PARANORMAL ACTIVITY 4
Etats-Unis - 2012
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Paranormal Activity 4  »
Genre : Horreur
Réalisateur : Henry Joost
Musique : Aucun
Image : 1.77 16/9 Compatible 4/3
Son : DTS-HD Master Audio 5.1 Anglais, Dolby Digital 5.1 Français, Allemand, Italien…
Sous-titre : Français, anglais, allemand…
Durée : 97 minutes
Distributeur : Paramount Home Entertainment
Date de sortie : 6 mars 2013
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Paranormal Activity 4  »
portoflio
LE PITCH
Katie et Hunter ont disparu depuis cinq ans, et une famille du voisinage est témoin d’événements étranges depuis qu’une femme et un étrange enfant ont emménagé…
Partagez sur :
Traitement pavlovien

Depuis 2009 chaque année voit débarquer, assez tristement, son nouvel épisode de Paranormal Activity, série d'horreur basée sur un concept éculé, mal fagoté et qui plafonne depuis ses premiers pas. Le 4eme peut-il encore sauver les meubles ?

 

Car la grosse difficultée pour le duo  Henry Joost / Ariel Schulman est de réussir à faire du nouveau tout en gardant le carcan original du film d'Oren Peli : des caméras à domicile qui filment tout et n'importe quoi, un fantastique qui apparait leeeeeentement dans le quotidien, et des personnages qui se repassent inlassablement les mêmes bandes parce que « oh mon dieu c'est pas possible !». Après avoir tenté de raconter les origines des phénomènes dans le précédent opus en faisant intervenir une étrange secte de sorcières, mais se vautrant maladroitement dans de faux effets années 80, ils retrouvent ici un décorum plus contemporain. Bien conscient que la cible première restent le public adolescent, toujours en demande de pelloche pour soirée « cris hystériques cachés derrières les coussins », le film donne enfin le premier rôle à un petit couple de teenages. Pas trop mals écrits à quelques occasions d'ailleurs... Si le duo donne dans le gag scato à une ou deux reprise, ils profitent de bons interprètes (surtout la blondinette Kathryn Newton) qui entre leur romance stagnante doivent tenter de protéger le petit frère adopté et convaincre les parents que quelquechose ne tourne pas rond.

vaccination


Des personnages crédibles, qui du coup rendent encore plus dommageable l'absence de réel développement scénaristique les concernant ou d'approfondissement de la relation à l'adulte, ou d'approfondissement tout court. C'est qu'une fois encore Paranormal Activity 4 est moins concentré sur l'ambiance et la dramaturgie, et ce même s'il essaye de raccrocher tous les wagons (avec le retour de la dondon môlasse...), que par la répétitivité de ses effets. Un tant soit peu plus contemporains d'ailleurs puisque usant vraiment des nouvelles technologies, dont la webcam qui permet de jouer avec l'arrière plan, ou une étonnante visualisation de la Kinect. Ce capteur de mouvement propre à la Xbox qui visionné en infrarouge laisse apparaitre une multitude de points verts dans toute la pièce et provoque ainsi, une certaine et bienvenue, étrangeté visuelle. Dommage que comme pour les jump-scare, les ombres qui traversent l'écran ou les bouquins qui tombent en faisant un gros « boum », ce dernier artifice est utilisé jusqu'à plus soif, usé jusqu'à la corde, ne laissant que peu espérer du coté d'un final identique au 3ème. Toujours aussi fainéant, prévisible et jamais flippant, Paranormal Activity 4 est pourtant clairement le moins pire, le seul qui par instant réussit à créer un soupçon d'intérêt. Car oui, pour faire naitre le suspens, il faut d'abord faire naitre un certains attachement aux personnages. Ca progresse, ça progresse, mais à ce train là, va falloir attendre le 10ème pour que ce soit supportable. 

Nathanaël Bouton-Drouard








Partagez sur :
 

Image :
Composé de multiples fausses sources (mais en fait, toutes numériques et retravaillées) censées correspondre à une webcam, une mini numérique voir même un téléphone portable, l'image de ce Paranormal Activity trouve dans la HD le même rapport étrange que ses prédécesseurs. Les détails sont nombreux, les couleurs bien fermes, la compression parfaite, mais cela reste de la SD gonflée, entrainant alors des artefacts à foisons, des contours en escaliers et des plans sombres vaguement neigeux. C'est le concept et du coté de l'éditeur le travail est nickel.

 


Son :
DTS HD Master Audio 5.1 pour la version anglaise, mais le mixage reste essentiellement frontal ce qui est parfaitement logique puisque les caméras utilisées ne sont pas censées capturer en 5.1. Du coup comment expliquer les quelques effets utilisant la dynamique de l'installation Home Cinema. Quoi, on nous aurait menti ? Ce n'est qu'une fiction ?

 


Interactivité :
Depuis le début de sa petite histoire en vidéo, Paranormal Activity fournit à peu de chose près toujours le même type de suppléments. En l'occurrence le montage cinéma accompagné d'une version légèrement plus longue (et rien a voir avec la censure) et une bonne tripotée de scènes coupées compilées en court métrage. De quoi découvrir un peu plus le quotidien de la petite famille, des apparitions supplémentaires (et vite redondantes) et de nouvelles images estampillées « Kinect ». Dispensable, mais comme il n'y a que ça.

Liste des bonus : Les Dossiers retrouvés, Bandes-annonces. 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021