L'ÎLE DE L'éPOUVANTE
5 Bambole per la luna d'agosto - Italie - 1970
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « L'Île de l'épouvante »
Genre : Thriller
Réalisateur : Mario Bava
Musique : Piero Umiliani
Image : 1.85 16/9
Son : Français et italien DTS HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 80 minutes
Distributeur : Sidonis
Date de sortie : 26 mai 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « L'Île de l'épouvante »
portoflio
LE PITCH
Un industriel invite sur une île méditerranéenne plusieurs relations d’affaires, dont un brillant scientifique. Le séjour ne devait être consacré qu’à la détente, mais les affaires reprennent vite le dessus, chacun essayant d’être le premier à signer un contrat avec le chercheur. Le séjour tourne au cauchemar lorsque les invités sont assassinés les uns après les autres, …
Partagez sur :
Cluedo

Où quand la forme parvient à transcender le fond. Sur le papier, une variation paresseuse, prévisible et qui ne tient pas vraiment debout des Dix petits Nègres (ou « Ils étaient dix », si vous préférez) d'Agatha Christie. Et à l'arrivée, le chaînon manquant entre Six femmes pour l'assassin et La Baie sanglante, soit un thriller stylisé, sexy, pulp qui flirte avec l'absurde et le fantastique. Surprenant et à réhabiliter de toute urgence.

La critique n'a pas toujours été tendre avec L'île de l'épouvante, le rangeant au mieux et pendant longtemps parmi les œuvres mineures ou anecdotiques de Mario Bava. Lequel, d'ailleurs, ne s'est jamais privé de trouver son propre film très mauvais, selon des propos rapportés ici et là. La raison de ce désaveu ? Le scénario de Mario di Nardo, spécialisé dans le western spaghetti de seconde zone (Trois dollars de plomb, Le Dernier des salauds ou encore le bizarroïde Ciakmull, le bâtard de Dodge City) avant une reconversion comme producteur de Z transalpin. Imitant, comme tant d'autres avant lui et depuis, le plus célèbre whodunnit littéraire de la créatrice d'Hercule Poirot, di Nardo s'amuse à faire passer de vie à trépas sur une île isolée toute une galerie de personnages peu recommandables se battant à coups de millions de dollars pour la formule révolutionnaire d'un chimiste pas forcément pressé de la vendre. Classique. Mais le script se tire une balle dans le pied en attirant très vite et malgré lui l'attention sur les coupables ou en alignant en bout de course des rebondissements fantaisistes qui sentent le bricolage ou qui contredisent les motivations des protagonistes. Aux chiottes, la cohérence ! Engagé à seulement deux jours du premier tour de manivelle, Mario Bava n'a bien évidemment pas le temps (ni l'argent) de rectifier le tir et doit se traîner ce scénario mal foutu comme on traîne un boulet attaché à sa cheville. Pour faire sienne cette histoire non désirée, le réalisateur du Masque du démon n'a donc pas d'autres choix que d'agir à la marge, phagocytant toute l'attention par le prisme de sa caméra virtuose.

 

Rira bien qui mourra le dernier


En dépit d'inévitables baisses de rythme coutumières du cinéma de Mario Bava, L'île de l'épouvante atteint des sommets par la grâce d'une mise en scène qui s'amuse à souligner avec une ironie inimitable la vacuité et la superficialité d'une belle bande de pantins qui ne se définissent que par leur avidité et leur égoïsme. Si Bava filmait déjà des mannequins inanimés en contrepoint des victimes de la maison de couture de Six femmes pour l'assassin, il pousse ici le bouchon encore plus loin. Par l'emploi de toutes une série de zooms à la vulgarité assumée et de cadres stylisés où le casting semble prendre la pose, il dépouille méthodiquement ses protagonistes de la moindre part d'humanité. Ils ne sont que des cadavres en devenir, prêt à s'empiler et à se balancer sous plastique dans la chambre froide qui sert de morgue, au son d'une valse déglinguée composée par Piero Umiliani. En outre, Bava laisse les meurtres se dérouler hors-champ et ne fixe sur pellicule que le résultat avec, là encore, un sens du cadre proprement sidérant. Ayant déjà tâté du film comic-book avec l'ultra-pop Danger Diabolik (toujours scandaleusement inédit en blu-ray dans nos contrées - avis aux éditeurs!), le cinéaste transforme chaque nouvelle découverte d'une victime en authentique couverture de fumetti. La mort d'Edwige Fenech, ligotée à un arbre en petite tenue rouge et un couteau planté dans le cœur, ou celle d'Edith Meloni, les veines tailladées dans son bain, constituent à ce titre des moments inoubliables.

L'autre belle surprise de L'île de l'épouvante, c'est son basculement inattendu dans le fantastique le plus singulier qui soit. À quelques minutes du climax et de la déception apportée par une vague de dialogues explicatifs dont Bava a le bon goût de se foutre complètement, l'impensable se produit. Alors qu'il ne reste qu'une poignée de survivants rassemblés dans le salon de la grande demeure qui domine l'île et sa plage (un lieu de tournage qui avait déjà servi pour Le Corps et la fouet, drôle de coïncidence), la tension semble se diluer dans la châleur, le tabac et l'alcool. Au petit matin, tout le monde a disparu, comme si de rien n'était. Une équipe de marins inspectent la villa sans rien trouver, ni cadavres, ni personne, ni la quelconque trace d'un drame sanglant. Et ils repartent comme si de rien n'était avec cette réplique étrange : « c'est mieux ainsi ». L'espace de quelques minutes, Bava propulse son Art dans une autre dimension (la quatrième ?) et fait du Lynch avant l'heure. Au diable les accusations de misanthropie, Mario Bava était bel et bien un grand magicien.

Alan Wilson




 





 

Partagez sur :
 

Image :
C'est bien la copie du disque US de Kino Lorber sorti en 2013 et issue d'un nouveau scan en 2K que l'on retrouve ici, avec les mêmes défauts de pellicule (quelques scratchs et une poignée de traits verticaux sur des plans larges en extérieur) mais aussi la même définition pointue qui permet de découvrir le film dans des conditions optimales. Seule différence notable : des couleurs un peu plus poussées qui placent la galette de Sidonis Calysta quelques crans au dessus de son homologue. Cocorico !

 


Son :
Deux pistes mono conformes aux attentes, ni plus, ni moins. La restitution est propre malgré une très discrète tendance à la saturation et un souffle un peu audible sur la version française que sur sa rivale transalpine.

 


Interactivité :
Le superbe digipack renferme le traditionnel livret de Marc Toullec qui permet une première approche du film de Mario Bava. Trois suppléments exclusifs à cette édition et spécialement concoctés pour l'occasion proposent une analyse approfondie et passionnante. La présentation de Jean-François Rauger, le patron de la cinémathèque de Paris, replace l'oeuvre dans son contexte et aborde sa production précipitée et des conditions de tournage spartiate. Auteurs d'un essai très solide sur Mario Bava intitulé « Le magicien des couleurs », les duettistes Gérald Duchaussoy et Romain Vandestichele appuient sur le formalisme de L'île de l'épouvante et dégagent un maximum de pistes de lecture incitant à plusieurs visionnages. Alice Laguarda, dont le livre « L'Ultima Maniera - Le Giallo : le cinéma des passions » avait ravi les amateurs de tueurs gantés lors de sa parution l'année dernière, termine ce tour d'horizon en débusquant les mécanismes, les références et les intentions qui se cachent derrière chaque plan du film de Mario Bava. Les entretiens exigent certes une très bonne connaissance du cinéma de genre italien en général et de la filmographie de Bava en particulier mais on ne peut que saluer l'ambition de cette autopsie en trois temps.

Liste des bonus : Analyse du film par Alice Laguarda (2022, 31 minutes) / Conversation autour du film avec Géald Duchaussoy et Romain Vandestichele (2022, 23 minutes) / Présentation du film par Jean-François Rauger, Directeur de la Cinémathèque de Paris (2022, 33 minutes) / Bande-annonce originale (VO)

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022