GAME OVER
Allemagne - 2009
Image plateforme « DVD »
Image de « Game Over »
Genre : Horreur
Réalisateur : Timo Rose
Musique : Aucun
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais stéréo
Sous-titre : Français
Durée : 87 minutes
Distributeur : Uncut Movies
Date de sortie : 23 mars 2013
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Game Over »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Tina, une sublime américaine expatriée en Allemagne, invite deux de ses meilleures amies à visiter le pays à l'occasion de son anniversaire. Ce qui s'annonçait comme des vacances idylliques va littéralement tourner au cauchemar quand les jeunes filles vont être kidnappées par de dangereux psychopathes. Après avoir été abusées sexuellement et violentées, Tina et ses amies seront séquestrées dans une demeure où elles deviendront les victimes d'une série de jeux sadiques organisés...
Partagez sur :
Deutch Dichtung

Editeur spécialisé dans les DVDs qui tâchent l'étagère et pratiquent l'amitié à grands coups de tronçonneuses rouillées, Uncut Movies revient avec un nouveau titre en provenance de ce cher pays du goût et de la bière : l'Allemagne (ça fait rêver). Attention, le DVD est comme toujours limité à 1000 exemplaires.

 

Fans de films d'horreurs depuis sa prime jeunesse (enfin il paraît) Timo Rose aurait pu rendre hommage aux classiques qui l'on fait grandir. Mais le réalisateur n'a absolument pas choisi la voie du fantastique main-stream, préférant faire une bombe dans la piscine joyeuse et rouge sang de bon vieux ciné gore des familles, sous-genre star autrefois et qui ne survit plus aujourd'hui que par le biais du direct-to-video. Une passion forcenée qui s'explique autant par ses origines teutonne (à l'instar du psychopathe bourrin Olaf « Premutos » Ittenbach) que par la nécessité économique et artistique de se faire remarquer dans le milieu hasardeux des petits budgets. Obligé de tourner avec quelques sous en poches, des acteurs moyennement impliqués et surtout des caméras numériques pas toujours au top (heureusement ici c'est du bon matos), il n'en a pas moins réussi à se faire remarquer rapidement grâce à des péloches aussi subtiles et poétiques que Unrated (un tournage de série Z tourne à l'orgie barbare), Beast (un démon bouffe la population germaine) ou Barricade (festival de dégradations cannibales). Son secret ? Un respect fervent et appliqué du cinéma de genre, une frontalité révoltante, mais unique, et surtout un débordement inconditionnel de viandes et de sévices pas forcément supportables pour le spectateur lambda.

 

"si j'avais un marteau..."


Avec Game Over (what a name !), il stoppe net les dernières traces d'évocations scénaristiques ou d'entremises de second degré, élaguant toute l'esbroufe pour décrire par le menu l'enlèvement de trois actrices américaines et un pote en vacances par un couple de teuton dégénérés (forcément) rapidement aidé par une « môman » belle à faire peur. Viols brutaux et insupportables, uppercuts en pleine tronche à la moindre occasion, langue tranchée, étouffements successifs, entre-jambe explosée à coups de marteau, humiliations interminables, cannibalisme, perforations diverses, empalement sur une machette ... Amateurs culinaire, bienvenue ! Les autres passez vite votre chemin, Timo Rose n'est pas là pour faire dans la dentelle, mais pour en balancer plein la tronche en faisant naitre une atmosphère scabreuse et poisseuse dans des décors austères et crades, repeints à grandes gerbes de sang généreuses. Mention spéciale aux effets de maquillages et autres triperies confectionnées avec amour qui pourraient donner de jolis haut-le-cœur à certains.  Très brut et cru, le spectacle rejoint dans sa dernière ligne droite le sursaut du Rape & Revenge et de manière un moins convaincante la thématique du snuff. Peu importe, maniant avec efficacité un format large étonnant pour ce genre de productions, reposant sur un montage tendu (si on oublie quelques effets tape-à-l'œil) et surtout permettant à l'égérie Z Debbie Rochon (plus de 200 sucreries à son palmarès) de faire preuve d'une solidité assez inédite. Forcément underground dans son approche, Game Over n'a été confectionné que pour un public de niche avide de sensations fortes. Et il devrait sans mal y trouver son compte.

Nathanaël Bouton-Drouard




Partagez sur :
 

Image :
Tourné en numérique Game Over affiche sur son DVD une image plutôt solide, ou en tout cas autant que possible, soulignant une lumière directe dans les extérieurs, plus chaude et feutrée dans les intérieurs, mais toujours avec un joli sens du détail et une compression qui tient très bien la route. Quelques plans neigeux, d'autres qui manquent de profondeur, mais rappelons que ce direct-to-video a été tourné avec des moyens limités.

 


Son :
Seule une simple stéréo d'origine (anglais et quelques échanges en allemand) vient accompagner le film. Frontale, clair et propre, elle fait parfaitement son office.

Liste des bonus : Bandes annonces.    

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021