SUCEURS DE SANG
Incense for the Damned - Royaume-Uni - 1971
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Suceurs de sang »
Genre : Fantastique
Réalisateur : Robert Hartford-Davis
Musique : Robert Richards
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et Français en DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 87 minutes
Distributeur : ESC Distributions
Date de sortie : 6 juillet 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Suceurs de sang »
portoflio
LE PITCH
Lors de ses recherches en Grèce, un jeune diplômé d’Oxford, Richard Fountain, disparaît. Ses amis partent à sa recherche et le trouvent sous l’emprise d’une Vampire aux pratiques sadomasochistes. Croyant avoir tué la créature, le groupe retourne en Angleterre, sans savoir que Richard se transforme en suceur de sang.
Partagez sur :
et les sucettes à l'anis ?

Peter Cushing a nouveau en tête d'affiche d'un film de vampire ! Rien de neuf à se mettre sous les canines ? Pourtant cet étrange film d'exploitation s'efforçait de faire entrer les sempiternelles suceurs de sang dans une nouvelle modernité... déviante à souhait.

Sortis du caveau par la vénérable maison Hammer, le vampire a du plomb dans l'aile en cette fin des années 60, bousculé par une société qui a avancée sans lui et un cinéma d'horreur qui s'échappe progressivement du gothique à papa, motivé par les révolutionnaires Rosemary's Baby et La Nuit des morts-vivants. La Hammer tentera effectivement d'accentuer la charge érotique de ses productions vampires voit carrément d'envoyer le pauvre Dracula dans le swinging London, mais très modestement ce Incense for the Damned le devance largement en débarrassant les vampires de leurs oripeaux classiques : pas de longues canines, pas de crypte poussiéreuse ou de longue cape ténébreuse... Ici il aurait plutôt tendance à se balader dans le plus simple appareil, ces derniers se révélant être les adeptes d'une étrange secte, soupoudrée de quelques ingrédients sataniques certes, mais évoquant surtout les fameuses communautés où s'échappait alors une certaine jeunesse sur les chemins de Katmandou. La découverte de cette dernière se fait d'ailleurs par une longue séquence trippante, psychédélique (et gentiment clichée) avec montage kaléidoscopique, musique baba et d nombreux jeunes gens occupés à se caresser tout partout, à avaler des pilules et à partager la fumée qui ouvre les chakras. Si a l'issue de cette cérémonie une jeune femme sera bel et bien assassinée, le film de Robert Hartford-Davis (Gunn La gâchette, Coupable en permanence), grand spécialiste du cinéma d'exploitation souvent sexy, préservera une ambiguïté tout du long sur la menace supposée de ce groupe mené par une jolie gourou, Chriseis (incarnée par la starlette Imogen Hassall).

 

chacun voit minuit à sa porte


Il symbolise ainsi à la fois une certaine dépravation de la société par ses pratiques SM vampiriques pour certains et une voie libertaire presque salvatrice répondant avec brutalité au carcan de l'écrasante société anglaise pour d'autres. Le grand discours lâché violement par la première « victime » de cette créature, Richard Fountain (Patrick Mower) gendre surveillé par un Peter Cushing écrasant d'autorité, devant un parterre de sommité d'Oxford ne laisse planer que peu de doute sur le message anti-institution du film, la décrivant comme réactionnaire, misogyne, raciste et castratrice. Film couillu certainement et reflet engagé de son époque, mais aussi film d'exploitation un peu fauché et apparemment rebricolé par la production avec ajouts de quelques séquences (le fameux trip, le plan final étonnement très Hammer), qui ne manque pas de grands moments de flottements touristiques (oui la Grèce c'est très joli), frise le ridicule dans son besoin constant d'appuyer l'ambivalence et l'impuissance sexuelles de l'homme à sauver et s'y vautre largement dans une longue poursuite franchement mémorable : Un Patrick Macnee (héros de Chapeau Melon et bottes de cuirs tout de même) légèrement bedonnant mais toujours prompte à la bagarre, lancé aux trousses de la belle Chrisei pour une longue poursuite haletante à dos d'ânes... Pas Fast and Furious mais presque.

Curieux objet donc, ultra-moderne et ultra-vieillot à la fois, classieux dans son casting et complètement branque dans sa réalisation, qui forcément ne peut qu'attirer les joyeux bisseux.

Nathanaël Bouton-Drouard






 

Partagez sur :
 

Image :
Très belle restauration, en particulier pour un film finalement aussi confidentiel que celui-là, permettant de débarrasser le métrage de certains caractères très bis dus à sa difficile exploitation. Les cadres sont effectivement très propres avec une disparition presque totale des scories de pellicules, tout en s'efforçant de préserver le grain d'origine, parfois assez épais, et d'élégants reflets argentiques. Seuls les habituels plans de transition et autres cartons d'informations entrainent une définition plus douce.

 


Son :
Les deux pistes monos d'origines sont disposées sur le disque en DTS HD Master audio 2.0. La version anglaise, plus savoureuse forcément vu le casting, apporte une énergie et un naturel plus présent mais avec quelques moments de saturations bien audibles, là où le doublage français, de grande qualité, a tendance à aplatir un peu les arrières plans. Dans les deux cas, les sources sont assez claires et bien posées.

 


Interactivité :
Nouveau volume de la collection British Terror, Suceurs de sang retrouve donc l'habituel packaging aux belles couleurs de l'Angleterre (mais avec un peu de macabre en prime) et le livret informatif signé Marc Toullec. Sur le disque proprement dit, on ne change pas les habitudes non plus avec une nouvelle présentation signée Nicolas Stanzick. Spécialiste du ciné de genre anglais justement, il résume parfaitement le statut très particulier du film, sa post-production chaotique tout en l'inscrivant dans une dynamique de modernisation des grands classiques de l'horreur en ce début des 70's.

Liste des bonus : Un livret rédigé par Marc Toullec (20 pages), Entretien avec Nicolas Stanzick (19').

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022