LE GRAND CHEF
France, Italie - 1959
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Grand Chef »
Genre : Comédie
Réalisateur : Henri Verneuil
Musique : Gerard Calvi
Image : 1.66 16/9
Son : Français DTS HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français pour sourds et malentendants
Durée : 93 minutes
Distributeur : Coin de Mire
Date de sortie : 10 septembre 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Grand Chef »
portoflio
LE PITCH
Antoine et Paul sont laveurs de voitures dans une station « Washmobile ». Tout en frottant les somptueuses carrosseries, Paul s’efforce de convaincre Antoine de se lancer dans le kidnapping afin d’avoir assez d’argent pour acheter une station de pompes à essence. Ils décident d’enlever Éric un gamin de six ans, fils du milliardaire Jemelin. L’enlèvement réussit mais, à peine à la maison, les deux compères s’aperçoivent qu’ils ont kidnappé le gosse le plus insupporta...
Partagez sur :
Au spectacle ce soir !

La collection « La séance » de l'éditeur Coin de Mire Cinéma revient pour une nouvelle vague de titres du cinéma français classique. Toujours accompagné de bonus qui permettent de regarder le film dans les conditions de l'époque avec actualités, pub et bande annonce, une vraie machine à remonter le temps.

Et la séance d'aujourd'hui portera sur Le Grand Chef, d'Henry Verneuil. Sortit en 1959 il s'agit de la septième collaboration entre le réalisateur et son acteur fétiche de l'époque, Fernandel. Alors que dans leur précédent film ensemble, Le Mouton à Cinq Pattes, Fernandel partageait l'affiche avec une star montante, Louis De Funes, et interprétait six rôles différents, ici l'acteur reforme le fameux tandem comique de la série des Don Camillo en retrouvant Gino Cervi, qui incarnait son meilleur ennemie, le maire Peppone.
Sortie en 1959, Le Grand Chef est tiré d'une nouvelle américaine, The Ransom of Red Chief, qui avait déjà été adapté 7 ans plus tôt dans le film à Sketch, La Sarabande Des Pantins, par Howard Hawks. Il est amusant d'ailleurs de constaté que Hawks et Verneuil ont eu une trajectoire de carrière assez similaire en alternant comédies populaires et films noirs ou d'aventures devenues des classiques. Écrivant lui-même cette adaptation et la rallongeant pour en faire un long métrage, Verneuil n'en efface pas pour autant un certain esprit américain.

 

Maman j'ai été enlevé !


Si on retrouve un humour typique des films de Fernandel quand il est en duo avec Gino Cervi, avec son phrasé et son tempérament du sud (quand il parle des films de James « Stevarte » par exemple) c'est le trio formé avec Eric, l'enfant qu'ils vont kidnapper, qui va amener l'humour du film vers les rives du cartoon américain. Car l'enfant, loin du petit garçon sage qu'il espéraient, va belle est bien faire de leurs vies un enfer. Manipulateur, sadique et hyperactif, Eric (très bien interprété par le tout jeune Joël Papouf) est un précurseur de Kevin McCallister de Maman j'ai raté l'avion, ou une version live d'un Bugs Bunny qui mène la vie dure à ses persécuteurs. De nombreuses séquences sont d'ailleurs de vrais scènes de slapstick, uniquement basées sur les gags visuels et même du mickey mousing (avec les gestes des personnages rythmés par la musique du film), notamment la séquence avec le bloc de glace, qui démontre que Fernandel était tout à fait capable de faire rire sans avoir besoin de parler. Et un humour qui fonctionne aussi grâce à la mise en scène impeccable de Henry Verneuil qui offre constamment des cadres soignés et inspirés. Le dernier plan, très réussi, peut d'ailleurs tout autant être vu comme un plan de film d'horreur (pour les personnages) que humoristique (pour le spectateur).

C'est donc un vrai plaisir de redécouvrir Le Grand Chef dans une très belle édition blu-ray, le film n'est sûrement pas le plus connu des films de Fernandel ou de Verneuil ou même de leur longue collaboration (leur film suivant La Vache et le prisonnier, sera leur plus succès) mais son esprit bon enfant et son humour cartoonesque permet de passer un très bon moment plus de 60 ans après sa sortie.

Benoit Llamazeres




Partagez sur :
 

Image :
C'est une image de toute beauté que nous offre cette édition de Coin De Mire Cinéma. La restauration 4K offre une nouvelle jeunesse au film qui bénéficie d'une copie sans défaut, avec un grain argentique très agréable à l'œil, qui rend parfaitement tous les détails de l'image et un contraste sur les lumières et le noir et blanc très bien maîtrisé, qui fait des merveilles sur la réalisation de Henry Verneuil.

 


Son :
La piste originale étant en mono, on la retrouve ici aussi. Donc le film ne fera pas des merveille si vous avez un home cinéma mais par contre le mixage DTS-HD Master ne souffre d'aucun défauts audibles. Bien équilibré, sans souffle et possédant un son clair, le résultat est tout à fait agréable à l'oreille.

 


Interactivité :
Le point fort des édition « La séance » de Coin De Mire Cinéma c'est cette immersion dans l'époque du film en nous proposant une séance de cinéma telle qu'on pouvait en voir. On peut donc lancer le film en découvrant les actualités de l'époque entre procès d'un criminel de guerre nazi et essai de fusée à Cap Canaveral (dans l'espoir d'aller un jour sur la lune), des publicités notamment une mettant en scène Louis De Funes, ou encore la bande annonce de Rue Des Prairies avec Jean Gabin. Pour en savoir plus le film, il faudra se tourner vers le livret offert dans le digibook, qui possède plusieurs photos d'exploitation et d'autres documents d'archives.

Liste des bonus : La séance complète avec actualités Pathé, réclames publicitaires et bandes-annonces d'époque, un livret reproduisant des documents d'époque (24 pages), 10 reproductions de photos d'exploitations (14,5 x 11,5 cm), la reproduction de l'affiche d'époque (29 x 23 cm).

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021