LES TIGRES VOLANTS
Flying Tigers - Etats-Unis - 1942
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Les Tigres volants »
Genre : Guerre
Réalisateur : David Miller
Musique : Victor Young
Image : 1.33 4/3
Son : Anglais DTS-HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 101 minutes
Distributeur : Rimini Editions
Date de sortie : 22 septembre 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Tigres volants »
portoflio
LE PITCH
En Chine, au début de la Seconde Guerre Mondiale. Une poignée de volontaires américains constitue l’escadrille « les Tigres Volants ». Ils sont chargés de défendre la population chinoise et affrontent dans les airs l’envahisseur japonais
Partagez sur :
Les têtes brûlées

7 Décembre 1941. L'Amérique se réveille sous le choc de l'attaque. L'empire japonais vient de bombarder leur base du Pacifique à Pearl Harbor. 8 Octobre 1942, soit dix mois plus tard, Hollywood envoie John Wayne botter les fesses des Japs dans un film de propagande Les Tigres volants.

Inspirée d'une véritable escadrille aérienne basée en Chine, la Flying Tiger était réputée pour être le premier Groupe de volontaires américains. Pilotes d'élite, ces hommes se sont illustrés à maintes reprises (notamment en Birmanie) avec pour action majeure d'avoir abattu par dizaines, des escadrilles japonaises.
Pas étonnant, avec un si beau pédigrée que ces faits d'armes attirent les faveurs du grand écran et des studios pour participer à l'effort de guerre mis en place. Contre toute attente et loin des préjugés actuels, nombreuses furent les stars du cinéma à vouloir s'engager pour leur bannière étoilée. Des réalisateurs aussi illustres que Frank Capra, John Ford ou John Huston partirent sur le front réaliser la série de documentaires Why we Fight pendant que des James Stewart ou Tyrone Power prenaient du galon sur le terrain. John Wayne, de son côté, se fait recaler. Trop vieux, il a 35 ans et est le père de quatre enfants, l'armée le catalogue en soutien de famille malgré ses protestations. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il portera non sans un peu de honte l'uniforme à de nombreuses occasions dans plusieurs de ses films.
Wayne n'est pas encore devenu l'icône américaine que l'on connaît. Il sort enfin de quelques succès publics et critiques d'une carrière qui a mis du temps à prendre son envol. Délaissant pour l'occasion les westerns, il embarque sur Les tigres volants qui sera son premier film de guerre.

 

Propaganda


Les films (et particulièrement dans le système hollywoodien) ont eu un rôle d'éducateur pour expliquer aux foules les tenants et les aboutissants d'un sujet. Mieux que les actualités, leur influence sur la scène internationale est certaine. Ils montrent une image en phase avec la politique en place et font passer allègrement leur message empreint de liberté. Les Tigres Volants montre une guerre se passant loin de la mère-patrie où des volontaires se battent contre l'oppression. Ils défendent ici de gentils chinois contre des méchants japonais. Derrière ses propos certes sincères, la propagande est de mise. Produit comme une série B par l'indépendante Republic Pictures, le film allait vite s'avérer une affaire rentable. Réalisé par David Miller (le très bon Seuls sont les indomptés avec Kirk Douglas) cet ami proche de Dalton Trumbo est un solide artisan qui sait se fondre dans le décor. Il tient le cahier des charges en ouvrant son film sur une action tout à la gloire de la flotte, combinant habillement stock-shots et gros plans sur ses acteurs. Les notions de dévouement, de patrie et de sacrifice sont bien sûr de la partie. Entre deux séquences aériennes imposées, les scénaristes nous offrent un chassé-croisé amoureux qui n'est pas sans rappeler le chef-d'œuvre d'Howard Hawks Seuls les anges ont des ailes sorti trois ans plus tôt. Les clichés sont au rendez-vous, mais le tout est assez bien mené pour que l'on ne s'y ennuie pas. Ces héros de fictions rendent un bel hommage aux vrais pilotes, ils reviendront d'ailleurs quelques mois plus tard sur le devant de la scène dans le film La Pagode en flamme de Henry Hathaway.

Mais alors, quiz du jour, pourquoi les appelle-t-on Tigres volants ? Tout simplement parce que les pilotes peignaient sur le nez de leur carlingue...un requin avec la gueule béante (si, si) !

Cédric Lemaire






Partagez sur :
 

Image :
En dehors des stock-shots assez nombreux pour les scènes d'aviation, le transfert sur support HD tient plutôt bien la route. Le piqué est particulièrement probant sur les gros plans qui restent stables malgré l'âge du film.

 


Son :
Uniquement en mono dans sa version d'origine, le son est dénué de souffle et reste bien audible aussi bien dans les affrontements aériens que dans les scènes dialoguées.

 


Interactivité :
Bon retour du critique Jean-François Dickeli. Il revient sur les films de propagande américains en temps de guerre et sur les nombreuses stars qui se sont engagées dans le conflit.

Liste des bonus : Interview de Jean-François Dickeli 25'

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021