ATTENTION BANDITS
France - 1986
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Attention bandits »
Genre : Policier
Réalisateur : Claude Lelouch
Musique : Francis Lai
Image : 2.35 16/9
Son : Français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Aucun
Durée : 109 minutes
Distributeur : Metropolitan
Date de sortie : 6 janvier 2022
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Attention bandits »
portoflio
LE PITCH
Simon Vérini a quitté le banditisme jusqu’au jour où un jeune voyou, « Mozart », vient lui proposer une affaire… Dénoncé, il passe 10 ans en prison pendant lesquels il échange une correspondance abondante avec sa fille Marie-Sophie. A sa sortie, c’est le choc de deux mondes. Et Marie-sophie ne tarde pas à tomber amoureuse de l’homme qui a peut-être tué sa mère et trahi son père…
Partagez sur :
Gentils voyoux

Petite pause pour Claude Lelouch en 1986 qui délaisse, un temps, les grandes fresques philosophico-sentimentales, pour revenir à ces charmants voyous, petits truands et joyeux gangsters qu'il affectionne tant. Un film plus simple, entre casse, vendetta et derniers élans romantiques qui se donne, déjà, des airs de passage de relais entre deux générations.

On est effectivement ici très loin des mouvements de caméra virevoltants des derniers Les Uns et les autres, Viva la vie ou Édith et Marcel, et surtout à des kilomètres de leurs refléxions tour à tour poétiques, tragiques, intimes, mais aussi parfois laborieuses, de ces recherches romanesques sur la force de l'histoire, du destin et des rencontres improbables. Dans Attentions Bandits, la trame redevient linéaire et la mise en scène plus dépouillée, se recentrant avec pertinence sur la trame de ce petit polar à la française, qui prend malin plaisir à s'ouvrir sur une simple partie de pèche. Le vieux roublard incarné par Jean Yanne apprend à sa fille à tenir la ligne alors qu'arrive un jeune voyou, Mozart (Patrick Bruel), qui vient lui proposer un coup immanquable. Le générique défile sur le dernier tube de l'acteur / chanteur, l'objectif reste fixe sur cette capture d'un quotidien, d'un moment anodin, dernier instant de paix avant que l'affaire tourne mal. Les bijoux volés vont disparaître, l'épouse de Simon kidnappée sera abattue sous yeux par un homme cagoulé et il sera écroué pour dix ans avec son acolyte, Simon ou Tonton, selon le point de vue.

 

dans le milieux

 

Si Claude Lelouch s'octroie quelques jolis moment de mise en scène, s'attardant, comme il l'aime tant, sur la correspondance entre le pensionnaire de Fresnes et sa fille (gamine devenant femme) confiée à un pensionnat privé, le film tient surtout énormément à son excellente direction d'acteur. Entre séquences très écrites, improvisations libres et moments volés, Attention bandits donne à voir des personnages profondément captivants, à l'humour bien présent, charismatiques, qui réussissent alors à porter une trame parfois, il est vrai, assez improbable. Comme cette menace d'attentat à la bombe sur l'opéra de Paris que Mozart, un temps suspecté d'être le traître de l'histoire, imagine sur un coup de tête pour faire échapper le paternel d'une nouvelle incarcération. Tout cela dans l'espoir de la promesse d'un mariage avec la fille de celui-ci, jouée par Marie-Sophie L. (madame Lelouch à l'époque). Amusant d'ailleurs de voir comme en dehors du contexte de film policier, Attention Bandits contient plus ou moins en germes les grandes lignes de l'Itinéraire d'un enfant gâté à venir. En particulier dans ce rapport fusionnel et envahissant qui lie le père et sa fille, et le transfert mis en place vers un autre hors-la-loi, adoubé par le paternel, presque un double. Le cinéaste raconte bel et bien souvent la même histoire. Évoquée durant la nuit qui scella le drame, la mort de Jean Gabin fut pour beaucoup la fin du grand polar français. Claude Lelouche propose ici de privilégier l'émotion à la rigueur et il faut reconnaître que le divertissement est des plus agréables.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Encore une superbe restauration d'un film de Lelouch à créditer pour l'éditeur Metropolitan qui continue de rattraper les impairs de TF1 Vidéo. Le travail a manifestement été opéré à la source avec des cadres qui retrouvent une propreté impeccable, des couleurs bien plus fermes et surtout des textures cinéma qui avaient depuis longtemps désertées le film. Un joli grain, des reflets argentiques, et une définition pointue. Très réussi.

 


Son :
Seule piste sonore présente sur la galette, le DTS HD Master Audio 2.0 se montre parfaitement clair et équilibré. Aucun soucis technique à noter, mais par contre une légère dynamique avant et naturelle du meilleur effet.

 


Interactivité :
Malheureusement aucun vrais bonus à noter si ce n'est la bande annonce, restaurée elle aussi pour l'occasion.

Liste des bonus : Bande-annonce originale restaurée.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022