HERCULE L’INVINCIBLE
Ercole l'invincibile - Italie - 1964
Image plateforme « DVD »
Image de « Hercule l’invincible »
Réalisateur : Alvaro Mancori
Musique : Francesco De Masi
Image : 2.35 16/9
Son : Français et italien mono
Sous-titre : Français
Durée : 82 minutes
Distributeur : Artus Films
Date de sortie : 4 septembre 2018
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Hercule l’invincible »
portoflio
LE PITCH
Hercule, fils de Zeus, sauve des griffes d’un lion, Teica, la fille du roi Tideo. Tombé amoureux d’elle, il désire l’épouser. Le roi lui demande alors de terrasser un dragon qui ravage la région. Hercule accomplit son exploit, mais trouve à son retour le village dévasté. Les Demios, menés par leur chef Kabaol, ont mis son peuple en esclavage. Le héros part les libérer, et devra affronter mille péripéties.
Partagez sur :
en travaux

Alors même que le péplum à l'italienne s'essouffle, en passe d'être remplacé par le fameux western spaghetti, le fils de Zeus revient pour une nouvelle, nouvelle aventure. Et comme en plus on nous dit qu'il est invincible, on n'a pas de soucis à se faire ! Non ?

Si déjà le genre même du péplum fantastique made in Italie a tendance à jouer sur la fibre enfantine et naïve de ses spectateurs, une production comme Hercule l'invincible a ce petit coté résistant qui augmente d'emblé ses charmes. Alors que le reste de l'industrie s'engouffre dans un gros bordel entre auto parodie poussive et séries Z aussi improbables que mollassonnes (voir Hercule contre les fils du soleil sorti la même année et édité en parallèle par Artus), Hercule l'invincible préfère lui célébrer le grand spectacle à l'ancienne dans lesquels ce héros au torse hypertrophié part de nouveau sauver un peuple entier (en fait la princesse surtout) des terribles griffes des démios, civilisation guerrière vivant dans les galeries qui entourent un volcan menaçant. Des gentils très gentils contre des méchants très méchants (rêvant de conquérir le monde, c'est dire), et ce sympathique feuilleton s'embarque pour une succession de péripéties généreuses entre jolie vierge (on aperçoit même un sein !) arrachée des griffes d'un terrible lion, combat en équilibre sur un rondin avec un ours un peu pataud, héros écartelé par des éléphants, soldats assommés par dizaines et mise à mort d'un dragon géant. Une scène qui ouvre presque le film, assumant ainsi ses ambitions, tout en soulignant ses implacables limites : si le dragon mécanique de belle taille fait forte impression, l'intégralité de la séquence a entièrement été piquée à un précédent Les Travaux d'Hercule de Pietro Francisci (ce qui explique la présence de la Toison d'or dans le décor).

 

le clown et le colosse


Un emprunt visible tout comme l'insert montrant les pauvres esclaves travaillants dans des mines délabrées ou un arbre arraché à main nu du sol chopé dans une autre fière production des années antérieures. Un peu chiche donc Hercule l'invincible peine bien souvent à dissimuler ses moyens limités, alors que son utilisation de peintures sur verre ou ses superbes maquettes envahies de laves se révèlent bien plus convaincantes. Un grand final qui, avec l'utilisation fréquentes de filtres rouges et verts dans les entrailles de la terre, ont fait naitre la rumeur qu'un certains Mario Bava auraient œuvré dans l'ombre. Invérifiable mais crédible vu le résultat. Ce qui est certain par contre, c'est que Alvaro Mancori (sous le pseudo Al World) signe ici sont unique réalisation. Un artisan des plus discrets ayant longtemps signé la photographie de quelques productions modestes, devenu par la suite producteur (sur l'excellent Saludos Hombre de Sergio Sollima par exemple) puis directeur de studio de tournage, et qui ne fait pas toujours ici preuve d'un talent mémorable. Montage assez aléatoire, cadrages austères, erreurs de collages en tout genre, sa mise en scène peine à accompagner les prouesses pourtant athlétiques du sympathique Don Davis (qui deviendra par la suite un second rôle récurent des films de Clint Eastwood), préférant trop largement suivre avec indulgence les pitreries du sideckick comique répondant au nom de... Babar ! De la grosse farce pour faire marrer les bambins (de l'époque) au milieu d'une production déjà assez fragile, voilà qui en entame sérieusement l'efficacité. Hercule, l'invincible aux pieds d'argile.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Comme pour Hercule contre les fils du soleil, Artus surprend avec sa copie tout à fait convenable là où ces petits péplums ont plus souvent eu tendance à nous parvenir avec des masters vidéo éreintés. Ici on aperçoit encore parfois quelques petites faiblesses de pellicules, mais le grain général est maitrisé, les contrastes dessinés, les couleurs chaudes (en particulier toute la dernière partie) et le piqué tout avec convaincant pour une petite production de 1964. Les principaux défauts de l'image sont donc directement dûs à l'utilisation de sources différentes, soit les fameux inserts chouravés à d'autres films, qui apparaissent plus ternes et flous.

 


Son :
Retour en force des monos d'origine avec des sources pas toujours très fraiches mais qui restent assez confortables dans leur restitution. Sa chuinte un peu du coté de la version italienne mais la très jolie bande originale signée Francesco De Masi (L'Eventreur de New York) y est cajolée. Plus sobre mais doté d'un doublage solide, la version française a l'étrange particularité de donner le beau rôle à un certain... Ursus ! Bin il est où le Hercule du titre ma bonne dame ? Voilà une autre petite particularité du cinéma d'exploitation de l'époque.

 


Interactivité :
Ce n'est pas une intervention vidéo qui accompagne le film comme cela est souvent le cas sur les sorties classiques d'Artus Films, mais bien trois. Une interactivité généreuse qui permet de retrouver le spécialiste du péplum Michel Eloy, qui resitue les particularités du péplum fantastique et les influences vaguement mythologiques de cet Hercule l'invincible, tandis que l'incontournable Alain Petit se livre à son exercice de prédilection : une petite critique du film suivie des biographies de la plupart des personnes importantes devant et derrière la caméra. Des bonus bien rodés auxquels l'interview de l'acteur Howard Ross (ici dans le rôle assez discret du chef de la garde) vient ajouter un peu de cachet. Un visage récurrent du cinéma populaire italien des années 60/70 dont on se souviendra surtout de son Maciste dans le fameux Le Grand défi, qui revient avec beaucoup d'amusement sur ses souvenirs de tournages et ses compagnons d'armes à l'écran.

Liste des bonus : Les faux peplums mythologiques, par Michel Eloy, Ursus, le fils d'Hercule, par Alain Petit, Les muscles et le sourire avec Howard Ross, Diaporama d'affiches et photos, Film-annonce.

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022