SECURITé RAPPROCHéE
Safe house - Etats-Unis - 2012
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Securité rapprochée »
Genre : Action
Réalisateur : Daniel Espinosa
Musique : Ramin Djawadi
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais DTS Master Audio 5.1, Italien, Allemand, Espagnol et Français DTS 5.1
Sous-titre : Français, Italien, Allemand...
Durée : 117 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 24 juillet 2012
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Securité rapprochée »
portoflio
LE PITCH
Après avoir échappé au contre-espionnage pendant près de dix ans, Tobin Frost, le traitre le plus haï et le plus redouté de la CIA, refait surface en Afrique du Sud. Lorsque sa résidence sécurisée d’un faubourg du Cap est attaquée par un mystérieux commando, un jeune « bleu », Matt Weston est obligé d’assurer leur fuite et de le conduire en lieu sûr. « Ange gardien » malgré lui, Matt voit dans cette mission une chance inespérée de faire ses preuves aux yeux de l’Agence....
Partagez sur :
Déjà vu

Après le remarqué Easy Money (2010), le réalisateur suédois Daniel Espinosa force littéralement les portes d'Hollywood avec ce Safe House. Très inspiré de la trilogie Jason Bourne et de la mise en scène de Paul Greengrass sur les deux derniers opus de la série, cette histoire de trahison et de traque d'un agent de la CIA manque singulièrement de personnalité au premier abord.
 

Mais qu'importe, l'originalité de Safe House est de présenter un cadre original pour ce type de production : un abri sécurisé de la CIA, qui plus est situé en Afrique du Sud, et dans lequel les agents se livrent à toutes sortes d'exactions afin de faire parler un prisonnier. Ce point de départ rend l'intrigue assez réjouissante. La présence de Ryan Reynolds en gardien du Safe House, jeune bleu qui doit faire ses preuves avant de partir pour des missions d'envergure, permet une identification directe du spectateur. La bluette avec sa petite amie française rend le personnage attachant même si comme souvent avec l'acteur de Green Lantern, la palette d'émotion est vite limitée. Mais là encore, ça n'est pas du Shakespeare que le réalisateur demande à son comédien. Face à lui, se trouve l'inoxydable Denzel Washington (par ailleurs coproducteur du film), qui en impose tout en retenu et en mâchoires serrées dans la peau de l'espion expérimenté, la légende passée de l'autre côté de la barrière, traqué pour avoir en sa possession des documents explosifs... 

 

Brutalité virtuose


Les deux hommes traversent le film comme on transperce un mur : avec une brutalité virtuose. Leurs corps sont mis à rude épreuve, et les scènes d'actions de Safe House, particulièrement variées, font dans le brutal et le brut de décoffrage, à l'image de la trilogie Bourne. Les empoignades en premier lieu, sont spectaculaires, réalistes et semblent faire souffrir les acteurs qui ont dû s'employer pour réaliser au millimètre les chorégraphies du Français Olivier Schneider, coordinateur des cascades sur le film. La caméra de Daniel Espinosa n'est pas en reste, suivant l'action au plus près, sans coupes outrancières, rendant les affrontements à mains nues remarquables d'intensité et surtout complètement lisibles. Mais le film ne tient pas qu'à ces bastons viriles. Quelques scènes de poursuite, à pied ou en voiture, ainsi que des fusillades tonitruantes jalonnent le film. Et force est de reconnaître que sous ses airs d'actionner à la Tony Scott au rabais, Safe House prouve que le talent de Daniel Espinosa en la matière est indéniable. Sa maîtrise de l'espace et du rythme laissent pantois. Ce qui permettra de passer rapidement sur un scénario finalement peu passionnant, aux passages obligés et aux retournements de situation cousus de fil blanc, tant le rythme des scènes d'action nous emporte sans temps mort.


Un film bien bourrin, remarquablement réalisé, qui permet de passer un bon moment sans se torturer l'esprit et un cinéaste à suivre de près, qui pourrait faire des étincelles avec un scénario un peu plus consistant à se mettre sous la dent.

Nicolas Mouchel
AUTRE AVIS
Un thriller tendu, nerveux, riche en morceaux de bravoure enthousiasmants et porté par un Ryan Reynolds remarquable. Dommage que le twist soit si téléphoné.
Note : 4/6
Alexandre PONCET






Partagez sur :
 

Image :
Le directeur de la photographie du film, Oliver Wood, a également travaillé sur la trilogie Jason Bourne, ce qui renforce évidemment la parenté entre les films. Les couleurs chaudes de l'Afrique du Sud apportent néanmoins une certaine personnalité visuelle propre à ce Safe House. Le Blu Ray propose une très belle image, marquée par un grain très prononcé, voire trop sur certaines séquences dans lesquelles les noirs donnent une sensation de rugosité.

 

Son :
La bande-son du film est particulièrement bien exploitée. Les coups de feu pétaradants, les poursuites en voiture ou les empoignades au corps à corps donnent lieu à une variété de bruitages volontairement mis en avant jusqu'à l'excès, provoquant une immersion totale du spectateur. Sur le plan du son, le film est un uppercut !

 

Interactivité :
Beaucoup de petites sections sont proposées sur les bonus du blu ray. Des segments relativement courts, mais nombreux. Sans surprise, l'ensemble tourne autour des scènes d'action. "Actions au corps à corps" met en avant le travail d'Olivier Schneider, le coordinateur des cascades français qui a fait suer à grosses gouttes les comédiens. La séquence de l'attaque du Safe House est également décortiquée dans un autre module, tout comme la traque sur les toits tournée dans un véritable Township de Cap Town, ou les poursuites en voiture. L'ensemble est sympathique, bien qu'un peu redondant. Universal aurait été plus inspiré de proposer un long segment regroupant tous ces aspects. Un making-of promotionnel à la gloire du réalisateur est également de la partie, tout comme la fonction "Mes scènes", permettant de sélectionner ses séquences préférées et de les revoir en boucle, ou alors le "U-Control", qui affiche des bonus et autres informations durant la diffusion du film.  

Liste des bonus : Making-of (11'), Actions au corps à corps (8'), Tournage attaque Safe House (5'), Préparation poursuite sur le toit (4'), Dans les coulisses de l'action (8'), Au sein de la CIA (6'), La sphère de sécurité (9'), Mes scènes, U-Control. 

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022