LA NUIT DE TOUS LES MYSTèRES
House on Haunted Hill - Etats-Unis - 1959
Image plateforme « DVD »
Image de « La Nuit de tous les mystères »
Genre : Horreur
Réalisateur : William Castle
Musique : Von Dexter
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : Anglais et français en mono
Sous-titre : Français
Durée : 72 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 5 mai 2010
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « La Nuit de tous les mystères »
portoflio
LE PITCH
Frédérick Lorren, un excentrique milliardaire, organise un jeu où il offrira 10000 $ à chaque participant sélectionné qui acceptera de passer la nuit dans sa maison hantée célèbre pour les meurtres qui y ont été commis. Les invités à peine arrivés, d'étranges phénomènes se produisent…
Partagez sur :
House of Castle

Quasiment plus connu dans sa version modernisée, La Maison de l'horreur de William Malone, que pour sa forme originale, La Nuit de tous les mystères de William Castle réapparaît dans la collection Vintage Classics de Wild Side Vidéo... et à petit prix. Prenez rendez-vous avec la mort. 

 

Souvent oublié parmi les maîtres de l'horreur classique, William Castle en fut pourtant l'un des plus inventifs. Débutant dans tous les genres hollywoodiens (western, film noir, comédie), le jeune cinéaste, qui écrit au passage La Dame de Shanghai pour Orson Welles, va trouver sa place en se lançant dans la production de House On Haunted Hill aux coté de son futur scénariste attitré Robb White. Précédant ni plus ni moins que La Maison du diable de Robert Wise et Les Innocents de Jack Clayton, ce film d'exploitation assumé choisit, à contre-courant, de donner sa vision de la maison hantée. Apparitions terrifiantes, portes qui claquent, morts mystérieuses, ambiances lourdes... Des ingrédients archi-connus mais qui restent ici parfaitement efficaces grâce à une mise en scène inspirée et des visions purement esthétiques. Plus vraiment effrayant aujourd'hui, ce « petit film » en noir et blanc réussit tout de même encore à faire sursauter son auditoire. Une vraie maîtrise que l'on doit tout autant à son acteur phare, Vincent Price (Je Suis une Légende, La Chute de la Maison Usher, Edward aux mains d'argent) qu'aux nombreuses inventions visuelles de son cuisinier en chef.  

 

Il est une légende

 

Véritable révélation du film (il enchaînera sur une carrière prolifique chez Roger Corman), Price trimbale ici son flegme aristocrate et surtout son ironie nonchalante, qui donne au film un caractère atypique. Entre film d'horreur et whodunit à la Agatha Christie (on pense beaucoup aux Dix Petits Nègres), La Nuit de tous les mystères frôle constamment la comédie classieuse, à base de bons  mots (les piques que se lancent Price et sa femme sont d'une cruauté rare) et d'une distance savoureuse, qui permet notamment au richissime Frédérick Lorren de s'adresser directement aux spectateurs. Un film d'épouvante conçu comme une attraction d'un parc à thème, avec des vagues de terreur régulières, entrecoupées d'humour second degré et avec à son terme un twist aussi intelligent que drôle. Un esprit que, une fois n'est pas coutume, le remake tardif de William Malone saisira parfaitement. Se dégustant comme le meilleur whisky malgré son grand âge, le film de Castle assume ses petites rides et sait aussi faire preuve, à l'occasion, d'une incroyable modernité.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
On peut déjà dénombrer plus d'une vingtaine d'éditions de ce film à travers le monde. Un succès éditorial qui n'est pourtant que rarement accompagné d'un respect de l'œuvre ou en tout cas d'une copie potable. Le Chat qui fume avait déjà fait un joli effort voici deux ans en mettant la main sur l'une des meilleures copies du film. Ici le travail est quasiment identique. Toujours entaché par quelques traces-témoins de son âge, dévoilant quelques plans vraiment abimés et d'autres plus que convenables, le master reste soigné, présentant des contrastes agréables et bénéficiant d'une compression exemplaire. Un très beau noir et blanc au reflet argentique qui rend ce DVD indispensable aux fans de Castle, et tout à fait recommandable aux autres.

 

Son :
Pas de surprise pour un film datant de 1959, le film apparaît ici avec ses pistes anglaise et française en mono d'origine. Tout aussi soigné que la copie, le mixage se montre très propre et fonctionnel. Un petit modelage stéréo aurait toutefois été le bienvenu, histoire d'accompagner de façon sonore l'aspect « fête foraine » de ce rollercoaster d'antan.

 

Interactivité :
Difficile pour l'instant de trouver une seule édition d'un film de William Castle qui soit présentée avec une interactivité fouillée. On espère qu'un jour cet artiste aura les honneurs d'un documentaire rétrospectif. Manifestement ce n'est pas encore le cas. 

Liste des bonus : Bandes annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022