LE CHAT POTTé
Puss in Boots - Etats-Unis - 2011
Image plateforme « Blu-Ray »
Image de « Le Chat Potté  »
Réalisateur : Chris Miller
Musique : Henry Jackman
Image : 2.35 16/9
Son : DTS HD Master Audio 7.1 anglais, Dolby Digital 5.1 français, allemand…
Sous-titre : Français, anglais, allemand, italien…
Durée : 90 minutes
Distributeur : Paramount Home Entertainment
Date de sortie : 11 avril 2012
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Le Chat Potté  »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Amant, combattant et hors la loi, le Chat Potté nous embarque dans le plus grand périple de ses neuf vies. Accompagné de ses acolytes Kitty Pattes de Velours et Humpty Alexandre Dumpty, il va devoir se mesurer aux célèbres et terribles Jack et Jill… Voici la véritable histoire du Chat, du Mythe, de la Légende et… des Bottes !
Partagez sur :

 

"soft kitty, warm kitty"

Tétralogie commercialement abusive, friandise boursoufflée et devenue écœurante à cause de couches trop épaisses de crème chantilly recomposées, Shrek ne garde plus grand chose de son premier essai prometteur et un poil irrévérencieux. D'ailleurs les trois suites n'auront accouché que d'une seule et unique bonne idée : le Chat Potté.

 

Un détournement latino du Chat Botté (devenu Potté à cause du Puss in Boots anglais et de sa tendance à signer d'un P presque comme Zorro), dont la démarche chaloupée, le regard séducteur et les habiletés d'escrimeur sont d'une certaine façon un hommage plaisant à Antonio Banderas (doubleur en titre), sous le masque du sauveur mexicain. Enfin débarrassé de l'encombrant géant vert, sans doute intoxiqué par le maïs transgénique, le félin peut enfin profiter de son statut de mini-star et obtenir son propre film. Coup de bol, pas question ici de perpétuer le même divertissement reposant sur un mélange sirupeux entre le détournement scato des contes d'antan et la bonne vieille morale. Le Chat Potté est donc un film d'aventure familial, qui va s'efforcer 90 minutes durant de révéler les origines du chaton : son enfance d'orphelin, ses premiers larcins, son hésitation constante entre le bien et le mal.... Du grand classique donc, conçu pour agripper immédiatement les bambins, dosé en équilibre constant avec quelques séquences de poursuite techniquement irréprochables (mais mises en scène de façon stérile) et dialogues / gags plus ou moins pertinents.

 

"Little ball of fur..."

Déjà réalisateur d'un Shrek 3 pas franchement miraculeux, Chris Miller sert les plats avec plus ou moins d'insistance, plaçant Banderas et la culture mexicaine sur un piédestal (multiples références à Zorro mais aussi à la trilogie du Mariachi), se lançant même dans une séquence de Flamenco temporisée par du Lady Gaga, et insistant avec ferveur sur les accents de la junte bronzée. Un cocktail caricatural, souriant, mais jamais vraiment emballant, qui se montre tout aussi pataud lorsqu'il s'agit d'intégrer dans ces aventures très « capes et épées » les références pachydermiques à d'autres contes que celui de Charles Perrault (qui doit se retourner dans sa tombe depuis longtemps) : une course-poursuite autour des haricots magiques et la découverte du château dans les nuages, la présence d'Humpty Dumpty échappé des aventures d'Alice par Lewis Caroll... Un mélange des univers totalement baroque, contrasté en tout cas, mais qui opère rarement un mariage réussi, car trop forcé... en particulier du côté de l'œuf parlant (trop). Doublé par Zach Galifianakis (Very Bad Trip), ce dernier retrouve les tares des Shrek avec ses vannes en dessous de la ceinture et ses tirades interminables. Restent dans l'ensemble quelques jolies idées comme l'incarnation de la poule aux œufs d'or (adorable), la rencontre romantique avec Kitty Pattes-de-velours (aah, Salma Hayek) et la production value qui apporte une animation, des modélisations et une photographie parfaitement chiadées... mais toujours avec la même touche graphique totalement impersonnelle qui manque d'âme et de caractère.

Nathanaël Bouton-Drouard












 

 

Partagez sur :

 

 

Image :
Il était impossible d'en douter : le transfert du Chat Potté est en tout point magnifique. Les couleurs et la lumière rayonnent, les teintes sont « calliente », les noirs infaillibles, l'image regorge de riches détails, la profondeur de champ est infinie et le tout supporte la moindre accélération sans faillir. Parfait, pointu, immuable, c'est beau, un film en images de synthèse sur Blu-ray.

 

Son :
Paramount a l'habitude, assez agaçante il faut le reconnaître, de privilégier largement la version originale avec un DTS-HD Master Audio 7.1 ample et explosif, alors que la version française doit se contenter d'un Dolby Digital 5.1 efficace mais loin d'être aussi subtil. Dommage pour les gosses, les adultes eux n'hésiteront pas à choisir les interprétations de Banderas et Hayek avec l'accent latin à mort et les nombreux envolées spectaculaires d'un mixage dynamique, balancé et parfaitement musclé.

 

Interactivité :
La section bonus du Chat Potté semble de premier abord plutôt conséquente, en particulier lorsqu'on les regarde par le biais du Blu-ray qui comporte quelques exclusivités HD. Enfin, ce qu'il en reste puisque certaines ont tout simplement disparu entre les USA et la France (problème de traduction trop coûteuse), ou sont tout simplement restés uniquement en anglais, à l'instar de la piste Trivia ou du making of en Picture-in-Picture (avec interviews et croquis à foison). Carrément décevant, surtout que cet impair ne sera jamais rattrapé par la suite puisque les autres documents restent essentiellement conçus pour les plus jeunes : jeux interactif, reportage sur un vrai petit chat cleptomane, le court-métrage mollasson « Les Trois Diablos »... Reste une petite rétrospective du personnages, de ses origines littéraires (vite expédiées) à ses multiples apparitions dans la saga Shrek.


Liste des bonus : Copie DVD, « Le Chat Potté : Les Trois Diablos » (11'), Le coin des animateurs (anglais uniquement), Anecdotes (anglais uniquement), Les voix derrière la Moustache (9'), Scènes inédites (è'), Le Chaton devenu Chat (12'), Chat balance grave ! (5'), Klepto Kitty (4'), Jeux Interactif, Bandes-annonces.

 

 

 

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2023