CREEPSHOW SAISON 1
Etats-Unis - 2019
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Creepshow Saison 1 »
Image : 1.85 16/9
Son : Anglais et français DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titre : Français
Durée : 270 minutes
Distributeur : ESC Distributions
Date de sortie : 20 janvier 2021
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Creepshow Saison 1 »
portoflio
LE PITCH
La série hommage au film culte de Romero sortie dans les années 80.
Partagez sur :
Re-Issue

Film à sketch en forme d'hommage aux grands comics horrifiques des années 50, Creepshow imaginé par Stephen King et George A. Romero est devenu, les années aidant, un vrai petit film culte, pur bijou d'humour noir et d'effets spéciaux bien graphiques. Diffusée sur le service VOD américain Shudder à partir de 2019, Creepshow, la série tv, n'est pas qu'un resucé opportuniste, mais bien un prolongement des plus honnêtes.

Car si le spécialiste des effets spéciaux Greg Nicotero (The Walking Dead) a relancé la machine sous la forme d'une série tv, c'est aussi parce qu'il a un attachement tout particulier au film : ce fut le premier plateau de tournage qu'il visita, concrétisant sa rencontre avec Romero et son mentor Tom Savini. Il remplacera d'ailleurs ce dernier sur la suite, Creepshow II, après avoir été son assistant sur Le Jour des morts-vivants. Se positionnant comme fan-boy de la première heure, et d'une certaine façon gardien du temple, il est présent sur cette première saison en tant que créateur, producteur, co-scénariste et réalisateur de deux épisodes. Une manière d'assurer le pont entre les quarante années qui séparent le modèle et son successeur, tout comme le choix porté sur l'épisode inaugural, Matière grise, adaptation atmosphérique assez réussie d'une nouvelle apocalyptique de Stephen King et occasion de faire revenir madame Adrienne Barbeau. Et question d'affirmer plus encore la filiation et le passage de relais générationnel, le dernier épisode, Le Monstre du Lac Champlain, provient de l'imaginaire de Joe Hill qui interprétait justement le gamin dans le prologue du classique. Une évocation très « King » d'un drame familial et adolescent avec apparition d'un monstre perdu, réalisé par un Tom Savini dont les qualités de metteur en scène ont clairement toujours été sous-évaluée.

 

tales from the vault


Entre ces deux pôles, Creepshow version tv ressemble forcément beaucoup à son cousin Les Contes de la crypte, où chacun des six épisodes contient deux histoires encadrés par les interventions live ou animées du fameux croquemitaine ricanant. A la différence que si tous les épisodes manient le détail gore et la farce macabre, ils sont loin d'être uniformément un festival de Grand Guignol. A coté du foutraque et volontairement inachevé Vengeance à Musky Holler (avec David Arquette bouffé par des zombies) ou la liposuccion extrême de Régime mortel, on trouve aussi l'étrange La Maison de poupées signée par l'auteur de Bird Box qui cultive ambiance particulièremen tinquiétante, là où Halloween et ses ados vengeurs glisserait plutôt du coté du mélancolique. On reconnaît les transitions façon comics, les arrières plans en couleurs flashy qui ont fait l'identité esthétique Creepshow, mais Nicotero cherche manifestement aussi à construire une série anthologique assez diversifiée. De belles ambitions pas toujours récompensées par quelques chapitres un peu en dessous (Le Grand Méchant loup avec le pourtant excellent Jeffrey Combs en vilain nazi, La Nuit de la patte et son fétiche déjà moqué y a longtemps par Les Simpsons...), des effets spéciaux aux rendus aléatoires, mais dont on ne peut que louer la réactualisation d'une certaine tradition et de la « marque » Creepshow.

Drôle, assez malin, irrévérent, parfois maladroit mais toujours sincère, cette première saison a déjà connu des petits avec deux spéciaux pour célébrer les fêtes (un live, un animé) et une seconde saison commandée par Shudder. Romero aurait certainement le premier surpris de cette pérennité.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Produit intégralement en numérique mais clairement avec beaucoup moins de moyen que The Walking Dead (au hasard), les épisodes de Creepshow sont régulièrement rattrapés par leurs origines relativement modestes de série TV. C'est régulièrement notable sur quelques noirs qui paquetent en arrière-fond ou quelques résonances de « banding » sur certaines couleurs. Heureusement à coté de cela la définition est au maximum de son rendu avec un piqué bien marqué et une profondeur bien présente malgré les séquences sombres et les contrastes de couleurs parfois outrageusement appuyés.

 


Son :

Proposés toutes deux en DTS HD Master Audio 5.1, les pistes anglaise et française (doublage très aléatoire) se montrent plutôt généreuses dans leur spatialisation s'efforçant de rivaliser au mieux avec les derniers cartons horrifiques sur grand écran. Equilibrés et assez justes dan leur restitution, elles offrent quelques atmosphères bien lourdes et quelque sursauts bienvenus.

 


Interactivité :
Malgré ce qu'on avait pu lire, les six featurettes proposés sur les deux disques bluray de cette première saison ne sont pas juste de petits reportages sur les coulisses de chaque épisodes, mais plutôt un making of découpé en divers chapitres. Les premiers permettent donc essentiellement d'évoquer l'héritage Romero / King, l'esthétique et le ton du film original (bizarrement on ne parle jamais de la suite...), les comics EC et bien entendu l'implication totale de Nicotero dans le projet. Quelques à coté sur les acteurs et réalisateur invités, quelques images de confection sur les effets spéciaux et une conclusion laissée finalement à Joe Hill qui s'amuse à raison de voir Tom Savini mettre en image sa nouvelle. Une belle façon de boucler la boucle.

Liste des bonus : 6 featurettes (60' environ)

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021