TROIS HEURES, L'HEURE DU CRIME
Three O'Clock High - Etats-Unis - 1987
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Trois heures, l'heure du crime »
Genre : Comédie
Réalisateur : Phil Joanou
Musique : Tangerine Dream
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 88 minutes
Distributeur : Rimini Editions
Date de sortie : 9 juin 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Trois heures, l'heure du crime »
portoflio
LE PITCH
Ce jour-là, en arrivant au lycée, Jerry Mitchell, adolescent sympathique et inoffensif, est loin de se douter qu’il va vivre l’une des pires journées de sa vie. Mais il croise la route de Buddy, un élève violent et baraqué, qui lui donne rendez-vous en fin de journée pour lui casser la figure. Durant les heures qui suivent, Jerry enchaîne les catastrophes.
Partagez sur :
La Folle journée de Jerry Mitchell

Énième divertissement teen des années 80 et pourtant, Trois heures, l'heure du crime n'a pas forcément connu un succès retentissant à sa sortie. Et pourtant les années, et les vidéoclubs aidant, cette première réalisation de Phil Joanou (Les Anges de la nuit, Sang Chaud pour meurtre de sang-froid) a trouvé sa place au milieu des meilleurs créations de John Hughes.

Jeune étudiant en école de cinéma, Phil Joanou a rapidement été remarqué par le roi du cinéma américain des 80's : Steven Spielberg. Après deux épisodes dans la série Histoires fantastiques, il se voit ainsi proposer le scénario sympa de Richard Christian Matheson et Tom Szollosi, que Spielby voit bien venir concurrencer les cartons de John Hugues sous l'égide Amblin. Après un petit imbroglio liés aux droits du script faisant apparaître au générique Aaron Speling et non le fameux petit logo avec E.T. (l'équipe Amblin est pourtant restée en soutien) Joanou se réapproprie rapidement le matériaux, conscient certes des attentes d'un spectacle léger, vif, référencé et fluo, mais préférant faire glisser le métrage vers une vision plus sombre, plus proche en tout cas des angoisses que peuvent provoquer ces fameuses années lycées. Les gags existent, les caricatures habituelles de la vie lycéennes sont exploitées à foison (la rumeur qui file plus vite que le vent), l'ouverture du film décrivant la chambre chaotique du jeune héros vient clairement se poser sur les plates-bandes d'un certains Ferris Bueller, mais certainement Trois heures, l'heure du crime teinte constamment sa chronique doucereuse, pas une étrangeté plus prononcée, voir même une touche de noirceur (la violence constante sous-tendu) dont on ne retrouvait alors d'équivalent que dans le très amoral Risky Business.

 

La vie est un combat


Pas d'échappée vers la grande ville, pas de grande projection sur le passage à l'âge adulte ou de fantasme d'une première fois gracieusement romantique, le film de Joanou resserre ses enjeux à une simple question de survie, celle de Jerry, menacé de se faire fracasser à la sortie du lycée par un géant psychopathe fraîchement transféré. Ponctué par l'avancé implacable d'une horloge sans pitié, la comédie raconte les tentatives malheureuses du jeune héros, vaguement aidé par son meilleur ami, sa sœur et sa future dulcinée un peu allumée, pour échapper à ce destin funeste. Si la mise en scène entre panoramiques fluides et rapides, montage percutant et surréalisme à la lisière de l'hystérie s'inspire très volontairement du After Hours de Martin Scorsese, la structure même du film est un démarquage assez brillant et totalement décalé du chef d'œuvre Le Train sifflera trois fois. Joanou s'y amuse même à marier à plusieurs reprises les codes parodiés du film de prison (la visite chez le CPE, le soudoiement de la brute du lycée dans la cours...) et des personnages absurdes et méchamment allumés, mention spéciale à un surveillant douteux se prenant sans doute pour Dirty Harry, incarné par un, toujours, génialissime Mitch Pileggi (oui, le Skinner de X-Files). Nourri d'une cinéphilie débordante et d'une vision plus intense de l'adolescence que le tout venant, Trois heures, l'heure du crime est vraiment l'un des petits bijoux de ces fameuses teen-comedy des années 80, ce regretté âge d'or du genre.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :
Comme toujours avec Universal, lorsqu'un film est considéré comme un fond de catalogue, le studio offre généreusement aux éditeurs tiers le loisir d'exploiter une copie officielle déjà bien fatiguée. Shoot Factory aux USA, Rimini en France s'efforcent donc de tirer le meilleur d'un master fatigué. A force de nettoyages et d'efforts numériques l'image finit, passées les neufs première minutes « générique » granuleuses et abîmées, par trouver une stabilité assez agréable. En dehors de fantômes de deux lignes blanches venant rappeler les origines de la source, le reste se dote de couleurs plutôt chaleureuses, de cadres assez propres et surtout d'une définition bien posée. Le gain, assez présent, menace plusieurs fois de glisser vers le neigeux mais tient bon finalement.

 


Son :
En bien meilleures formes, les stéréos d'origines se montrent tout à faire claire et équilibrées. Forcément plus franche et mieux équilibrée, la version originale gagne aux poings, en particulier dans son rendu des sonorités synthétiques de Tangerine Dreams.

 


Interactivité :
Sans mettre en avant un bandeau « Collector Edition », l'édition française de Trois heures, l'heure du crime reprend pourtant la quasi intégralité des suppléments produits par Shoot pour les USA. Disparition du commentaire audio du réalisateur soit, mais Phil Joanou se montre une nouvelle fois suffisamment loquace, enthousiaste et communicatif pour brasser en une trentaine de minutes toutes les questions attendues sur la confection du métrage. Son premier refus du projet auprès de Spielberg, l'implication d'Amblin pourtant non créditée, le tournage de certaines séquences clefs, la fausse route musicale de Tangerine Dreams, la première projection du film en présence de Spielberg, Zemeckis et DePalma (« No Pression !») sont évoqués avec la bonne humeur toujours communicative du monsieur. S'y ajoute une rencontre avec les deux scénaristes du film qui soulignent comment leurs souvenirs des années lycées ont nourri le film, et une autre avec la décoratrice Jane Ruhm qui évoque le choix de fringues pas si casual que ça.

Liste des bonus : Interviews de Phil Joanou (32'), Interview de Richard Christian Matheson et Tom Szollosi (18'), Interview de Jane Ruhm, costumière (14')

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021