LES CHIENS
France - 1979
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Les Chiens »
Genre : Thriller
Réalisateur : Alain Jessua
Image : 1.66 16/9
Son : Français DTS HD Master Audio 2.0 mono
Sous-titre : Français pour sourds et malentendants
Durée : 98 minutes
Distributeur : Studio Canal
Date de sortie : 30 juin 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Les Chiens »
portoflio
LE PITCH
Henri Ferret, un jeune médecin, vient s’installer en banlieue parisienne Très vite, il reçoit la visite de nombreux patients blessés par des morsures de chiens Des chiens de garde que les habitants ont achetés à un éleveur charismatique afin de se protéger des agressions nocturnes.
Partagez sur :
le meilleur ennemis de l'homme

Réalisateur de Jeu de massacre, Traitement de choc et Armaguedon, Alain Jessua clos ses années 70, les plus fertiles, avec Les Chiens nouvelle exploration acerbe du délitement de la société et de la déshumanisation organisée. Un film froid et enragé qui enfonce ses crocs toujours aussi profondément.

Même si ces années là étaient plus verdoyantes pour le cinéma populaire français, capable d'aborder de vrais sujets de société ou des questions politiques sans se perdre dans les postures auteurisante, Alain Jessua reste une figure à part. Un cinéaste qui prend un malin plaisir à mettre systématiquement le doigt là où ça fait mal, que ce soit la recherche de la jeunesse éternelle au détriment du reste du monde, le contrôle abrutissant par l'omniprésence des mass media et plus généralement une fracture sociale écrasant les classes moyennes et ouvrières. Surtout, il le fait toujours avec une certaine forme de prescience, soulignant le détail près à vriller, à faire exploser la vitrine, faussée, d'une société qui se croit progressive et bienveillante. Dans Les Chiens, cet ingrédient qui transforme peu à peu le microcosme présenté en authentique cauchemar d'anticipation est ce brave canidé. C'est ce que découvre progressivement le spectateur, observant la multiplication des chiens de garde accompagnant leurs maitres dans tous les plans, ou le brave docteur de banlieue Henri Ferest (Victor Lanoux, sobre témoin), s'étonnant des nombreux cas, presque surréalistes, de morsure dans la commune. Ce qui commence comme une information saugrenue et restera presque un éléments fantastique, quelque part entre le film d'invasion et celui de contamination (digne de L'Invasion des profanateurs), est surtout un moyen pour Jessua d'étudier, tel un sociologue infiltré, les mécanismes dévastateur de cette peur primaire, et malheureusement toujours contemporaine, de l'autre.

 

La voix du maitre


La peur d'une agression le soir en rentrant chez soi, d'un cambriolage, d'une délinquance violente... Certes, mais surtout une crainte de celui qui n'est pas exactement conforme aux code de la communauté : les étrangers, les jeunes, les noirs (ici soumis à un couvre-feu pour leur propre bien), puis rapidement bien entendu celui qui est suspect, curieux, trop libre.... La xénophobie dans sa logique absurde, destructrice, malade qui transforme celui qui se croyait victime en bourreau, en maitre chien et, ironie, en maillon d'une meute grognant et dévorant son prochain. Tourné dans les rues de la ville nouvelle Marne-la-vallée alors tout juste sortie de terre, neuve et vide, Les Chiens fait alors contraster ce décors quasi futuriste avec la bestialité enfouis qui semble effriter la raison de l'homme moderne. Si on peut reconnaître que parfois le métrage semble un peu pauvre ou étriqué dans sa mise en scène, en particulier lors d'une poursuite peu mémorable en Peugeot 504, il se montre des plus percutants lorsqu'il donne corps aux pulsions qui animent les personnages. En particulier le dresseur de chien / gourou incarné par un Gerard Depardieu à la fois suave et inquiétant, montrant une passion loin d'être saine envers sa compagne à quatre pattes, s'embarquant même dans une balade le long de la rivière aux flouté et aux ralentis très hamiltonien. On en sera même quitte pour une séquence d'entraînement à l'attaque avec la bête à poils de Nicole Calfan se transformant en coït animal à grands coups de râles et de crispation extatiques.

Un film trouble et assez brillant, voir visionnaire, dont l'ultime qualité est de ne jamais tomber dans un fantastique trop délirant, préférant conserver une photographie presque naturaliste et des airs de drame social, ou de se clore par une solution bénigne et positive. Les Chiens ne s'achève pas vraiment, annonçant sans le savoir quelques faits divers qui frapperont les banlieue 10-15 ans plus tard, ou le replis ultra-sécuritaire que certains voudraient nous imposer aujourd'hui.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Retour de Les Chiens chez Studio Canal après un ancien DVD méritant mais vieillissant. Intégré désormais dans la collection Make My Day ! le film se dote d'un tout nouveau master HD du meilleur effet. Passé un générique d'ouverture un peu inquiétant (flou, granuleux...), l'image impose sa propreté impeccable, sa stabilité constante et sa définition pointue. Les reflets argentiques sont présents, tout comme le grain d'origine, venant souligner avec plus d'intensité que jamais des contrastes froids et assez subtiles.

 


Son :
Proposée en DTS HD Master Audio 2.0 la piste française d'origine a bien évidement été nettoyé pour le support, mais malgré une belle clarté et une frontalité très naturelle, on note des disparités entre les dialogues et quelques effets sonores plus frappants, nécessitant parfois de jouer un peu de la télécommande pour ne pas réveiller toute la maisonnée.

 


Interactivité :
Ce n'est pas toujours le cas, mais le nouveau visuel assez criard et conceptuel propre à la collection Make My Day se prête parfaitement à l'atmosphère inquiétante et futuriste du film. Autre signature de la collection, l'introduction de Jean-Baptiste Thoret se montre une nouvelle fois particulièrement plaisante et efficace, donnant par sa multitude de petites infos et sa remise en contexte, la sensation d'une séance au cinéclub. Des thèmes et questions repris plus largement dans la longue interview de Philippe Royer qui étend forcément le propos sur l'ensemble de la carrière de Jessua, sa pertinence visionnaire, la mécanique de l'histoire et même la novélisation du scénario signé André Ruellan, le coscénariste.
Une édition intéressante qui se clos par la reprise des deux rencontres avec le réalisateur et Nicole Calfan, produits en 2006 pour le DVD. Si l'actrice se contente essentiellement de raconter son personnage, le cinéaste lui (malgré une intervieweuse à la rue) délivre un témoignage plus direct, et amusé, des coulisses, explicitant la raison de l'engagement de Depardieu, les fragilités de Victor Lanoux et ne cachant pas que de nombreux acteurs furent réellement mordus par leur partenaires.

Liste des bonus : Préface de Jean-Baptiste Thoret (8'), « Les Chiens » revu par Philippe Rouyer (53'), Entretien avec Alain Jessua et Nicole Calfan (25')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021