SONNY BOY
Etats-Unis, Italie - 1989
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Sonny Boy »
Genre : Thriller
Réalisateur : Robert Martin Carroll
Musique : Carlo Maria Cordio
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais et Français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 96 minutes
Distributeur : Extralucid Films
Date de sortie : 23 mars 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Sonny Boy »
portoflio
LE PITCH
Une immonde pourriture et sa femme travestie recueillent un nourrisson dans une voiture volée. Après qu’on lui ait coupé la langue, Sonny Boy va être élevé à la dure pour être transformé en un tueur bestial. Mais arrivé à l’âge adulte, il s’échappe et tente d’entrer en contact avec le monde extérieur…
Partagez sur :
Sonny The Dog

Curiosité des vidéoclubs et des bacs VHS sous l'égide Delta Video (nostalgie ?), et alors vendu comme un post-Massacre à la tronçonneuse, Sonny Boy reste une rareté, une bizarrerie hors du temps, enfin déterrée par Extralucid Films.

Sorti très brièvement en 1989 sur les écrans de cinéma américain et parfois même retiré des salles au bout de deux petits jours, Sonny Boy attendait déjà depuis deux ans dans les cartons une petite chance d'éclore. Comme la plupart des acteurs qui ne semblent toujours pas très sûr de ce qu'ils ont tourné, le fameux producteur italien Ovidio G. Assonitis pourvoyeur de film d'exploitations aussi mémorables que Supermen contre les amazones, Tentacules, Madhouse ou Piranha 2, ne savait clairement que faire de cet objet qui pourtant devait lui assurer son entrée sur le marché américain. Mais arrivé trop tôt ou trop tard, cette terrible histoire de rednecks kidnappant un pauvre bébé et le transformant par la violence en animal dompté et dangereux aurait certainement eu plus sa place une dizaine d'année plus tôt. Futur scénariste de Dr Giggles, Graeme Whifler renoue effectivement ici avec une certaine branche du cinéma d'horreur white trash brossant le portrait sordide d'une ville de cul terreux entièrement sous le joug d'un monstre tortionnaire, le massif et écrasant Paul L. Smith (traumatisant en Hamidou dans Midnight Express), et ses potes dégénérés et crapuleux incarnés par le duo Brad Dourif / Sydney Lassick échappés de Vol au-dessus d'un nid de coucou.

 

Shoot the dog


Un décor américain oublié, crasseux, poussiéreux entre casses à ventre ouvert et désert aride où nait finalement une créature à la fois dangereuse, inquiétante et terriblement pathétique, partagée entre la brutalité sadique d'un paternel pervers et d'une mère certes plus chaleureuse... mais pas vraiment des plus équilibrée non plus. Il faut dire que cette Pearl n'est nul autre que David Carradine, roi de la série B US et mondialement connu pour sa série Kung-Fu ou les deux deux Kill Bill, ici très à l'aise dans la robe à fleur de ce travelo mal rasé et à la voix roccailleuse. Une bizarrie parmi d'autre, dans un métrage qui va constamment alterner les idées saugrenues (l'énorme Slue qui se révèle peintre amateur, la réserve à objet volée aux airs de Pyramide du Louvres façon abris de jardin...) avec les passages les plus dérangeants s'atttardant sur les multiples tortures et mauvais traitement que celui-ci va subir dont une langue coupée en guise de cadeau d'anniversaire. L'humour n'est y est alors présent qu'en décalage, mais le réalisateur Robert Martin Carroll qui ne reviendra que 11 ans plus tard pour un plus confidentiel encore Baby Luv, marie cet univers abject et malaisant avec une poésie naïve assez décontenançante. La voix off presque normalisante de Sonny Boy qui conte sa tragédie comme une aventure initiatique, l'apparition d'une amoureuse rose bonbon, l'omniprésence des mélodies mélancoliques lourdingues de Carlo Maria Cordio (Troll 2, 2020 Texas Gladiator), donneraient presque des airs de légèretés à ce western de fin de race, chaotique, bancal et totalement déglingué.

Nathanaël Bouton-Drouard




 

Partagez sur :
 

Image :
Invisible en France depuis une ancienne VHS bien crado, Sonny Boy revient enfin par la case du Bluray. Un master qui ne peut pas toujours cacher les origines modestes du film et ses difficiles distributions et diffusions au cours des années affichant encore et toujours de nombreuses traces, taches et griffures tout du long, ainsi que des bords aux teintes légèrement instables. Heureusement la colorimétrie se montre bien plus maîtrisée avec des contrastes bien dessinés et des noirs assez fermes et la définition, certes inégale, mais le plus souvent bien creusée et précise. Très honnête surtout pour un film de ce type.

 


Son :
On ressent moins l'impact des années sur la piste anglaise, toujours dans sa stéréo d'origine, mais qui ne montre aucune défaillance ou baisse de régime, offrant une clarté stable et limpide ainsi que quelques dynamiques bien troussées lors des scènes plus nerveuses. Le doublage français lui accuse bien son âge avec une interprétation de DTV et un mixage assez plat.

 


Interactivité :

Proposé dans un digipack slim avec fourreau cartonné, Sonny Boy se paye au passage un excellent visuel très "exploitation" largement au-dessus des affiches et jaquettes d'époque. Sur le seul disque Bluray un unique supplément : une présentation du film par Maxime Lachaud. Auteur du livre Redneck Movies on l'avait déjà croisé sur les titres du genre édité par Artus Films. On le sent un peu moins à l'aise ici se contentant quelques grandes lignes du film et la filmographie mémorable des acteurs. Dommage que notre petit éditeur français n'ait pas pu récupérer l'un des deux commentaires audios de l'édition américaine.

Liste des bonus : Entretien avec Maxime Lachaud, auteur de « Redneck movies : ruralité et dégénérescence dans le cinéma américain » (Pertuis, Rouge profond, 2014), Bande-annonce

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022