LE GLADIATEUR MAGNIFIQUE & HERCULE CONTRE ROME
Il magnifico gladiatore, Ercole contro Roma - Italie - 1964
Image plateforme « DVD »
Image de « Le Gladiateur magnifique & Hercule contre Rome »
Genre : Peplum
Image : 2.35 16/9
Son : Français et italien 2.0 mono
Sous-titre : Français
Durée : 178 minutes
Distributeur : Artus Films
Date de sortie : 7 avril 2020
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Gladiateur magnifique & Hercule contre Rome »
portoflio
LE PITCH
Hercule sauve Velida, la fille de l’empereur Gallien, des Romains, en tombant amoureux. Mais elle est promise à Juddo, le chef des Prétoriens, qui convoite le trône. Il tente de parvenir à ses fins en faisant remplacer Gallien par un sosie à ses ordres. Hercule va découvrir le stratagème et lancer une révolte contre le despote. Filippo Afro fait assassiner l’empereur Gordiano pour prendre sa place. De passage, Hercule parvient à sauver sa fille, Ulpia, mais tous deux sont capturés...
Partagez sur :
Les menus travaux d'Hercule

En parallèle de la sortie évènement, et Bluray, d'Hercule contre les vampires de Maria Bava, Artus étoffe encore sa collection péplum avec deux aventures tout en muscles huilés et en toges repassées avec Le Gladiateur Magnifique et Hercule contre Rome. Deux films de série bien sympathiques que Mark Forest et Alan Steel portent à bout de biceps.

Preuve d'une légère baisse de standing : il n'est jamais vraiment question du véritable Hercule dans ces deux métrages. L'un est un fils de roi d'une province romaine (il sera renommé Atlas aux USA), l'autre un soit disant descendant d'une bergère qui se serait faite trousser par le véritable demi-dieu (il sera renommé Samson en France et chez nos amis belges), leur nom Hercule servant surtout à attirer le chaland et faire rêver les enfants s'imaginant de nouvelles épopées fantastiques et des affrontements homériques. Là encore, il faut revoir les ambitions à la baisse et nos héros aussi bodybuildés et huilés, aussi dynamiques et musclés soient-ils,, restent des héros tout ce qu'il y a de plus classiques embringués pour l'occasion dans des circonvolutions politiques tout ce qu'il a de plus bassement humaines. Les deux films s'inscrivent ainsi, avec de grosses libertés cela va de soit, dans une période houleuse de l'empire romain où la garde prétorienne faisait et défaisait les Empereurs à loisir tandis que les barbares se massaient aux frontières. Un cadre idéal pour composer de petits scénarios faits de terribles complots avec un Empereur sur la sellette, sa fille pauvre enjeux de drame romantique et de mariage forcé et un fier héros qui débarque pour stabiliser tout cela. Amusant comme à quelques variations de notes, Le Gladiateur Magnifique et Hercule contre Rome jouent des petites musiques voisines soulignant sans le vouloir que cette belle année 1964 est certainement la dernière grande cuvée du genre en Italie, le western venant frapper à la porte de l'industrie locale.

 

Les Colosses de rome


Un genre sur le déclin qui s'aperçoit aussi par des budgets plus réduits. Une réalité que semble combattre le film du vétéran Piero Pierotti (Marco Polo, Cléopâtre une reine pour César, Goliath et le cavalier masqué) qui essaye de donner encore des grands airs à sa production, composant ses tableaux avec les manières des mosaïques antiques, multipliant les drapés et les décors faussement luxueux, et surtout travaillant sa gigantesque bataille finale à grand coups de stock-shot bien visibles et ses bagarres en accéléré. Plus modeste dans son approche, embrassant plus frontalement sa nature de petit film d'exploitation, Le Gladiateur magnifique se révèle une série B beaucoup plus énergique et resserrée. L'artisan nouvellement arrivée à la mise en scène Alfonso Brescia (Furie au Missouri, Goldocrack à la conquête de l'Atlantide) met très efficacement en pratique les petites astuces pour emballer son feuilleton outré. Si l'on se serait bien passé du sidekick crétin et de ses chèvres, le métrage fonctionne assez bien grâce à un casting étonnement convaincu avec en premier ligne le méchant Paolo Gozlino (formidable "Iznogoud"), la très jolie Marilù Tolo et surtout l'américain Mark Forest, culturiste certes mais aux airs latins, qui s'apprêtait à sortir définitivement de l'arène. Sans se la jouer « actor studio » ce dernier montrait que les musculeux hommes en pagne pouvaient habiter l'écran... Ce qui n'est pas vraiment le cas du pauvre Alan Steel (alias Sergio Ciani) au brushing impeccable, à la barbe blonde taillée au sabot et au regard d'épagneul. Etrangement lui va poursuivre sa petite bonhomme de carrière avec en ligne de mire un certain Robin, flèche et karaté avec Victoria Abril qui résonne comme un doux rêve lointain.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Petites pelloches qui n'ont pas forcément connues la gloire des grands classiques du genre, Le Gladiateur magnifique & Hercule contre Rome nous parviennent dans des copies assez équivalentes. Des cadres assez stables, franchement propres, mais qui doivent composer avec des années qui n'ont pas forcément toujours été tendres. Les couleurs sont parfois un peu ternes, voir délavées, alors que la définition ploie sous les plans trafiqués ou les stock-shots abusifs (surtout pour le second). Pas de grosses chutes du piqué à prévoir cependant. Du DVD honorable.

 


Son :
Versions françaises et originales sont proposées dans leurs monos d'origine. Quelques petits chuintements, un doublage qui tend souvent à ajouter de la distance et quelques scènes manquantes (uniquement sous-titrées donc) pour Le Gladiateur magnifique et l'appellation Samson pour Hercule contre Rome auront sans doute raison de pistes française en dessous la clarté simple du mix italien.

 


Interactivité :
Rejoignant fièrement les autres titres de la joyeuse collection Peplum, Le Gladiateur magnifique et Hercule contre Rome se pâme dans le même digipack fin, élégant et aux visuels percutants qui fait le bonheur des amateurs. D'ailleurs, c'est une nouvelle fois le rédacteur du site Peplum Images de l'antiquité, Michel Eloy qui vient présenter les deux métrages dans deux vidéos érudites, mais un peu moles, soulignant le contexte « historique » des épopées, les références mythologiques tout en rappelant les carrière plus ou moins fulgurantes de tout ce beau monde. Les galeries de photos et d'affiches et les bandes annonces complètent le programme.

Liste des bonus Le Gladiateur Magnifique : « Hercule et Gallien » : présentation par Michel Eloy (14'), Générique français (2'), Diaporama d'affiches et photos (2'), Bandes-annonces.
Liste des bonus Hercule contre Rome : « Samson contre tous » : présentation par Michel Eloy (19'), Diaporama d'affiches et photos (2'), Bandes-annonces.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021