LIFELINE / LOVING YOU
十萬火急 / 无味神探 - Hong-Kong - 1997 / 1995
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Lifeline / Loving You »
Réalisateur : Johnnie To
Image : 1.85 16/9
Son : Cantonnais DTS HD Master Audio 5.1 et 2.0 et français DTS HD Master Audio 2.0 (Lifeline), Cantonnais DTS HD Master Audio 2.0 (Loving You)
Sous-titre : Français
Durée : 205 minutes
Distributeur : Spectrum Films
Date de sortie : 30 mai 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Lifeline / Loving You »
portoflio
LE PITCH
Lifeline: Une équipe de pompiers doit maîtriser un gigantesque incendie qui s'est déclenché dans une usine. Loving You: Lau, inspecteur de l’anti-drogue, est arrogant avec son équipe et irrespectueux envers sa femme qu’il trompe lors de ses sorties. Cette dernière tombe enceinte d’un autre homme et se résout à quitter son mari. Alors que cette décision semble irréversible, Lau est grièvement blessé.
Partagez sur :
En route vers la voie lactée

Réunis dans un même mini coffret, Loving You et Lifeline n'appartiennent certes pas aux mêmes genres, mais ils témoignent d'une même dynamique d'émancipation de Johnnie To, cinéaste et bientôt producteur, qui constituent ici sa futur équipe et affirme sa signature.

Devenu, après une longue carrière télévisuelle, un mercenaire appliqué dédié au cinéma grand public, délivrant entre quelques comédies peu mémorables un spectaculaire et sexy Heroic Trio ou un remake des Disciples de Shaolin pour la vieillissante Shaw Borthers, Johnnie To opère un brusque revirement en ce milieu des années 90. Tourné à seulement quelques mois d'écarts Loving You et Lifeline, une fois encore commandités par la Shaw Brothers, font preuve d'une prise de distance avec les simples effets de mode du moment, et surtout mélangent les attentes les plus commerciales (l'action donc) avec de généreux ingrédients hérités du mélodrame. Ainsi, si Loving You s'ouvre sur une poursuite bien nerveuse entre un flic et un tueur sur les toits de Hong-Kong, rapidement le scénario va mettre en distance les passages obligés du polar, pour se consacrer plus largement au couple en pleine déconfiture incarné par Ching Wan Lau et Carman Lee, qui deviendront d'ailleurs des incontournables de la filmographie de Johnnie To. Le récit d'une rédemption d'un flic hostile et conjoint infidèle et odieux, qui en passe par la reconquête du goût et de l'odorat suite à un violent traumatisme crânien. Aux milieux d'une fascination étrange pour les fluides corporels (morve, pisse, sang...) Loving You célèbre les sentiments XXL avec musiques sirupeuses et grandes déclarations dégoulinantes à l'avenant. Réveillé par une dernière séquence plus musclée qui rappelle l'efficacité du cinéaste, l'essai est surtout un moyen de remodeler le célèbre Heroic Bloodshed alors en perte de vitesse et de métisser l'incontournable polar hongkongais pour lui donner un nouveau souffle, à l'instar des futurs The Longest Nite, The Mission ou Election. Outre un couple de stars déjà on ne peut plus solides et charismatiques, Loving You affiche déjà nombres de second rôles (toujours charmante Ruby Wong) voir moins visibles, mais qui deviendront rapidement des grands habitués de son cinéma, mais aussi une équipe de scénariste, monteur, assistants ou responsable des scènes d'actions qui deviendront le noyau dur de la futur Milkyway.

 

Nés dans les flammes


C'est d'ailleurs plus ou moins les mêmes noms que l'on retrouve devant et derrière la caméra pour Lifeline, dernière œuvre de pure commande de Johnnie To. Largement inspiré du Backdraft de Ron Howard, énorme succès planétaire de 1991, et battant de vitesse les désirs de Jackie Chan d'en offrir sa version locale, le film repose une nouvelle fois sur une forte composante soap opera. Il y décrit donc le quotidien d'une caserne de pompier de Hong-Kong, manifestement poissards (l'intoxication alimentaire de l'ouverture permettant de verser une nouvelle fois dans les fluides avec vomis et diarrhée), le film se concentre essentiellement dans toute sa première moitié aux petits drames de la vie personnelle de nos braves personnages. Entre deux interventions approchées avec une certaine forme de réalisme, on en découvre quelques-uns se débattant avec une paternité découverte sur le tard, des problèmes de couples ou une grossesse non désirée, tandis que Ching Wan Lau et Carman Lee, nous rejouent l'histoire d'amour impossible avec cette fois-ci de vrais accents de comédie romantique. On n'est jamais très loin de la caricature, mais cette caractérisation est surtout un excellent moyen de créer une proximité, un attachement, avec des personnages dont la vie va sérieusement être mise en danger dans la seconde partie du film. A la succession de ces vignettes charmantes ou larmoyantes, succède donc la grande prouesse du film : l'incendie d'une usine de textile. Une gigantesque séquence catastrophe de 45 minutes (!!!) durant laquelle les acteurs et cascadeurs se débattent aux milieux des (vraies) flammes, sont soufflés par les explosions, ensevelis sous les décombres, dans une succession ininterrompue de désastres en chaines où le décor s'effondre sous nos yeux. Là où le Backdraft américain jouait la sécurité à coup d'effets spéciaux, de protections en verre et de collages en tous genres, Lifeline plonge ses caméras, et donc le spectateur, aux cœurs même d'une action véritablement brûlante, intense voir improbable tant il serait impossible aujourd'hui de tourner de telles séquences sans une abondance d'images de synthèses bien lisses. Une performance mémorable dont la réussite éclatante permit d'assoir définitivement la posture de Johnnie To et d'ouvrir les portes de la Milkyway.

Nathanaël Bouton-Drouard












 

Partagez sur :
 

Image :
Comme pour beaucoup de sorties HD en provenance de Hong-Kong, les masters HD de Loveling You et Lifeline ne sont pas hérités de nouveaux scans à la source. Des masters vidéos en très bonnes conditions cependant, sérieusement nettoyés, stabilisés, avec des couleurs un peu plus fermes qu'à l'accoutumée, mais dont la propreté nouvelle s'accompagne forcément de quelques filtres numériques atténuant grains, détails et profondeur. La définition est au mieux.

 


Son :
Seul Lifeline peut se vanter de proposer une piste DTS HD Master Audio 5.1 et un doublage français. Le premier assure effectivement quelques effets sympathiques dans la dernière partie du film mais s'accompagne aussi d'un léger grésillement sur les enceintes arrières, tandis que le second est fade et rarement convaincant. Pas grave les DTS HD Master Audio 2.0 présents pour chaque films sont parfaitement suffisants avec une clarté bien marquée et une dynamique sobre mais efficace, sans souci technique notable.

 


Interactivité :
Présenté sous un fourreau cartonné léger à l'effigie de Lifeline, l'édition en présence propose un boitié amaray avec jaquette réversible permettant de choisir son film préféré, disposés chacun sur leur Bluray respectif. Chacun d'ailleurs profite de sa propre introduction signée Arnaud Lanuque qui tout en recadrant le genre auquel les films appartiennent, revient sur les premières marques d'indépendance de Johnnie To et la naissance progressive de ce qui deviendra des signatures dans sa future société Milkyway, ainsi que la constitution d'une équipe solide et reconnaissable. Il y a un peu de ça aussi dans l'entretien enregistré entre Stéphane Moïssakis et Rafik Djoumi pour Lifeline, qui creuse au passage un peu plus la construction dramatique du film, sa réalisation, son montage et des méthodes de tournages comme Hong-Kong se les permettait encore. L'édition s'achève par un making of d'époque du même film. Un document plutôt rare qui en dehors d'une présentation bien sentencieuse par des acteurs pénétrés par la mission des pompiers, délivre quelques interviews et des images de tournage, forcément, spectaculaires.

Liste des bonus : Présentation des films par Arnaud Lanuque, Making of, Lifeline par Capture Mag et Bande-annonce

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022