PEOPLE’S HERO
人民英雄 - Hong-Kong - 1987
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « People’s Hero »
Genre : Policier
Réalisateur : Derek Yee
Musique : Lowell Lo
Image : 1.85 16/9
Son : Cantonais DTS HD Master Audio 5.1 et 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 89 minutes
Distributeur : Spectrum Films
Date de sortie : 30 juin 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « People’s Hero »
portoflio
LE PITCH
Sai et Boney sont deux gangsters inexpérimentés et rapidement leur tentative de braquage tourne au cauchemar. Sonny Koo, un redoutable gangster recherché par la police, se trouve également malgré lui pris en otage dans l’établissement bancaire. La situation bascule lorsque deux flics aux méthodes opposées  s'affrontent pour la libération des otages...
Partagez sur :
Le syndrome de Sonny Koo

Toujours très actif, Derek Yee n'est pas forcément le cinéaste le plus réputé de l'industrie HK. Pourtant sa carrière est jalonnée de jolis succès (Full Throttle, Une Nuit à Mongkok...) et surtout d'une identité très marquée, mariant avec sincérité l'efficacité du ciné de genre avec des considérations sociales. Une voie déjà toute tracée dès son second long métrage : People's Hero.

Longtemps acteur sous contrat au sein d'une Shaw Brother déclinante, Derek Yee (ou Tung-Shing Yee de son vrai nom) va véritablement connaître un second souffle lorsqu'il va passer de l'autre coté de la caméra. A partir des années 90, les succès sont d'ailleurs assez récurrents, même si ce dernier n'hésite pas à brouiller les pistes passant sans à-coup d'un mélo romantique comme C'est à la vie mon chérie au film d'action motorisé Full Throtle sans oublier de pur polars de la trempe de Protégé ou Shinjuku Incident, l'un des derniers sursauts de la carrière de Jackie Chan, Mais finalement ce qui réunit tous ces films, toujours divertissant et efficaces, c'est la manière dont le spectaculaire est systématiquement reclassé au second plan. Et c'est particulièrement notable dans People's Hero qui comme Un Après-midi de chien (non ce n'est pas un remake), enferme un groupe de personnages disparates dans une banque, désormais otages d'un braquage cerné par la police.

 

dans la ligne de mire


Un quasi huis-clos où toute la question est de révéler peu à peu la nature des personnages, leurs différences de classe, d'origine ou d'âge, tout en les rapprochant imperceptiblement. Le point de fugue n'est cependant pas le duo de braqueurs, trop jeunots, inexpérimentés et maladroits, mais l'authentique truand qui se trouvait là par hasard. Sonny Koo, décrit comme l'ennemi numéro 1 qui offre au grand Ti Lung (acteur fétiche de Chang Che exhumé par John Woo avec Le Syndicat du crime) l'un des rôles les plus complexes et les plus marquants de sa carrière. Car comme souvent chez Derek Yee, ce dernier n'est pas simplement un tueur sans foi ni loi, mais une figure à la fois charismatique, charmeuse même parfois, mais aussi inquiétante, faillible, violente mais ou perce une profonde humanité, une moralité touchante sous un égoïsme lattant. Plus que le suspens proprement dit, le métrage s'accroche comme rarement à sa galerie de figures, où l'on reconnaît un Tony Leung Chiu-Wai tout jeunot, observe scrupuleusement l'évolution de leurs relations et des rapports de force. La menace, s'il faut en chercher une, se situerait plutôt à l'extérieur, du coté de la barricade policière, où se joue une opposition tout aussi intéressante entre un flic bienveillant, joué par l'autre Tony Leung (Ka Fai) et un commissaire motivé par la vengeance et la gloire personnelle. Comme une poudrière, mais qui n'explosera finalement que dans les toutes dernières minutes et une tentative d'échappée sous haute tension et par fortes émotions.

Un polar au traitement plutôt étonnant dans le paysage du cinéma HK de l'époque, très porté sur l'action et la démesure, qui confirme l'arrivée d'un cinéaste assez discret mais toujours intéressant.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Quasi introuvable pendant des années, People's Hero est réapparu avec un nouveau master HD d'excellente qualité. Il est évident que le travail de restauration a été effectué à la source tant les cadre imposent désormais un relief prégnant, une profondeur particulièrement marquée et surtout une définition admirable, seulement amoindris par quelques plans plus granuleux. Une très belle copie aux reflets métallisés et au grain organique.

 


Son :
Régulièrement le point faible des films chinois de cette période, les pistes sonores cantonaises se montrent ici étonnement claires et équilibrées. Cependant même si le nouveau mixage DTS HD Master Audio 5.1 s'efforce d'offrir quelques effets d'ambiances et un coffre légèrement plus prononcé, le mono d'origine en DTS HD Master Audio 2.0 se montre plus direct et énergique.

 


Interactivité :
Comme toujours, c'est en direct de Chine qu'Arnaud Lanuque nous présente le second film de Derek Yee, redonnant un petit coup de projecteur à la carrière du réalisateur et venant souligner les nombreuses qualités du film. La parole est ensuite donnée au célèbre producteur John Sham qui en plus de livrer quelques anecdotes sur le film proprement dit et rappeler tout le soutien qu'il porte au réalisateur et au métrage, évoque plus largement son travail au sein de la D&B Films co-crée avec Sammo Hung. Au travers de son intervention, c'est toute la belle époque de l'apogée du cinéma HK qui reprend vie.

Liste des bonus : Présentation du film par Arnaud Lanuque (8'), Interview du producteur John Sham (28'), bande-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021