SHOCK WAVES : LE COMMANDO DES MORTS-VIVANTS
Etats-Unis - 1977
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Shock Waves : Le Commando des morts-vivants »
Genre : Horreur
Réalisateur : Ken Wiederhorn
Musique : Richard Einhorn
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et Français DTS-HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 85 minutes
Distributeur : Elephant Films
Date de sortie : 12 avril 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Shock Waves : Le Commando des morts-vivants »
portoflio
LE PITCH
En pleine nuit, aux larges des Antilles, un petit bateau de croisière entre en collision avec l’épave d’un vieux vaisseau allemand. Suite au choc, son équipage se réveille et attaque les touristes.
Partagez sur :
Légendes et roploplos

Il est des films dont l'affiche, entraperçue du coin de l'oeil durant nos pérégrinations vidéophages, restent pour toujours incruster sur nos rétines. Shock Waves, avec ses zombies géants aux grosses lunettes soulevant un yacht, est de ceux-là. Une authentique madeleine de Proust pour toute une génération VHS qui, malgré ses airs d'indéniable nanar, continue d'avoir son petit effet en bluray.

A la base du film, une simple idée : surfer sur la vague lancée, presque dix ans auparavant, par George Romero avec sa Nuit des Morts-Vivants mais, cette fois, avec des nazis. Une simple idée mais brillante. A tel point que, malgré l'absence d'un vrai scénario, le projet voit vite le jour et entre en tournage avec, à la barre, un réalisateur totalement inexpérimenté. Heureusement, deux grands noms vont vite s'accoler au projet : d'abord celui du grand John Carradine, figure mythique qui a bâti sa légende devant la caméra des plus grands, de John Ford à Woody Allen, et ensuite celui de Peter Cushing, visage émacié bien connu des amateurs de cinéma d'épouvante et label de qualité dans le genre. Deux têtes d'affiche arrivée là par la magie du billet vert et qui vont donner au film une bonne partie de son succès. A leur côté, enfin, la jeune Brooke Adams au début d'une belle petite carrière (on la retrouvera l'année suivante chez Terrence Malick) et qui elle assure le quota de chemisiers et de maillots échancrés. Tout est décidément bon pour attirer le chaland.

 

Les dents de la waffen SS


Mais ce qui va assurer le spectacle (et marquer les spectateurs de l'époque jusqu'à aujourd'hui) ce sont les zombies eux-mêmes. Soit une bande de soldats nazis enfuis lors de la déroute hitlérienne et venus s'échouer aux alentours des Antilles. Leur survie, des décennies plus tard, étant expliquée par le fait qu'ils soient issus d'une expérience scientifique en ayant fait des super soldats quasi immortels. Les enjeux (si on peut dire) étant donc posés, ne reste plus qu'aux méchants morts-vivants à se repaître de chair fraîche. Et c'est là où les maigres qualités de Ken Wiederhorn et les budgets rachitiques de la production se font cruellement ressentir. En guise de bonne idée de réalisation, on a donc droit à l'unique plan des zombies sortant de l'eau un nombre incalculable de fois, l'angle changeant n'étant là, probablement, que pour nous faire croire à leur nombre important (alors que les pauvres gars ne sont qu'une poignée). L'absence de scénario écrit se ressent aussi rapidement, dès lors que les touristes échouent sur une île et sont pris en chasse. Les incohérences se succèdent, les dialogues sonnent creux, les erreurs de montage sont légion et, surtout, les morts, sensées être sinon spectaculaires au moins marrantes, sont totalement sans intérêt.

Et pourtant. Pourtant, assez mystérieusement, ce qui aurait tout du nanar sans intérêt finit toujours par devenir affectueux. Comme un doudou tout pété, le film se regarde donc avec une vraie tendresse. Peut-être est-ce Carradine, Cushing ou les formes avantageuses de Brooke Adams. Ou bien le score de Richard Einhorn, qui mine de rien y va de sa petite atmosphère « carpenterienne ». Ou bien le visuel des nazis, réussi, quoi qu'on en dise. Toujours est-il que malgré tous ses défauts, Le Commando des Morts-Vivants conserve toujours son aura de nanar sympathique.

Laurent Valentin








 

Partagez sur :
 

Image :
Le temps n'a pas été tendre avec la pellicule. Griffures sur le côté de l'image pendant une bonne partie de la lecture, grains parfois surabondants, tâches ou poussières, luminosité fluctuante... Heureusement, les scènes en extérieur restent assez belles et arrivent à surnager.

 


Son :
Une unique piste DTS-HD 2.0 pour les deux langues disponibles sur le disque. Si l'anglaise restera la plus chaude, la française a pour elle de proposer la version française d'époque qui jouera encore un peu plus sur la nostalgie touchant le film. Les deux restent plutôt dynamiques même si elles manquent, évidemment, de relief.

 


Interactivité :
Un tout petit entretien mais par la toujours truculente Caroline Vié qui, avec sa gouaille habituelle, ne mâche pas ses mots mais nous fait profiter de ses connaissances sur la production et ses nombreux acteurs. Rapide certes, mais instructif !

Liste des bonus : Le film par Caroline Vié (11'59), bande annonce d'époque (2'46).

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022