DEATH RACE - COURSE à LA MORT
Death Race - Etats-Unis - 2008
Image plateforme « Blu-Ray »Image plateforme « DVD »
Image de « Death Race - Course à la mort »
Genre : Action, Course
Réalisateur : Paul W. S. Anderson
Musique : Paul Haslinger
Image : 2.35 16/9
Son : Anglais DTS-HD Master Audio, français et espagnol DTS
Sous-titre : Français, anglais et divers
Durée : 111 minutes
Distributeur : Universal
Date de sortie : 15 avril 2009
Artistique : note
Technique : note
Interactivité : note
Jaquette de « Death Race - Course à la mort »
portoflio
site officiel
LE PITCH
Ancien champion de courses de voiture, Jensen Ames est incarcéré à la prison de Terminal Island pour le meurtre sauvage de sa femme qu'il n'a pas commis. N'ayant d'autre choix pour gagner sa liberté - et survivre -, il décide de participer à une course de voiture d'un nouveau genre, sous les yeux de millions de téléspectateurs et sous le contrôle de l'influente directrice, Claire Hennessey.
Partagez sur :
Mécanique bien huilée

Entre deux Resident Evil et autres destructions massives de licences mythiques (attention Castlevania arrive en 2010), Paul W.S. Anderson montre qu'il peut retrouver la fougue de ses débuts au volant d'un bolide décomplexé.

Passé du statut de coqueluche des amateurs de films de genre matures avec Event Horizon à celui de vendu au système avec un Resident Evil attachant mais peu respectueux du matériel initial, et surtout un AVP parfaitement inbouffable, Paul Anderson a connu le principe de grandeur et décadence en accéléré. On n'espérait plus grand-chose de ce petit artisan et surtout la nouvelle d'une future adaptation du délirant Course à la mort de l'an 2000 signé Paul Bartel (avec Stallone et David Carradine) avait de quoi enflammer les cinéphiles. Mais le réalisateur de Soldier semble avoir repris du poil de la bête et évacue d'emblée le point de discorde en ne préservant de l'original que quelques points de détail : les courses de véhicules lourdement armés, le fameux Frankenstein et son masque... Sans doute peu intéressé par le contenu politique, le cinéaste préfère user du dispositif pour se complaire dans la série B la plus décomplexée qui soit, et revient à ses pulsions adolescentes. Même les plus caricaturales. Film de prison assumé, Death Race affiche un paquet de sales gueules viriles aux biceps tatoués, des « biatch » qui débarquent au ralenti sur du gros gangsta rap, des plans caressant la carrosserie rutilante des véhicules de guerre comme un popotin dans un clip MTV... C 'est parfois tellement trop qu'il est difficile de retenir les gloussements.

Le manche à la main

Au milieu d'un tel débordement de testostérone, le massif Jason Statham force le passage comme un poisson dans l'eau, relève un sourcil, bande un muscle et file des coups de boule avec grâce. La charmante Natalie Martinez (à la plastique irréprochable) se pavane quant à elle en montrant tout de même qu'elle est « une femme moderne ». Le film est brut, direct et ne s'essaye même pas à induire une quelconque réflexion sur la société de spectacle ou l'état des prisons américaines : Paul Anderson est manifestement bien trop heureux  de faire mumuse avec ses tout nouveaux jouets. Et le plaisir est si intense qu'il en devient communicatif. En partie grâce à une photographie léchée et une mise en scène diablement efficace (quoi que parfois un peu fouillis) retrouvant du même coup toute l'énergie d'une noble série B - à l'image de Soldier - et offrant quelques solides affrontements de bagnoles dont un face à face avec un camion transformé en tank.  Un divertissement solidement troussé, honnête et agréablement primaire qui se délecte le cerveau de côté et une bière à la main.

Nathanaël Bouton-Drouard






Partagez sur :
 

Image :

Moins lissé que les autres films d'Anderson, Death Race apparaît en Blu-Ray avec son grain pellicule naturel et texturé, qui donne corps à une copie irréprochable. Des contrastes fluides et précis, des couleurs marquées, des noirs profonds, le résultat est proche de la perfection et affiche une foule de détails avec un relief certain.

Son :

Ceux qui aiment les vroum-vroum tonitruants vont être heureux. Avec une piste anglaise DTS HD Master Audio, les effets sonores envahissent le salon de toute part, plongeant le spectateur en plein sur la piste de course. A la fois bourrine dans la puissance libérée et fine dans l'équilibre de son mixage, la piste offre un spectacle total qui n'écrase jamais les dialogues sous un brouaha de bruit. Légèrement moins violent, le DTS mi-débit de la version française s'en sort plutôt bien même si le doublage assourdit un peu la spatialisation.

 

Interactivité :

Paul Anderson se paie de nouveaux jouetsForcément, Death Race subit un peu la comparaison avec le récent Blu-Ray d'Event Horizon. Loin du programme complet de ce dernier, l'interactivité de Death Race ne fait que survoler les coulisses du tournage. Avec un petit making of d'un côté qui se contente de jouer la carte promo, un retour trop court sur les cascades du film de l'autre et une option gadget de remontage de certaines séquences au milieu, on en a vite fait le tour. Reste heureusement un commentaire audio réunissant le réalisateur et son producteur Jeremy Bolt, qui comble un peu le manque en décryptant le film avec beaucoup de générosité, revenant aussi au passage sur les précédentes pistes d'adaptation.

Liste des bonus :
Option U-Control, Commentaire audio de Paul Anderson et Jeremy Bolt, Créez votre propre course, Chauffez les moteurs (20'), Au volant (8'), Bandes annonces

 
Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2022