I... COMME ICARE
France - 1979
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « I... comme Icare »
Genre : Policier
Réalisateur : Henri Verneuil
Musique : Ennio Morricone
Image : 1.66 16/9
Son : Français en DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Anglais
Durée : 128 minutes
Distributeur : Gaumont
Date de sortie : 29 juin 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « I... comme Icare »
portoflio
LE PITCH
Le procureur Volney poursuit seul l’enquête sur l’assassinat du président réélu Marc Jary, assassiné par un tireur isolé. Alors que le rapport officiel fait état d’un seul tireur, Volney découvre de bien étranges contradictions, et conclut à la présence d’un second tireur…
Partagez sur :
Das Experiment

Dallas, États-Unis, 22/11/1963, la terre s'arrête de tourner, l'inconcevable vient de se réaliser face caméra. Le pays de la liberté, celui où tous les rêves semblent pouvoir se réaliser devient en l'espace de quelques secondes celui où tout est possible, jusqu'à assassiner son propre président.

Paris, France, 1978. Henri Verneuil, cinéaste populaire, est fasciné par une expérience scientifique menée par le psychologue Stanley Milgram. Celle-ci a pour but de tester l'obéissance à une quelconque autorité par un individu allant à l'encontre de ses valeurs morales. Les candidats doivent infliger à un second participant un choc électrique de plus en plus fort si celui-ci répond mal à certaines questions. Le but de l'expérience étant de voir jusqu'à quel point le tortionnaire du jour est capable de faire subir des souffrances à un inconnu avant qu'il ne se rebiffe lui-même contre l'autorité établie. L'expérience aussi insoutenable soit-elle expliquait toutes les dérives dont les groupuscules peuvent user afin d'assouvir leurs sombres desseins. Elle arrivait justement lors du procès du nazi Eichmann. Le sujet a tout d'intéressant mais malheureusement n'a pas assez d'épaisseur pour en faire un film. C'est avec l'aide du jeune scénariste Didier Decoin (fils de) que Verneuil va mettre le feu aux poudres au sujet en se réappropriant le destin tragique de John Fitzgerald Kennedy et de l'endoctrinement médiatique de l'état dans l'état.

 

Dans la ligne de mire


Les années 70 et la mort de Kennedy ont plongé le monde dans la désillusion, le cinéma reflète cet état d'esprit. Des films comme Les Trois jours du Condor de Sydney Pollack ou Les Hommes du président d'Alan J. Pakula illustrent ce point de vue où la paranoïa est devenu de mise. Avec I... comme Icare, Verneuil emboite le pas en se réappropriant les faits avec minutie. Il recrée un pays fictif où le dollar est la monnaie courante, reproduit une ville imaginaire ressemblant étrangement à Dallas et surtout reprend exactement l'enquête laissée par le juge Garrisson où Yves Montand endosserait le rôle du célèbre procureur immortalisé par Kevin Costner dans le JFK d'Oliver Stone. Le film en est même une reconstitution fidèle pour l'époque avec la présence de l'homme au parapluie, la balle magique et Oswald présent sous l'anagramme de Daslow. Verneuil et Decoin ne cachent pas leurs ambitions. Ils s'offrent en conseiller technique le diplomate spécialiste de la guerre froide : Henry Kissinger. Le grand luxe en terme de crédibilité. Les scénaristes posent leur histoire avec la distance nécessaire pour interroger le spectateur sur leur propre conviction. Jusqu'où une organisation politique est-elle prête à aller pour imposer son régime ? Ici les témoins ont tous disparu d'une manière tragique à l'instar d'un autre film de Pakula A cause d'un assassinat. Toute vérité n'est pas bonne à dire. L'enquête est implacable, à la frontière d'une approche documentariste jusqu'à cette longue rupture de ton avec l'expérience de Milgram juste avant le dernier acte. Verneuil n'en est pas à son coup d'essai dans le genre. Dans Le Mouton à cinq pattes déjà, il utilisait cette méthode avec une séquence anthologique où lors d'un pari sur un bateau, une mouche devait se poser sur un morceau de sucre du commandant de bord créant une tension palpable et implacable. Le risque encouru est de sortir le spectateur du film pour se concentrer sur cette expérience qui lui tient à cœur. Le réalisateur pointilleux relance les cartes par d'autres interrogations légitimes en confrontant les responsabilités de l'homme face à ses dérives. Il livre un parfait manuel de l'obéissance aveugle pouvant mener à la création d'un Etat totalitaire lui permettant d'arrivée à la conclusion de son long-métrage. Le film prend alors un autre virage. D'une enquête sur un complot visant à renverser un président, il prend une direction encore plus radicale sur le despotisme et sur des gouvernements renversés au nom d'intérêts obscurs s'illustrant par l'opération Zénith où la mort du president Allende permit au gouvernement Pinochet de se mettre en place au Chili. L'ombre de Costa-Gavras n'est pas loin.

Henri Verneuil frappe fort, sa dernière partie de carrière migre vers un univers engagé dépassant le cadre du cinéma français pure souche. Nous quittons les rives de la révolution sociologique pour entrer dans celui l'océan de la mondialisation politico-economique !

Cédric Lemaire








 

Partagez sur :
 

Image :
On peut toujours compter sur Gaumont pour proposer un travail exemplaire. I comme Icare s'affiche fièrement dans ce constat. Méticuleusement restauré à partir d'un nouveau scan à la source, le film s'offre une copie impeccable, travaillée dans le respect de l'œuvre originale, les contrastes sont bluffants, les couleurs impeccables et le piquet garde son grain habilement travaillé. Du grand art et clairement un cran au dessus de la précédente édition signée LCJ.

 


Son :
La restitution est là aussi optimum, les pistes sont claires et bien équilibrées faisant la part belle aux dialogues et à la partition du grand Ennio Morricone.

 


Interactivité :
Trois modules sont proposés en supplément du film d'un intérêt réel et non redondant. Didier Decoin, coscénariste du film au côté d'Henri Verneuil, revient sur le travail du metteur en scène du film et l'accouchement à quatre mains de l'histoire avec moult détails sur cette expérience marquante dans sa carrière naissante. Jean-Baptiste Thoret fait une pause dans sa collection Make my day pour revenir sur I...comme Icare. Riche en points de vue, il aime faire les nombreux parallèles avec l'assassinat de Kennedy et l'esprit conspirationniste qui en a découlé et sur l'idée que le public a pu se faire du monde politique. Enfin, le psychologue Laurent Begue revient sur l'expérience de Milgram, séquence pivot du film. Il révèle tout de même que les chiffres annoncés dans le film ont été largement revus à la hausse pour la dramaturgie scénaristique. Où comment une simple expérience peut amener aux pires dérives. Des bonus concoctés avec intelligence et bigrement intéressants.

Liste des bonus : Monsieur Camera 18', A cause d'un assassinat 37', La banalité du mal 24'

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022