SOUVENIRS GOUTTE à GOUTTE
おもひでぽろぽろ - Japon - 1991
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Souvenirs goutte à goutte »
Réalisateur : Isao Takahata
Musique : Katsu Hoshi
Image : 1.85 16/9
Son : Japonais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 119 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 22 juin 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Souvenirs goutte à goutte »
portoflio
LE PITCH
Taeko, une jeune citadine de 27 ans, part en vacances à la campagne, dans la famille de son beau-frère. Laissant derrière elle ses préoccupations, elle se laisse submerger par ses souvenirs d’enfance, des anecdotes survenues en 1966 alors qu’elle n’avait que onze ans…
Partagez sur :
Le poid du passé

Après l'excellent Le Tombeau des lucioles en 1988, Isao Takahata signait en 1991 Souvenirs goutte à goutte, de nouveau produit par les Studios Ghibli et Hayao Miyazaki. Cette chronique nostalgique marquée par le réalisme quasi-documentaire des dessins fut l'un des plus grands succès de son auteur.

La collection Wild Side consacrée aux films des Studios Ghibli est arrivée à terme, et après la sortie des titres les plus réputés (Mon voisin Totoro, Le Voyage de Chihiro...), l'éditeur devenu le distributeur officiel de la célèbre maison de production nous propose des titres moins connus tel ce Souvenirs goutte à goutte, qui avait fini au sommet du Box-office japonais en 1991. Bien que déjà édité en Blu-Ray dans nos contrées, il se présente ici pour la première fois avec une version française réalisée pour Netflix en 2019.
Le réalisateur suit ici le destin de Taeko, jeune femme célibataire de 27 ans qui à l'occasion de vacances à la campagne voit ressurgir de nombreux souvenirs enfouis de ses 10 ans. Alors que les séquences de 1982 s'avèrent d'un réalisme bluffant pour l'époque, les images du passé arborent des tons pastel et des décors esquissés plus proches des mangas traditionnels. En filigrane, le film dresse aussi un constat sur la place de la femme japonaise, Taeko subissant une sorte de pression sociale n'étant toujours pas mariée à 27 ans. Aussi, les souvenirs de 1966 présentent une cellule familiale certes quasi-exclusivement féminine mais où c'est bien le père qui décide de tout, la mère n'étant qu'une docile compagne.

 

Mise au vert


A l'instar des autres productions Ghibli, Souvenirs goutte à goutte s'inscrit dans les thématiques de la tradition, de l'environnement, de la quête de soi ainsi que de la nostalgie du passé. La seconde partie du long-métrage voit alors l'héroïne venir à Yamagata, région rurale au nord de Tokyo magnifiquement représentée et esquissée. Les scènes du lever de soleil dans le champs de carthame, fleur utilisée pour la teinture et les maquillages comme le rouge à lèvres, sont magnifiques et Takahata nous présente une vision idyllique et idéalisée de la campagne.
Envahie pas ses souvenirs (du premier amour aux première règles en passant par les déceptions comme le refus du père de voir Taeko faire du théâtre), Taeko tombe sous le charme de la vie en communauté, simple et dure, et d'un jeune agriculteur...bio, prouvant une fois de plus l'intérêt porté à l'écologie par Ghibli, la pratique n'étant que marginale alors.

Plus réaliste que les réalisations de son ami, et rival, Miyazaki, ce film de Takahata marqua un tournant de par son approche documentaire, et la véracité des dessins, les personnages de 1982 étant réalisés à partir des doubleurs (Miki Imai pour Taeko). Un joli film, nostalgique et positif, chantant les louanges de la campagne et regrettant l'exode rural, et qui mine de rien dresse un portrait sociologique pertinent du Japon des années 1960 et 1980.

Samuel Bouvet








 

Partagez sur :
 

Image :
Des couleurs éclatantes magnifiées par les jeux d'ombre et lumière, un cadre stable et aucun défaut à déplorer. La copie est absolument ravissante et admirablement restaurée révélant toutes les finesses graphiques du film. Un régal !

 


Son :
Le Master DTS HD 2.0 remplit parfaitement son rôle, la superbe musique, souvent folklorique, et les dialogues sont très bien rendus. La présence de la version française (pour la première fois) est un véritable plus, car les sous-titres s'avèrent souvent difficiles à suivre...

 


Interactivité :
Présenté dans un boîtier écologique Greenbox zéro plastique agrémenté de deux artcards du film, l'édition Wild Side nous propose comme seul bonus vidéo le Making-Of du film, déjà présent sur l'édition Disney de 2013.
Tiré d'une émission spéciale sur Nippon TV, lors de la sortie du film, ce document est des plus intéressants, avec des interventions de Miyazaki et Takahata, ainsi que des nombreuse « petites mains », qu'on appelle les animateurs, auteurs d'un travail démentiel. Miyazaki, ancien animateur également, évoque d'ailleurs un travail « où on y laisse corps et âmes » ! Le documentaire évoque aussi la collaboration et la relation particulière entre les deux fondateurs des studios (ils ne s'adressaient même plus la parole durant la préparation du film), teintée d'amitié, respect et rivalité.

Liste des bonus : Making Of (47'), Bandes-annonces.

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022