AMMONITE
Royaume-Uni - 2020
Image plateforme « DVD »
Image de « Ammonite »
Genre : Drame
Réalisateur : Francis Lee
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et Français Dolby Digital 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 113 minutes
Distributeur : Pyramide Vidéo
Date de sortie : 5 octobre 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Ammonite »
portoflio
LE PITCH
1840, côte du Dorset. Mary Anning, paléontologue, passe toute ses journées à chercher des ammonites sur la plage. Une existence solitaire rendue difficile par des éléments sauvages. L’arrivée impromptue d’une jeune femme dans sa vie va alors bousculer ses habitudes.
Partagez sur :
De vent et d'os

Déjà remarqué en 2017 à l'occasion du Festival de Sundance avec son premier film, Seule la Terre, le réalisateur anglais Francis Lee revient quatre ans plus tard avec Ammonite, une œuvre rugueuse et glacée présentée au festival de Cannes la même année. Une rudesse voulue à l'image de son héroïne, la méconnue Mary Anning, qui donne une nouvelle fois à Kate Winslet l'occasion de montrer toute l'étendue de sa palette de jeu et de son talent de comédienne.

Mary Anning vécut avec ses parents et son frère dans le petit village côtier de Lyme Regis, dans le Dorset. Une vie extrêmement pauvre aux portes de plages balayées presque en permanence par des vents violents. Son père, ébéniste, vendait des fossiles trouvés dans les roches et, à sa mort, Mary prit sa suite. A 12 ans, elle découvrit le squelette presque complet d'un ichtyosaure, ce qui fit se tourner vers elle les yeux étonnés et curieux d'une communauté de paléontologues exclusivement masculine et surtout bourgeoise. Une revanche sur la vie dont la famille Anning va savoir profiter, en revendant aux touristes ses nombreuses découvertes de fossiles. Si ses recherches et travaux finissent par être connus et reconnus encore aujourd'hui, on sait finalement encore peu de choses sur la vie privée de cette femme hors du commun. Un matériau de base précieux pour Francis Lee, qui décide alors de l'approfondir en y ajoutant les détails d'une histoire amoureuse à la mesure du personnage ayant existé.

 

Portrait de la jeune fille en pierre


La vie de Mary Anning est donc bouleversée, selon le réalisateur anglais, le jour de l'arrivée des époux Murchison. Lui est un paléontologue qui vient apprendre sa passion auprès de Mary, elle (Saoirse Ronan, comme toujours parfaite) son épouse presque éteinte, toute vêtue du noir d'un deuil qu'on devine être celui de son enfant, et réduite à une ombre chancelante suivant un mari qui ne sait que faire d'elle. A tel point qu'il va d'ailleurs la confier à la chercheuse d'ammonite pour mieux vivre tel qu'il l'entend. Une fois seules, les deux femmes vont d'abord se jauger avec méfiance (l'une a des airs de petit oiseau fragile vêtu de dentelles, l'autre est presque habillée comme un homme et passe toutes ses journées dans le froid, les mains dans la boue) avant de se rapprocher, s'embrasser, faire l'amour et enfin s'aimer.

C'est sûrement parce qu'il est conscient de réécrire l'Histoire (ce qui d'ailleurs lui vaudra une polémique à la sortie du film) que Lee décide d'épurer au maximum sa narration. Pas de grandes envolées lyriques, pas de longs monologues face à la mer, pas de beaux paysages magnifiés par une photo somptueuse (ce qui n'empêche pas de penser plusieurs fois au magnifique Portrait de la Jeune Fille en Feu de Céline Sciamma durant le visionnage). Juste le vent, les vagues, la boue, les rochers escarpés. Une photo glacée, presque minérale, qui se reflète dans la pâleur des visages, peu ou pas de musique non plus, à peine quelques notes aux moments les plus opportuns, qui peinent à faire oublier le fracas des vagues s'écrasant sur les rochers ou le craquement des bois bruts. Un paysage inhospitalier qui fait évidemment écho au personnage de Mary (superbe Kate Winslet), rugueuse et dure au mal. Un personnage malmené par la vie et qui n'accepte pas l'amour au premier regard. Une femme flouée par une société patriarcale qui l'empêche de se révéler au monde. La définition parfaite du film post #metoo. Mais ce serait une sacrée erreur de se contenter de l'enfermer dans cette catégorie sans prendre en compte ses nombreuses qualités.

Laurent Valentin




Partagez sur :
 

Image :
Petit distributeur oblige, Ammonite ne profite malheureusement pas d'une sortie bluray. Mais cela n'empêche pas le DVD d'offrir une qualité d'image assez folle (pour ce support) et seyant parfaitement à l'univers visuel du film. La photo glacée, les matières, le relief des visages blafards sont ainsi parfaitement rendus.

 


Son :

L'unique possibilité sur 6 canaux, aussi bien en Français qu'en Anglais, est ample et immersive. Le roulement des vagues et les hurlements du vent trouvent parfaite matière à s'exprimer de sorte qu'on sentirait presque le froid.

 


Interactivité :
Deux entretiens. D'abord avec le réalisateur. Qui revient sur la vie de la véritable Mary Anning et explique ses choix narratifs et formels. Ensuite avec Kate Winslet, qui elle nous parle de sa vision du personnage, de son travail pour mieux la comprendre et de ses relations aev Saoirse Ronan. Dans les deux cas, courts mais assez intéressants pour prolonger l'expérience du film.

Bonus : Entretien avec Francis Lee (19'15), Entretien avec Kate Winslet (18'17).

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021