SHOCK WAVE 2
拆弹专家2 - Chine - 2020
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Shock Wave 2 »
Genre : Action, Policier
Réalisateur : Herman Yau
Musique : Jan Hung Mak
Image : 2.35 16/9
Son : Chinois et français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 120 minutes
Distributeur : ESC Distributions
Date de sortie : 13 juillet 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Shock Wave 2 »
portoflio
LE PITCH
Un terroriste expert en explosifs, qui a perdu son gang, cherche à se venger. Il menace de faire sauter un tunnel de Hong Kong avec des centaines d’otages. Le policier qui l’a déjà battu une fois doit l’arrêter à nouveau.
Partagez sur :
Revival

S'amenuisant au fil des ans depuis que la Chine continentale a mis son veto sur la péninsule, trouver un action movie hongkongais à l'ancienne devient une denrée rare. Shock Wave ne procurera pas le grand frisson des « heroic bloodshed » d'antan, mais il en a pour autant assez sous le capot pour attirer l'attention.

Shock wave 2 car oui oh surprise il s'agit d'une suite, ne reprend de son prédécesseur que le milieu des démineurs ainsi que son acteur principal Andy Lau. Autre film, autre histoire ; le déminage étant à la base la seule vedette, l'accent est tout simplement mis dessus. Vous l'avez compris, pas besoin d'avoir vu le volet précèdent pour regarder celui-ci. Porté de bout en bout par l'increvable flic du cinéma hongkongais Andy Lau (Infernal Affairs pour ne citer que lui), l'acteur paye de sa personne pour reprendre le costume de démineur de haut vol, abandonné trois ans plus tôt. Peu avare de montrer sa forme et ses capacités physiques dans le métrage, il endosse également la casquette de producteur pour l'occasion. Grand bien lui en a pris pour son compte en banque car avec près de 200M$ au box-office local, le carton est total ! L'acteur a de la ressource et va nous le prouver à nouveau en s'entourant des bonnes personnes.
On a beau désamorcer des bombes, on n'en reste pas moins policier pour autant, c'est ce que l'acteur de Detective Dee apprendra à ses dépens. Suite à une intervention ayant mal tournée et provoquant la perte d'une de ses jambes (sa préférée en plus!) l'agent Pong Ling sera mis au placard par sa direction malgré tous ses efforts fournis pour sa réhabilitation. Equerré par sa hiérarchie mais toujours fier et droit dans ses bottes, il bascule subitement vers la dark side et s'apprête à faire sauter la moitié de la ville aux cotés des terroristes.

 

Blown Away

Le scénario complètement alambiqué remplit son cahier des charges avec une mécanique parfaitement huilée : action, retournements de situation, un zest de romance et bien entendu un sens du sacrifice tout chinois ! Le spectateur se laisse embarquer par cette histoire somme toute convenue (bien que des réflexions sur la mémoire et le trafic de celle-ci pointent en filagramme dans l'arc narratif), mais aussi par une mise en scène lisible et souvent efficace. Réalisateur des dernières productions Andy Lau, Herman Yau est surtout connu pour avoir réalisé le cat' III cultissime Ebola Syndrome justement mis (hasard des calendriers) à l'honneur par les camarades de Spectrum Films ce mois-ci. Il mène tranquillement sa barque jonglant entre fausses pistes, rythme trépidant et tension bienvenue dans les séquences de déminages. Le réalisateur ne cherche pas à empiéter sur ces prédécesseurs mais s'offre le luxe de payer sa dette notamment à son illustre compatriote John Woo avec une fusillade nerveuse dans un hôpital (merci Hard Boiled). Bien sûr, la ville de Hong-Kong a également son rôle à jouer avec ses ruelles sous néons et ces marchés surpeuplés faisant d'elle l'un des éléments indispensables aux courses-poursuites abonnées au genre. Cerise sur le gâteau, retrouver Lau Ching Wan (Full Alert) au casting sous le nom de Sean Lau, sans doute plus international, est toujours un plaisir. L'acteur au charisme indéniable y est l'acolyte de Lau traverse le métrage avec sa classe habituelle. Nous n'allons pas mentir non plus et faire de ce film un petit classique ; il est loin d'être parfait et souffre de clichés récurrents dans le cinéma chinois avec son méchant d'opérette tout de blanc vêtu et le sur-jeu de nombreux acteurs mais le plaisir est là et le spectacle est assuré.

La nostalgie de ces polars hongkongais qui ont envahis nos contrées à la fin du millénaire dernier a la peau dure mais ce Shock Wave 2 nous en rappelle le goût. Il vous fera passer un bon moment testosteronné, ne marquera peut-être pas les esprits mais se révèlera au final fort sympathique.
Cédric Lemaire










 

Partagez sur :
 

Image :
Tirée d'une source numérique en 6K, l'image ne pouvait qu'être impeccable et elle l'est ! La ville de Hong Kong est extrêmement photogénique, ses ambiances et éclairages si particuliers avec ses néons aux quatre coins des rues sont restitués avec une fidélité visuelle exemplaire.

 


Son :
Même s'il est toujours préférable de voir un film asiatique dans sa langue d'origine, les deux pistes sont très bien équilibrées. Beaucoup d'ambiances sont à l'honneur (les rues, marchés, scènes de tension) jouant admirablement avec vos enceintes tout en sollicitant fortement le caisson de basse. Simple et efficace sans en faire de trop, du beau travail.

 


Interactivité :
Le making of proposé essaye de faire le tour du tournage en mode promo. Si la pyrotechnie dégagée sur le film est mise à l'honneur, les interventions de l'équipe restent très consensuelles.

Liste des bonus : Making of 31', Bande-annonce 1'

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022