COPS AND ROBBERS
Dian zhi bing bing - 点指兵兵 - Hong-Kong - 1979
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Cops and Robbers  »
Genre : Action, Policier
Réalisateur : Alex Cheung Kwok Ming
Musique : Teddy Robin Kwan
Image : 2.35 16/9
Son : Cantonnais et français DTS HD Master Audio 2.0
Sous-titre : Français
Durée : 91 minutes
Distributeur : Spectrum Films
Date de sortie : 23 avril 2019
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Cops and Robbers  »
portoflio
LE PITCH
Trois malfrats agressent des policiers pour s’emparer de leurs armes et attaquer une banque. Rapidement, les cadavres s’accumulent.
Partagez sur :
Haut les mains !

Film culte en chine où il a définitivement changé la face de l'industrie, mais pratiquement inconnu en France (malgré une distribution doublée), Cops and Robbers est aujourd'hui unanime reconnu comme l'un des premiers jalons de la Nouvelle Vague HK et le premier polar local.

Chose étonnante lorsque l'on sait à quel point ce genre urbain par excellence, reflet idéal de la réalité de Hong-Kong, est indissociable de l'industrie cinématographique de l'ancien protectorat anglais. Pourtant, à cause de restrictions politiques et idéologiques (on appelle ça la censure), le récit policier n'apparait sur grand écran avant 79 que sous des formes édulcorés, essentiellement comme alibi pour le mélodrame ou les arts-martiaux. Comme pour toutes les grandes figures (Tsui Hark, Ann Hui...) de cette Nouvelle Vague HK, Alex Cheung est un jeune réalisateur qui a fait ses armes à la télévision, cadre profitant alors d'un engouement et d'une liberté créatrice sans précédant, et sur des shows policier en l'occurrence. Croisant le chemin de l'ex pop-star Teddy Robin Kwan reconvertie en producteur de films indépendants (il est aussi à l'origine de The Story of Woo Viet), il s'efforce alors dans son premier long métrage de réunir toutes les recettes et les codes explorés pour le petit écran. Une synthèse symboliquement résumée dans un titre presque universel, « policiers et voleurs » qui donne ainsi des airs de jeu enfantin à un scénario simple et limpide, avant d'en réduire toute trace d'innocence à néant.

 

Pan ! T'es mort. 


Si déjà en 1979 un film comme Cops and Robbers frappe en optant tout simplement pour un genre autre que la Kung-fu Comedy ou le film en costume, il bouleverse totalement l'imagerie chinoise en s'imprégnant de la rudesse esthétique des thrillers américains (Dirty Harry et consorts), en s'approchant constamment des contours du documentaires (image rêche, caméra portée, montage cut... ) pour mieux livrer une œuvre réaliste, et alors d'autant plus brutale. Si le métrage débute plutôt sobrement comme la chronique assez naïve parfois du quotidien d'un groupe de policiers lambdas, loin des héros aux grands cœurs habituels, il se dirige lentement mais surement vers des rives plus nauséeuses, appuyant le sordide de cadavres découverts dans la rue, le sadisme des petits malfrats, avant qu'une succession d'arrestations spectaculaires fasse tourner l'affaire au jeu de massacre le plus total. Une dernier demi-heure totalement nihiliste, sans pitié qui annonce directement le défilé de productions burnées qui occuperont les écrans chinois pendant les années 80, mais aussi plus directement encore la fameuse Trilogie du Chaos de Tsui Hark et en particulier L'Enfer des armes. Un peu éreinté par une interprétation générale trop excessive (même pour du cinéma HK) et une première partie qui prend ses aises pour positionner ses enjeux, l'objet est indéniablement fascinant aujourd'hui. Œuvre matricielle dévorée jusqu'à la lie dans les décennies suivantes, le film d'Alex Cheung déborde d'une énergie impressionnante, poussée par une réalisation indéniablement efficace, une bande son ultra tendue et moderne et un méchant absolument terrifiant. Bigleux soit, mais mutique, tour à tour froid et hystérique, il entraine véritablement le film dans sa folie sanguinaire, enchainant les meurtres gratuits en se marrant comme un serial killer de film d'horreur. Pas aussi viscéral que le suivant Man on the Brink, mais pas loin.

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Editeur aventureux s'embarquant sur les traces de films asiatiques rares ou invisibles depuis des lustres, Spectrum doit encore faire du mieux qu'il peut avec une copie qui n'a manifestement pas connu tous les soins qu'elle aurait dû. Mal conservé (sans doute) celle de Cops and Robbers est tout de même très abimée avec quelques plans instables qui tournent au jaunâtre, des taches diverses et de sacrées griffures. Par dessus a manifestement été imposé des outils numériques pas forcément très délicats qui pour atténuer le grain neigeux et autres soucis de pellicule, a lissé un peu durement l'ensemble amoindrissant la définition et le piqué des matières avec, forcément, l'apparition de quelques artefacts peu gracieux.

 


Son :
Les bandes sons des films HK des années précédents les 90's ne vieillissent pas toujours très bien... voir assez mal. Malgré une restitution inédite en DTS HD Master Audio, la piste cantonnais d'origine souffre d'effets de saturations, de chuintements et de petites sautes. Un doublage français est proposé aussi avec des voix pas toujours très adéquates, mais un rendu plus stable et posé.

 


Interactivité :
Le film était très attendu par les amateurs de cinéma asiatique et en particulier de l'âge d'or du cinéma hongkongais, et Spectrum n'a pas volé l'appellation Edition Collector placée sur la jaquette. Si l'on retrouve les participants habituels de l'éditeur soit Arnaud Lanuque pour une présentation sobre et éclairée, Julien Sévéon pour un retour longuet sur la Nouvelle Vague et les chroniques internet de Dirty Tommy, le Critique Masquée, et l'équipe de No Ciné, les disques Bluray et DVD contiennent aussi deux longues interviews plus exotiques. D'un coté le réalisateur Alex Cheung qui retrace une heure durant les débuts de sa carrière à la télévision et l'intégralité du tournage de son premier long, de l'autre le producteur Teddy Robin Kwan qui résume en une trentaine de minutes son impact colossal sur ce renouveau du cinéma chinois. Et les amateurs de raretés pourront même se délecter de quelques images d'archive Super 8 capturés sur quelques tournages d'Alex Cheung, avec bien entendu une grosse partie réservée à Cops and Robbers.

Liste des bonus : Interviews exclusives de Alex Cheung Kwok Ming et de Teddy Robin Kwan, Présentation du film par Arnaud Lanuque, La Nouvelle Vague HK par Julien Sévéon, Rushes d'époque en Super 8 par Alex Cheung Kwok Ming, Critique par Dirty Tommy et Critique Masquée, Critique par l'équipe de No Ciné, Bande-annonce

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021