THE OTHER SIDE
Andra Sidan - Suède - 2020
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « The Other Side »
Genre : Horreur
Musique : Jonas Wickstrand
Image : 2.35 16/9
Son : Suédois et français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 84 minutes
Distributeur : Wild Side Vidéo
Date de sortie : 14 avril 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « The Other Side »
portoflio
LE PITCH
Shirin, débutante dans son rôle de belle-mère, emménage dans une nouvelle maison avec son compagnon Fredrik et son fils Lucas. Ce nouveau foyer lui semble être l’endroit idéal pour fonder une famille. Mais lorsque Fredrik part en déplacement professionnel, Shirin entend des bruits étranges émanant de l’autre moitié du pavillon, alors que Lucas se fait un nouvel ami mystérieux...
Partagez sur :
L'esprit qui venait du froid

Sélectionné au festival de Gerardmer cette année, The Other Side met en scène une famille en proie à des fantômes hantants les murs de leur nouvelle maison. Une histoire classique du genre qui n'est ici pas révolutionnée mais reste plutôt efficace dans ses effets horrifiques.

The Other Side est le premier long métrage des réalisateurs suédois Tord Danielsson et Oskar Mellander mais ce n'est pas pour autant leur premier travail ensemble. Tous les deux sont en effet des réalisateurs et scénaristes ayant fait leurs armes à la télévision suédoise, principalement sur des séries, et ont travaillé ensemble sur un programme pour enfant (déjà dans le genre fantastique) diffusé en période de noël. Une atmosphère féerique bien loin de celle que l'on va retrouver dans leur premier film, qu'ils ont aussi co-écrit, puisqu'ils se lancent dans l'horrifique pur, certes avec un personnage d'enfant mais qui va plutôt passer un mauvais moment... L'histoire va suivre une famille composée de Shirin et Fredrik, un couple, et un enfant Lucas, qui emménage dans une nouvelle maison, mitoyenne a une maison identique. On comprendra assez vite que cette famille est partiellement recomposée puisque Shirin, n'est pas la mère du garçon, qui est décédée quelques années plus tôt. Un décès qui a crée un lien très fort entre Lucas et son père et dans lequel la jeune femme a du mal à s'intégrer mais cette nouvelle vie va pouvoir lui permettre de changer ça, puisque son compagnon accepte un travail de nuit, ce qui va lui permettre de passer plus de temps avec Lucas. Tout pourrait très bien se passer donc, sauf que de l'autre côté, dans l'autre maison, quelque chose cherche à s'en prendre à Lucas.

 

Mon beau-fils, ma bataille


The Other Side s'ouvre sur une panneau qui indique que cette histoire est tirée de faits réels, une indication dont la véracité est très vite mise à mal puisqu'elle suivi d'une scène d'introduction qui montre le sort des précédents habitants de la maison, aux prises avec les créatures surnaturelles. Ce n'est pas vraiment cette dichotomie qui pose problème, plusieurs films de maisons hantées se sont inspirés d'histoires vraies, notamment Amityville ou The Conjuring, mais plutôt que le scénario va mettre en place un arc narratif qui est tout se suite annihilé par cette intro « rentre-dedans ». En effet, les attaques nocturnes que va subir Lucas vont, peu à peu devenir une source de méfiance et de suspicion de maltraitance du père de l'enfant envers sa belle-mère. Un angle de vue plutôt intéressant étant donné les relations des trois personnages (le père et le fils très liés par la perte de la mère et Shirin qui essaie de la remplacer sans pour autant s'en sentir capable) mais étant donné que l'on sait tout de suite, par la scène d'intro mais aussi plus tard, au travers du point de vue de Lucas et de Shirin, que ce se sont réellement des créatures surnaturelles qui s'en prennent à lui. Les scènes de méfiance de Fredrik tombent alors à plat et font surtout perdre de l'intérêt envers son personnage, qui devient un obstacle artificiel à l'avancée du film.

Mais cette plongée directe dans le surnaturel est aussi le plus gros point fort du film, car si le mystère de la menace est tout de suite effacé, les deux réalisateurs ne créent jamais de faux suspens autour des scènes de tension. Pas de fausses alertes, de personnages qui surgit dans le cadre pour faire une blague ou de chat coincé dans une armoire, ici, chaque bruit étrange, chaque vision mystérieuse et les mouvements de caméra qui les accompagnent, amène systématiquement à l'apparition d'un fantôme. Alors certes leur apparence n'est absolument pas originale, ni leur cri sortie tout droit de The Grudge, mais l'ambiance qui précède leur apparition est suffisamment soignée pour provoquer l'appréhension de les voir apparaitre. Tout d'abord grâce à un très bon travail sur le son qui met très bien en valeur chaque petit bruit qui pourrait être l'annonce de l'apparition d'un spectre et laisse de côté les sempiternels jump scare sonore. Comme dans l'excellent Relic sortie l'année dernière, les réalisateurs laisse la menace visible à l'écran sans appuyer sa présence avec un son, ce qui fait que l'oeil ne détecte pas tout de suite l'intrus dans le cadre, effet garanti !

On se retrouve donc avec un film très efficace dans ses effets horrifique mais manquant cruellement d'originalité dans son déroulement. Vous ne verrez jamais quelque chose que vous n'avez pas déjà vu ailleurs, que ce soit le look des fantômes, des décors ou malheureusement les décisions stupides des personnages (du genre, laissez l'enfant seul, plusieurs fois, alors qu'il est la cible des créatures) mais paradoxalement on se laisse prendre sans problème à ses effets horrifique car ils sont toujours fait avec sérieux et une réelle envie de faire peur et ça c'est plutôt appréciable.

Benoit Llamazares













© 2020 AB Breidablick Film Produktion, Film Capital Stockhom/Gotlands Film Fond, NonStop Winning Formula. Tous droits réservés.
Partagez sur :
 

Image :
Malgré un étalonnage qui pousse la luminosité un poil trop forte lors des scènes dans la pénombre, l'image est plus que convenable et met très bien en valeur les jolies cadres du film et les couleurs froides de la Suède. La définition est parfaite, les cadres d'une stabilité exemplaire, reproduisant au mieux la source numérique.

 


Son :
Le son étant le gros point fort du film, le mixage DTS Master audio 5.1 sur les deux pistes disponibles (VO et VF) ne manquera pas de vous faire frissonner à chacun des bruits de pas et cris fantomatiques qui viendront briser le silence de cette maison hantée.

Liste des bonus : Bande annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021