Sermons de minuit de Mike Flanagan
Teddy de Ludovic & Zoran Boukherma
Last Night in Soho d'Edgar Wright
Rejoignez-nous sur :
Image de « Sermons de minuit de Mike Flanagan »

Si on excepte le film Dr. Sleep, cela fait maintenant trois ans que toutes les réalisations de Mike Flanagan sont associées à Netflix. D'abord en 2018, avec The Haunting of Hill House, puis deux ans plus tard avec The Haunting of Bly Manor. Deux mini séries qui ont contribué à populariser le nom de cet auteur, digne héritier de Stephen King, et qui cette année revient avec Sermons de Minuit.

Image de « Teddy de Ludovic & Zoran Boukherma »

2021 belle année pour le cinéma fantastique à la française (comme quoi !) où l'on aura même vu apparaître un loup-garou bien de chez nous, hurlant à lune dans un patelin paumé des Pyrénées. Fièrement présenté à Cannes ou à l'étrange festival, sorti timidement dans les salles, la bête devrait se refaire en VOD et Bluray.

Image de « Last Night in Soho d'Edgar Wright »

Un savant mélange de cinéphilie parfaitement digérée, d'une maîtrise technique frôlant la perfection et derrière lesquelles se tapie encore, en embuscade, une irrévérence prête à bondir. Last Night in Soho est fait du même bois et propose, en plus d'une expérience cinématographique de plus en plus rare sur grand écran, une apnée revigorante dans l'univers foisonnant d'un véritable prodige.

Image de « Une étude en jaune : Giallos et thrillers européens »

On le croyait disparu et pourtant la multitude de réédition DVD et Blurays, ou l'apparition d'itérations modernes qui ne cachent plus leurs filiations (Neon Demon de NWR, Malignant de James Wan, Last Night in Soho d'Edgard Wright...) viennent constamment témoigner du contraire. Un genre populaire par essence et par pulsions que le journaliste Frédéric Pizzoferrato autopsie de son vivant dans un large et très bel ouvrage.

Image de « Dune de Denis Villeneuve »

Inadaptable, trop intense, compliqué, trop touffu, l'œuvre de Frank Herbert a fait fantasmer nombre de lecteurs et épuisé nombre de scénaristes. Si cette version n'est pas la première à voir le jour, elle est certainement celle faite avec le plus d'ambition et d'amour.

Image de « L'étang du démon de Masahiro Shinoda »

En 1979, le film le plus singulier du réalisateur Masahiro Shinoda sortait sur les écrans de l'archipel. Comme nous le savons, Shinoda est une des grands représentants de la Nouvelle Vague, et ce film est particulièrement singulier pour une raison : c'est l'adaptation cinématographique d'une célèbre pièce du théâtre kabuki.

Image de « Hong Kong Action : Le sabre, le poing et le fusil »

La Shaw Brothers, Bruce Lee, Jackie Chan, Tsui Hark, John Woo, Donnie Yen, et tant d'autres. Un seul ouvrage ne suffirait pas à résumer la richesse, la virtuosité, le rayonnement et l'influence du cinéma hongkongais. C'est pourtant là toute l'ambition de Marvin Montes, co-animateur de l'émission Hkast, épaulé pour l'occasion de six autres camarades partageant ses goûts et son érudition. Passionnant sur le fond, le résultat risque pourtant de décevoir sur la forme.

Image de « Banishing de Christopher Smith »

Surfant sur la vague The Conjuring, le Royaume Uni s'offre une production mêlant drame familial, et fantastique. Vous vous attendiez à une maison hantée et, à de l'exorcisme inspiré ? Fuyez mortels, vous en sortirez épuisés !

Image de « BAC Nord de Cédric Jimenez »

Après avoir raconté la criminalité marseillaise des années 70 dans La French, Cédric Jimenez avance de 40 ans dans le futur, en 2012, pour raconter cette fois l'histoire de la Bac Nord de Marseille, là aussi inspiré d'une histoire vraie.

Image de « Falcon et le Soldat de l’hiver du Marvel Studio »

Encadré par les beaucoup plus fantasques WandaVision et Loki, Falcon et le Soldat de l'hiver est presque passé inaperçu, se contentant plus modestement de personnages moins haut en couleur et d'une filiation affirmée avec la saga Captain America sur grand écran. Mais la modestie doit toujours être perçue comme une qualité.

Crédits & mentions légales - Publicité - Nous contacter
Copyright Regard Critique 2009-2021