes personnes... »


Une authenticité qui innerve tout le métrage et qui offre un regard rare sur la complexité de l'enfance, oscillant entre la succession de péripéties campagnardes et de petites et grosses bêtises commises loin du regard des adultes, la découverte progressive des réalités cachés par ceux-ci et la rencontre avec une nature plus présente, une approche plus franche de la vie. Cette confrontation entre le monde de la ville et la rudesse plus naturelle de la campagne de cette France des années 50, où la fracture entre les deux était encore particulièrement visibles (et on ne parle pas que des toilettes au fond du jardin), qprend alors en partie la forme du charmant récit initiatique. Mené par le bout du nez par la copine sacrément dégourdie interprétée par une inoubliable Vanessa Guedj, machine à connerie qui bouffe les scènes par sa spontanéité, Louis s'amuse, pleure, rencontre cet autre monde et grandit en observant ces étranges adultes qui laissent entrevoir cet âge à venir, plein de secrets et de non-dits. Car la grande qualité du Grand Chemin est de développer avec autant de soin les deux gosses que leur pendant adultes, Marcelle et Pello, couple en constante tension, enchainant vacheries et engueulades, tristement marqué par le décès de leur propre enfant des années plus tôt. Les dialogues sont souvent admirables dans leur mélange de drôlerie et de sous-entendus plus touchants, mais l'intensité d'interprétation d'Anémone (son plus beau rôle) et d'un Richard Bohringer tout en intériorité affirme la belle sincérité d'un Grand Chemin fait de petits riens et de beaucoup d'émotions.

Nathanaël Bouton-Drouard






 

Partagez sur :
 

Image :
Entièrement restauré et retravaillé en 4K par Flach Films, Le Grand Chemin retrouve nettement toute sa jeunesse. Les cadres ont été totalement débarrassée de la moindre imperfection, stabilisés, tout en respectant chaleureusement le grain d'origine. La définition optimale vient redessiner des plans bien plus profonds que lors des précédentes exploitations. Même ressenti de révélation du coté des couleurs, chaudes, vives, contrastées et naturelles, qui retrouvent toute leurs sensations estivales.

 


Son :
La piste française mono d'origine a elle aussi manifestement connu une revigoration nécessaire. Les dialogues sont à nouveau totalement clairs, équilibrés et sans la moindre perdition perceptible.

 


Interactivité :
Simple mais jolie édition de la part de Tamasa qui propose deux rencontres inédites pour son Bluray. Le réalisateur Jean-Loup Hubert en ouverture qui revient forcément sur l'aspect hautement autobiographique du film, puis sur sa rencontre avec les jeunes acteurs et leurs pendants adultes loin d'être plus faciles à appréhender et délivre quelques petites anecdotes souvent souriantes sur les coulisses. C'est ensuite au tour de Vanessa Guedj d'évoquer ses souvenirs d'un tournage particulièrement joyeux pour les deux gosses. Sa rencontre avec Anémone qui deviendra une longue amitié, les conneries faites en cachettes, l'impacte du film sur sa carrière... Martine n'a rien perdu de son franc parlé.

Liste des bonus : « L'Aventure du Grand Chemin » par Jean-Loup Hubert (33'), « Le Regard des autres » par Vanessa Guedj (28'), Bande-annonce.

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023