HI, MOM !
Etats-Unis - 1970
Image plateforme « DVD »
Image de « Hi, Mom ! »
Genre : Comédie
Réalisateur : Brian de Palma
Musique : Eric Kaz
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais en Mono
Sous-titre : Français
Durée : 83 minutes
Distributeur : Carlotta
Date de sortie : 5 mai 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Hi, Mom ! »
portoflio
LE PITCH
Les pérégrinations d'un artiste new-yorkais en mal de reconnaissance, qui tente notamment de bouleverser le monde de la pornographie en filmant ses ébats avec sa voisine de l'immeuble d'en face, puis se lance dans le happening à caractère social, où des faux lynchages sont perpétués par des blancs grimés en noirs sur des noirs grimés en blanc...
Partagez sur :
Chants magnétiques

1969. Tandis que son second long-métrage, Greetings, connaît un succès relativement confortable au box office américain, Brian de Palma commence à méditer sur des projets plus ambitieux, dont un certain Soeurs de sang. Fleurant la bonne affaire, son producteur le supplie de tourner une suite à Greetings avant toute autre chose. De Palma accepte, avec sans doute en tête le projet d'expérimenter sur Hi, Mom ! des techniques grammaticales et narratives qui lui serviront énormément dans un très proche avenir...

 

Comme le souligne très pertinemment Samuel Blumenfeld dans la préface qui accompagne ce DVD, Brian de Palma est, contrairement à ses compagnons d'alors (Martin Scorsese, Steven Spielberg et consorts), encore profondément ancré dans la pensée cinématographique des années 1960. Plus qu'une oeuvre nostalgique (Brian de Palma joue déjà de ses envies post-modernes, notamment en séparant d'un faux split-screen les personnages de Robert De Niro et de Jennifer Salt lors d'un ébat violent) entre , Hi, Mom ! s'impose toutefois comme une expérience rétrospective, le fantasme désespéré d'un auteur ayant du mal à admettre la fin de la révolte culturelle et sociale et des chants populaires américains au lendemain de l'élection de Richard Nixon. En cela, de Palma ne prend ici aucun retard par rapport aux thèmes qu'il abordera tout au long de sa filmographie, Hi, Mom ! lui permettant même de poser solidement les fondations de son rapport avec l'entité Caméra.

 

A travers le filtre de la chambre noire

 

Alors que ses prédécesseurs aimaient observer leurs concitoyens par le trou de la serrure, de Palma, lui, use de la Caméra, de la Pellicule, des média cinématographique et télévisuel pour révéler ses personnages, les confronter à un environnement de plus en plus dominant (la société de consommation grandissante est évidemment en ligne de mire du cinéaste), voire les amener à exprimer leurs frustrations et leurs revendications face à des institutions sourdes, muettes et soit disant toutes puissantes. Il est ainsi amusant de constater que chaque protagoniste ou presque de Hi, Mom ! est amené à brandir un objectif à un moment ou un autre, que les lieux visités soient constellé de consommables audiovisuels (des bobines par exemple) ou qu'ils se présentent littéralement comme des décors de cinéma en construction (cf. l'appartement délabré dans lequel le héros accepte de louer durant le prologue). Entre les lignes de cette comédie de moeurs irrésistible pointe déjà une récurrente de la filmographie de de Palma : son obsession à questionner l'impression magnétique d'un évènement donné (qu'il s'agisse d'une scène pornographique, comme montrée dans l'ouverture, ou d'un fait divers raciste) et la manipulation qui, inévitablement, en découle. Une réflexion que prolongeront avec une virtuosité sans pareille Phantom of the Paradise, Pulsion, Blow Out ou encore Body Double.

Alexandre Poncet

 

 

 

 

Partagez sur :
 

Image :

La copie accuse évidemment son âge, présentant un grain relativement important et diverses stries tout au long de la projection. Le visionnage n'en est pas désagréable pour autant, les couleurs s'avérant stable et la compression de Carlotta comme toujours impeccable. Et puis, Hi, Mom ! visible en DVD en France, qui oserait donc s'en plaindre ?

 

Son :

Sorti en France après Soeurs de sang et Taxi Driver sous le titre raccoleur Les Nuits de Manhattan, le film avait, semble-t-il, été doublé dans le langue de Molière. Ce DVD ne conserve que la version anglaise d'origine, présentée dans un mono clair et sans (trop de) bavures, parfois étouffé pour mieux restituer les conditions de tournage parfois un tantinêt hasardeuses.

 

Interactivité :

Samuel Blumenfeld, co-auteur du sublime recueil d'entretiens avec Brian de Palma sorti il y a quelques années chez Calmann-Lévy, offre au film une préface sobre mais très intéressante de 7 minutes permettant aux non-initiés de le resituer dans les oeuvres de son auteur et de son acteur principal. Les conditions de tournage et les choix d'écriture (improvisation pour certaines séquences) sont également évoqués. Beaucoup moins sobre dans le phrasé mais tout aussi pertinent, le cinéaste / ex-critique Jean Douchet, artiste contemporain de de Palma, se fend d'une analyse reliant organiquement le long-métrage aux aspirations de la société américaine d'alors, et aux remouds causés par l'élection récente de Richard Nixon. Une bande-annonce d'origine boucle le tout, rendant cette édition tout bonnement indispensable aux fans de l'auteur de Carrie et Phantom of the Paradise.

 

Liste des Bonus : Introduction par Samuel Blumenfeld (7'), Analyse par Jean Douchet (22'), Bande-Annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022